Les cerf-volans d’Afghanistan

Je viens de terminer Les Cerfs-volants de Kaboul. C’est un livre passionnant, instructif, captivant et intelligent… Je l’ai peut-ĂȘtre un tout petit peu moins aimĂ© que « 1000 Soleils Splendides » du mĂȘme auteur, Khaled Hosseini, mais je me suis quand mĂȘme laissĂ© entrainer dans cette « Ă©popĂ©e ». J’ai beaucoup appris sur l’histoire et la gĂ©ographie… Et aussi sur les Ă©motions humaines. C’est un livre que je recommande vraiment, une trĂšs belle histoire mĂȘme si elle est trĂšs sombre et douloureuse.

Tiens une blagounette puisqu’on parle du Moyen-Orient :

Une femme se promÚne sur une plage et bute sur une vieille lampe. Elle se penche pour la prendre, la frotte et paf, un génie apparaßt.
La femme, étonnée, lui demande alors si elle pourra faire les trois voeux classiques
– Non, rĂ©pond le gĂ©nie, accorder trois voeux, ces temps-ci, c’est trĂšs, trĂšs difficile; il y a la crise financiĂšre, le chĂŽmage qui n’arrĂȘte pas de croĂźtre, les salaires minables, la situation politique, le prix Ă©levĂ© du pĂ©trole; donc, tout ce que je pourrai concĂ©der, ce sera un seul et unique vƓu. Alors dis-moi, que dĂ©sires-tu ?
La femme répond :
– La paix au Moyen Orient.
– Quoi ? dit le gĂ©nie, Ă©bahi.
– Tu vois cette carte, dit la femme, bon, et bien je veux que dans ce pays-lĂ , les gens arrĂȘtent de se taper dessus Ă  tout bout de champ.
Le génie regarde la carte et dit :
– Mais ça fait des lustres qu’il y a la guerre lĂ -bas. Je fais du bon boulot, mais quand mĂȘme… Pas bon au point de pouvoir exaucer ce genre de vƓu. Demande-moi quelque chose de plus simple.
La femme réfléchit un instant et déclare :
– D’accord ! Pour ĂȘtre honnĂȘte, je n’ai jamais rĂ©ussi Ă  trouver l’homme idĂ©al.. Alors je veux un homme qui soit beau, fort, cultivĂ©, intelligent, attentionnĂ© et drĂŽle, qui aime cuisiner et faire le mĂ©nage, qui soit super au lit, qui s’entende avec ma famille, qui ne passe pas toute la journĂ©e Ă  regarder du sport Ă  la tĂ©lĂ© et qui me soit fidĂšle Ă  vie.
Le génie laisse échapper un profond soupir :
– Allez, redonne-moi cette putain de carte du Moyen Orient….

Sur ce, adishatz et portez vous bien

Une derniĂšre chose (dĂ©solĂ©e pour les non anglophones…)