Pluie, vent et Ã©dredon

J’aime le bruissement du vent dans le feuillage des arbres, acacias ou tilleuls. J’aime le bruit que fait la grosse pluie d’orage. La corne de brume la nuit. J’aime quand il ne fait pas beau. Mais que cela reste raisonnable. Le mauvais temps raisonnable.

Ce matin je me suis réveillée en entendant El Marido préparer son petit -déjeuner dans la cuisine. Je me suis réveillée les yeux gonflés, la tête lourde… Ensablée dans le sommeil.  Dans la nuit j’ai serré très fort dans mes bras mes 3 meilleures amies de collège et lycée. Elles se retrouvaient même ensemble à un moment, à la nuit tombante dans les petites rues du vieux Bordeaux. Dans la vraie vie elles se sont croisées mais n’ont pas été amies.

Le rêve a commencé alors que je devais monter une côte en voiture… J’avais un problème pour passer les vitesses et finalement c’était peut-être que la batterie était à plat? Je mettais le frein à main et jetais un regard désespérée autour de moi. On était rive droite, vers les 4 Pavillons. Un monsieur s’arrêtait et me venait en aide. Il arrivait à redémarrer la voiture. Je disais un truc aussi con que « J’ai jamais été très forte pour les démarrage en côte ». Et puis je redescendais vers le pont de Pierre à pieds. Je retrouvais ma grande copine MP. Elle était plus grande, plus belle, plus élancée… Elle avait maximum 30 ans. Je lui ai dit que je devais récupérer ma voiture qui était par là. Et on partait à sa recherche. Je peux voir sa photo sur Internet : elle n’a pas grandit, elle a beaucoup grossi (comme moi) et elle lisse ses cheveux. Moi j’aime tant les boucles. Elle et moi nous marchions rue Sainte-Colombe (oubliée la voiture) et voilà Chricri qui arrive! On s’exclame et on se sert dans les bras avec émotion. Je n’ai pas vu Chricri depuis 30 ans. La dernière fois c’était en coup de vent et par surprise au LCL de LR qui est devenu un magasin de fringues espagnol. Chrichri était petite et pesait 100 kilos en 6ème. La nuit dernière elle était aussi mince que Falbala, elle portait un jean aussi serrée que celui d’Olivia Newton John à qui elle rêvait tant de ressembler. Elle n’avait pas un blouson noir, mais un petit blouson en cuir super stylé et probablement super cher, vert amande. Elle est très belle : ses longs cheveux bruns bouclés, ses grands yeux verts… Je lui dis en apercevant sa voiture (après avoir remarqué sa silhouette de déesse) « Tu as réussi! » (à être Olivia ). Sa voiture est incroyable, c’est une petite décapotable anglaise, avec du bois partout et du cuir. Elle est d’un beau bleu canard bien brillant. Je suis heureuse, « Elle a réussi », elle est belle et riche (elle était loin de l’être). J’entends « Mahie!!! ». Je me retourne : C’est M. Exactement comme elle était en deuxième année de fac : éclatante et rieuse avec sa longue tignasse bouclée (et pas comme je la retrouvais 5 ans plus tard, les cheveux coupés, malheureuse dans un mariage finissant). On se sert dans les bras si fort que j’en ai les larmes au yeux. Je marche dans la rue, ou avec elles trois. Je me perds dans ce quartier que je connais par coeur. Je n’arrive pas à rentrer chez un moi qui n’existe plus ou en tous cas qui n’est plus chez moi.  On marche dans un long passage entre des murs de pierre qui bordent de grands jardins silencieux dans cette nuit noire et presque inquiétante. C’était une traboule. Nous voilà qui ressortons rue de la Rousselle. Je réalise qu’on ne paye pas le loyer depuis des mois. Et que si on ne paye pas le loyer depuis des mois alors qu’on est ricrac, comment va-t-on faire pour le payer quand la proprio va s’en apercevoir? Il faut que j’en parle avec El Marido. Mais maintenant je vais chez Mo (avec qui je partageais un appart vers 87), elle a trouvé un appart très grand, très grand vraiment… Comme un hall de fac. Elle me dit qu’on peut partager, que je peux m’installer quelque part. Je dis ok. C’est royal. Mais une porte donne sur les parkings et ne ferme pas. C’est une issue de secours je crois. Je ne peux pas dormir là. C’est impossible…

Je me réveille. Le chat est parti. La pluie tombe. El Marido remonde les volets roulants.

