« Les livres de notre enfance » Langelot agent secret

Allez hop : c’est parti! Sur les 10 livres de mon enfance que je me suis engagée à lire en voilà un de lu! Bien sûr………. J’ai commencé par le premier de la série des Langelot par le Lieutenant X…. Et je me suis replongée dedans avec le même plaisir qu’à l’école primaire 🙂 Je l’ai vite fini, lisant tard le soir à la lueur de ma petite lampe de chevet planquée sous les draps……..

Une fois la surprise passée : « C’est ma gamelle, je te dis  » cria le grand rouquin agitant ses long bras.
– Erreur : c’est la mienne !  réplique le petit blond se ramassant en boule.
– Gare à toi ! Je t’écrase!  menaça le grand.
– Essaye un peu tu vas voir !
– Kss ! kss ! mords-le !  firent les autres en formant un cercle. Une de ces casernes sinistres, malodorantes, que le maréchal de Lattre voulait   démolir toutes… »

Une fois la surprise passée donc, je suis rentrée comme autrefois dans le récit et le suspens… le livre date de 1965… C’était vraiment une autre époque. On sortait encore de la seconde guerre mondiale en quelque sorte. Le vocabulaire est très différent de maintenant : « Dans la nuit, Langelot crut un instant qu’il avait affaire à un Nègre, tant le visage de l’inconnu était noir. Puis il compris qu’il s’agissait d’un camouflage nocturne. » Ca surprend. Mais il faut se remettre dans un certain contexte… Avant… Avant beaucoup de chose…

Aujourd’hui les Langelots sont rééditer mais introuvable par ici! Il faut les commander ou les commander soi même sur Ternet, ça ira plus vite… Ils ne sont plus par le lieutenant X mais par Vladimir Volkoff, qui ne se cache plus derrière ce pseudo maintenant qu’il est mort (ou bien a-t-il arrêté de se caché derrière ce pseudo avant sa mort?) qui est un écrivain très respecté.

Mais je m’aperçois en glissant sur la vague que le bouquin n’est plus édité! Il faudra que je le trouve sur e-bay si je veut savoir si le vocabulaire a été respecté dans la nouvelle édition… « le Nègre » est-il toujours là? Car si c’est un peu choquant, c’est tout de même le témoignage du vocabulaire d’une époque… Que cela nous plaise ou non… Je suis curieuse de savoir.

En tous cas je suis heureuse de cette première lecture de jeunesse où les ordinateurs balbutiants s’appellent des « calculatrices électroniques » et où on utilise des cartes perforées…