Mes italiens…

Là ça rigole pas, je suis raide amoureuse d’Umberto Tozzi en 1979, j’ai sa photo (comme un timbre poste) au-dessus de mon lit. Soupir…

Pine d’Ange! Pino d’Angio…  Qu’est-ce qu’il m’a fait rigoler l’été de mes 15 ans! Je vous rassure je n’ai jamais aimé mais c’est toute une époque 😉

Les années fac… On grandit, on change… Et j’avoue que si je ne devais en garder qu’un pour mes soirées d’hiver, avec un paquet de clopes neuf et une bonne bouteille à partager avec de vieux potes… Ca serait lui!!!

Madrid, le début des années 90, j’écoute tard dans la nuit, en fumant une Fortuna, Caruso.

Et puis ça n’a rien à voir avec les italiens mais c’est juste que de me rappeler Umberto Tozzi ça m’a rappelé Patty Smith. Je l’écoutais en boucle sur mon petit tourne disque dans ma chambre aux tentures indiennes avec de l’encens qui brule pour cacher l’odeur de la clope. C’était en 79.