Petit sondage express

Je me demandais comme ça d’un coup : parmi celles et ceux d’entre vous qui sont sur WordPress (ou un autre hébergeur d’ailleurs), utilisez-vous une version payante ou une version gratuite?

Si une version gratuite, vous sentez-vous limité?

Si une version payante avez-vous l’impression que c’est un bon rapport qualité prix?

Personnelement j’ai une version payante (je ne m’en rappelais même pas!) et aujourd’hui on me propose de la renouveler et je me demande à quoi diable ça me sert de payer? pendant des années et des années j’ai eu une version gratuite et je ne sais même pas comment diable je me suis retrouvée il y a un an à payer pour une « meilleure version », vu que je n’utilise, ni le nom de domaine, ni rien de très ébouriffant…

Alors vous toutes les blogueuses (et peut-être 2 ou 3 blogueurs qui passent par là)  version payante ou gratuite? Avantages?  Vous en pensez quoi?

Bises amig@s!

Les autres

IMG_20200604_144148Le bureau à la maison

Les profs, et par là je veux dire « les autres profs », les profs de « disciplines », pas les profs doc’… Les profs m’amusent. Il ne lisent pas les consignes, ne rendent pas leur copie en temps et en heure, manquent de clarté et j’en passe.  En fait ils ne m’amusent pas, mais ne m’énervent pas réellement non plus vraiment. En ce moment je dois préparer les listes de manuels scolaires à envoyer aux familles à la fin du mois, pour chaque classe et récolter les précieuses infos auprès des profs… Profs qui ne lisent pas les consignes, répondent à la place des autres ou ne répondent pas quand on les interrogent et prévoient de répondre le lendemain de la date butoir.

Ils font ce qu’ils reprochent à leurs élèves. Les profs font toujours ça. Par exemple quand un dirlo réunit  tous les profs dans une salle pour faire un discours important : les profs regardent leur portable douce, gloussent, ou papotent tellement fort que ça dérange tout le monde. Alors le dirlo dit « Mme Le Fraisier, vous voulez peut-être partager avec vos collègues cette histoire qui a l’air si drôle? »

Revenons à nos moutons :

Les profs travaillent toute la journée tout le temps. Donc moi aussi. Drelin drelin! « Bonjour mahie, c’est Paquerette, je te dérange pas? » « Ben nan vas-y, du moment que tu fais avancer mon fichier, je suis preneuse… » « C’est parce que je voulais te dire que j’ai actualisé le fichier, mais que patati patata ».  Drelin, drelin : « Bonjour c’est Paquito, je me demandais… » « Ben voui Paco, ben voui »…

IMG_20200605_120849

Évidement j’ai du leur donner mon numéro de portable parce qu’autrement , s’ils se contentait de suivre les consignes… C’est pas en juin que les mômes auraient leur liste de bouquins mais en décembre… 😦

Le plus drôle là-dedans c’est que ça ne fait pas partie de mes missions, mais que comme la plupart des chefs (d’établissements) s’en tamponnent… Voir, s’en étonnent…

