Mes italiens…

LĂ  ça rigole pas, je suis raide amoureuse d’Umberto Tozzi en 1979, j’ai sa photo (comme un timbre poste) au-dessus de mon lit. Soupir…

Pine d’Ange! Pino d’Angio…  Qu’est-ce qu’il m’a fait rigoler l’Ă©tĂ© de mes 15 ans! Je vous rassure je n’ai jamais aimĂ© mais c’est toute une Ă©poque 😉

Les annĂ©es fac… On grandit, on change… Et j’avoue que si je ne devais en garder qu’un pour mes soirĂ©es d’hiver, avec un paquet de clopes neuf et une bonne bouteille Ă  partager avec de vieux potes… Ca serait lui!!!

Madrid, le dĂ©but des annĂ©es 90, j’Ă©coute tard dans la nuit, en fumant une Fortuna, Caruso.

Et puis ça n’a rien Ă  voir avec les italiens mais c’est juste que de me rappeler Umberto Tozzi ça m’a rappelĂ© Patty Smith. Je l’Ă©coutais en boucle sur mon petit tourne disque dans ma chambre aux tentures indiennes avec de l’encens qui brule pour cacher l’odeur de la clope. C’Ă©tait en 79.