J’ai partagé un fichier Excel auquel ils doivent tous  apporter leurs petits cailloux…   Mais beaucoup d’entre eux n’arrivent pas à faire la lumière dans les étages de leur cerveau. alors ils ont besoin de moi, ils m’appellent pour penser à haute voix et que je les écoute. Ils changent d’idée 5 fois pendant qu’ils m’ont au bout du fil et finalement c’est moi qui rempli le fichier à leur place. Et puis quand c’est fini, ils me dise « Non , attend! Le mieux c’est de ne rien mettre et d’attendre la rentrée… Ou alors je te rappelle la semaine prochaine…  Ou plutôt non, on va faire comme on a dit! » Pfff….. « Alors tu m’appelles la semaine prochaine ou c’est bon? » « Attend, laisse-moi réfléchir… »

Par mail : « Dis Mahie, tu crois que je/tu peux commander un livre en « spécimen » (donc gratuit) pour bosser cet été? L’éditeur  ne l’envoie pas gratuitement aux établissement, mais tu crois que tu pourrais me l’avoir gratuit? » Euh…. Euh…. « Encore faudrait-il que tu me dises l’ISBN de ce bouquin que je jette un coup d’œil à l’affaire! »

IMG_20200605_173240

Mes journées sont passionnantes. On est mercredi, je ne suis pas censée bosser, et j’ai fait une journée complète de boulot. Vive le télétravail!

Avec tout ça je suis une grosse patate, je ne me maquille plus, mais je suis toujours très proprette rassurez-vous, je fais ma toilette tous les jours comme les chats.

IMG_20200606_110254

Je ne teul’fais pas dire!Opus indéterminé

Mes petits loulous, mes petites chouchoutes, c’est plus du délaissement, c’est carrément de l’abandon que je vous fais là! Argh, misère! Je ne trouve plus de temps ni pour aller sur vos blogs ni pour écrire dans le mien!!  Misère, misère!!!

Je ne sais pas comment ça se fait, mais entre le télétravail ou devrais-je dire le « travail en distanciel », les cours d’espagnol al Joven, le ménage, les courses etc. Ben les journées sont trop remplie, j’ai plus de temps pour rien!

Vous pouvez le reprendre chez vous, y répondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas … Ça me fera plaisir de vous lire! 🙂 Pour copier les questions toutes prêtes sans vous embêter il faut cliquer dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, si j’ai oublié de vous ajouter dites le moi.

Aujourd’hui je me sens : le tête à l’envers, les yeux fatiguées, j’ai du mal à parler correctement, je suis nase. Fatiguée. Trop de tout. De stress, de manque de sommeil, d’angoisses et aussi oui aussi de joie! De joie de quoi je ne sais. De voir le printemps si beau?

IMG_20200528_110954

J’ai été super contente de : voir des gens au lycée. j’y suis allée d’un coup de voiture (d’habitude c’est tram-tram-bus) pour rapporter mon bureau à la maison.

Ça m’a franchement énervé de : conduire comme une demeurée au milieu d’autres dingos.  Des mois sans conduire plus loin que les halles ou les Capus ça déshabitue de la conduite!

Je suis grognon : même pas!! Et pourtant je pourrais. Parce que je vais travailler pour deux jusqu’à la fin de l’année, vu que mon collègue est déjà à la retraite dans sa tête et ne connait rien au boulot puisqu’il est CPE en prè-retraite. Après on se demande pourquoi l’image des prof-docs est complètement « tordue ». Il est même pas un « monsieur du CDI ». Juste un gars qui attend la retraite sans savoir rien faire du job.

IMG_20200528_112343

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : j’ai été à ce point dans le déni et que je n’ai pas voulu vérifier pendant tout ce confinement si j’étais ou non « personne à risque »?  Mon bon copain El Toubib  m’a tout de suite mise hors service, enfin il m’a dit de voir avec ma toubib pour qu’elle me fasse une attestation pour que je continue à travailler en « distanciel »… 😦 Il m’a proposé de la faire lui même mais je préfère faire les choses avec ma toubib-traitante…

J’vais t’dire une bonne chose : j’ai rapporté du lycée 30 kilos de bouquins neufs, de magazines, etc. à cataloguer! Je vais pas manquer de taf! D’autant plus que je dois m’occuper des listes de bouquins scolaires… Autrement dit harceler tous les profs du bahut pour qu’ils remplissent mon fichier partager sans le massacrer au passage! On va s’amuser. J’ai  du taf pour la semaine entière jusqu’à la fin de l’année alors qu’officiellement je bosse que le lundi et le mardi.

IMG_20200530_200919~2

Je suis même pas rassurée du tout à l’idée d’aller prendre un café 😦

Dans mes écouteurs je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond. Frissons assurés!

La pensée hautement philosophique de la semaine : depuis que je bosse en distanciel je bosse plus.  Exemple : aujourd’hui (mercredi) j’ai pas arrêté : coups de fils avec des  collègues… Mails, fichiers… éditeurs… (les profs quels faignasses!)

Je me taperais bien : un cocktail avec un petit parasol jaune ou orange et du sucre coloré en bleu et des cacahuètes au bord d’une piscine avec Joe Dassin en maillot de bain!

J’ai été raisonnable : j’ai pas déterré Joe Dassin.

Cette semaine pour la première fois j’ai : je me suis rendu compte que j’étais dans la merde et que j’avais été aussi un peu dans le déni. Oui j’ai un IMC vraiment pas joli et avec mon diabète ça le fait pas du tout . Colère contre moi-même.

C’est bien la dernière fois que j’écoute Julio (sûrement pas!) :

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : qu’on parle partout, au présent, de « l’après Covid »! Vous avez l’impression vous que c’est terminé? Moi pas.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : rouler en décapotable vers la plage dans une faille spatio-temporelle où j’aurais toujours 20 ans.

Sur ce, bonne soirée et faites-vous plaiz’ : n’hésitez pas à faire mon questionnaire de ronchonne!

Et pour la route : tango, tango, tango!!!

 

Je ne teul’fais pas dire!

Je vous délaisse un peu en ce moment, non? Comme quoi le fait d’être confinée ne me rapproche pas de mon ordi! Oui, je me sens toujours « confinée », tant que je ne reprends pas le chemin du lycée, la vraie vie ne reprends pas pour moi… tant que je ne bois pas mon café en terrasse, je suis « confinée »… Allez! Je reprends mon petit canevas, meilleur moyen  de mettre mes idées en ordre…

Vous pouvez le reprendre chez vous, y répondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas … Ça me fera plaisir de vous lire! 🙂 Pour copier les questions toutes prêtes sans vous embêter il faut cliquer dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, si j’ai oublié de vous ajouter dites le moi.

IMG_20200522_111623

Aujourd’hui je me sens : un peu étrange, il fait beau, il fait chaud et pourtant, il manque quelque chose… La liberté? Pourtant la semaine dernière j’ai repris un peu de liberté en me promenant dans la ville.

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : Je ne suis pas sortie. Faudrait que je sorte demain.

IMG_20200522_113121Place Maucaillou entre les Capus et Saint-Mich

J’ai été super contente de : que mon contrat soit renouvelé jusqu’au 31 août!

Ça m’a franchement énervé de : que ce type sans masque me frôle chez le marchand de fruits et légumes.IMG_20200522_111640

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : avec une collègue des mails échangés. Je lui demande disons « la recette du fondant au chocolat », elle me réponde voi là la « recette de mon meilleur taboulé ». j’espère que vous appréciez la métaphore culinaire?

Je suis grognon : quand mon petit voisin du dessous fume des joints sur le balcon et que toute la fumée rentre directo dans mes salons et mes narines!! Sa mère est partie depuis plusieurs jours… Je prie (façon de dire) pour qu’elle revienne vite. L’odeur me donne envie de vomir.IMG_20200522_111024J’ai même pris un café à emporté rue Saint-James! y’avait zéro touristes : le rêve!

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : on ne sache pas encore si l’oral de français pour les premières aura lieu ou pas?

C’est exquis de : le gâteau au chocolat et à la noix de coco que j’ai fait hier pour les 17 ans del Joven.

Ça me rend extatique : alors là! J’ai vraiment hâte que quelque chose me rende extatique!!!

IMG_20200524_113214En ce moment je lis : rien. je suis devenue accro à un jeu stupidissime sur mon téléphone.

Je dis « respect » à :  la génération de mon fils qui  se tape un monde 100% pourri.

Je ne résiste pas à : acheter du très joli tissus pour me fabrique de très sinistres masques…
IMG_20200527_162415

J’vais t’dire une bonne chose : j’enverrai ce gosse (mon voisin) au Canada pour faire bucheron, ça le changerait et lui apprendrait la vie et il n’aurait pas de billet de retour!

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond :

La pensée hautement philosophique de la semaine : le premier qui me dit que « non, c’était pas mieux avant », je lui mets une claque!

Je me taperais bien : une tarte aux fraises.

Cette semaine pour la première fois j’ai : vu une nana avec un tatouage affreux, ça faisait comme des trous dans ses bras… Un effet d’optique. Un truc vraiment beurk.

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : je vous ai dit qu’on regarde « Le bureau des légendes » un soir sur deux? J’adore cette série. Elle m’apprend beaucoup de chose.

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : être allongée dans un près, sous un arbre, au bord d’une petite rivière, avec le gouté dans un panier… Et des amis qui parlent doucement.

Sur ce, bonne soirée et faites-vous plaiz’ : n’hésitez pas à faire mon questionnaire de ronchonne!

Déconfinée, déconfiture…

Et voilà le premier « Je ne teul’fais pas dire! »  déconfinée! Vous savez que « déconfinement » est un mot qui n’existait pas « avant »?

Vous pouvez le reprendre chez vous, y répondre dans les com’, en faire ce que vous voulez en tous cas … Ça me fera plaisir de vous lire! 🙂 Pour copier les questions toutes prêtes sans vous embêter il faut cliquer dans la colonne de droite sur le canevas.

J’ajoute ici les liens vers les blogs qui participe :  Roseleen, Dr Caso, Peru y Francia, Valvita, Blanche, Catsud, Jenny, Cara, Un ange qui passe, Les empreintes du temps, si j’ai oublié de vous ajouter dites le moi.

Aujourd’hui je me sens : rêveuse? Avec les doigts gelés?

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : mon ancienne élève du lycée pro de l’année dernière qui est en alternance chez ma boulangère. Elle m’a reconnu malgré le masque 🙂 Bravo Mona !

J’ai été super contente de : d’aller à Bordeaux hier. Ça faisait deux mois tout de même! Ilpleuvait, je portais un masque 😦 mais j’étais contente : les rues étaient dépourvues de touristes! C’était un peu comme Bordeaux comme avant et ça ça ‘a fait vachement plaisir. Je sais : je suis pas gentille! 😛

Ça m’a franchement énervé de : qu’on envoie les flics sur les bords du canal St-martin parce qu’il y a trop de monde à touche-touche alors que dans les transports qu’il y ait trop de monde c’est parfait.

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : Oh my god!… Pfiou… J’ai eu au téléphone une personne de ma famille qui est très sourde 😦 Pas facile.

Je suis grognon : je devrais je trouve, mais non.

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : que la moitié des gens porte leur masque sous le nez, sous le menton, etc.

C’est exquis de : de dicuter avec quelqu’un d’autre mon mari et mon fils. Hier j’ai parlé avec l’infirmière qui me faisait ma prise de sang, et puis aussi avec les fillle du Géant des Beaux Art… Et franchement, c’esr exquis de parler avec des vrais gens!

Ça me rend extatique : l’odeur de la noix de coco et de la pistache. Pas ensemble.

En ce moment je lis : le deuxième tome des Les Enquêtes du département V, Profanation, de Adler-Olsen. Il fait froid,j’ai des chaussettes, un chat, un plaid, c’est parfait.

Je dis « respect » à :  toutes les femmes de ma famille qui ont connu les guerres de 1870, 1914, 1940… Qui ont connu la faim, la peur, ont du quitter leur maison pour ailleurs en France… Qui n’avaient ni papier-cul, ni serviette hygiéniques, ni couches pour les bébés, ni machines à laver, ni… ni… ni… etc. Respect.

Je ne résiste pas à : au Bureau des Légendes. Je suis accro.

J’vais t’dire une bonne chose : malgré mes excès de nourriture et surtout de sucre, mon diabète est resté suffisamment stable pour que ma toubib soit contente. Cooool! Il faut néanmoins « continuer » à être « sérieuse ».

Dans mes oreilles je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond :

Me da escolfrios! Brrr.

La pensée hautement philosophique de la semaine : 

Je me taperais bien : un verre de porto avec ma tante adorée (disparue en 2004) :-‘(

J’ai été raisonnable : je n’ai pas fêté le déconfinement avec une coupe de champagne devant la statue de Chaban! Décidément, le déconfinement, c’est pas aussi fun que prévu!

Cette semaine pour la première fois j’ai : je en ce moment même dans la salle d’attente virtuelle de mon toubib. Étrangement j’ai le trac. je n’ai pas le trac quand je suis dans sa vraie salle d’attente. Là je suis à mon bureau devant mon pc. Et j’attends. Je suis « En attente du praticien » comme dit l’appli. J’attends.

C’est bien la dernière fois que je : qu’un commerçant me dit « Ã§a vous va très bien le masque! » Moi : « Ah ben merci! On ne voit pas mon visage! » « Oui mais on voit mieux vos jolis yeux! »… 😉 Ha ha!

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : être dans une boîte de nuit en train de danser sur « Mi novio es un zombi » en 1990 avec les stroboscopes et les lumières bleues. Et dire qu’en plus on fumait en dansant!! 😀 Dios mio!

Sur ce, bonne soirée et faites-vous plaiz’ : n’hésitez pas à faire mon questionnaire de ronchonne!

les paroles de la chanson :

Los Abrazos Prohibidos
Vetusta Morla
Por los ángeles de alas verdes de los quirófanos
Por los ángeles de alas blancas del hospital
Por los que hacen del verbo cuidar su bandera y tu casa
Y luchan porque nadie muera en soledad
Por esas centinelas que no duermen.
Para que el enfermo sueñe que va a despertar
Sin temerle a su miedo y usando su piel como escudo
Moviendo las camillas del peligro como un vals
Por los que hacen del trabajo sucio la labor más hermosa del mundo
Y pintan de azul la oscuridad.
Cada noche aplaudimos en los balcones, la muerte huye con sus dragones,
Callamos al silencio un día más.
Nunca olvidaremos vuestro ejemplo
Nunca olvidaremos la dedicación.
Nunca olvidaremos el esfuerzo
Vuestro amor es nuestra inspiración
Por los que nunca miran el reloj mientras curan
Por los que hacen suyas las heridas de los demás
Por los que merecen los abrazos prohibidos
Y se meten contigo en la boca del lobo sin mirar atrás
Por los que hacen del trabajo sucio la labor más hermosa del mundo,
Y pintan, y pintan de azul la oscuridad
Cada noche aplaudimos en los balcones, la muerte huye con sus dragones
Callamos la boca al silencio un día más
Porque ya os habéis ganado a pulso
El aplauso más largo del mundo
Respeto y dignidad
Cada vez que salimos a los balcones el miedo huye con sus dragones
Y callamos al silencio un día más
(Un día más, un día más)
Supervivientes sí, maldita sea, (un día más)
Nunca me cansaré de celebrarlo