« Au diable ce chat! »

Je suis là, tranquile, en train de lire l’article de Jeanne sur les oignons, je n’ai pas encore allumé le feu, mais la maison est en ordre quand je vois Georgino (qui est une femmelle vous le savez) se lever d’un bond de son confortable fauteuil en velour jaune qu’elle a hérité de mes ancêtres… Quand disais-je je la vois se lever d’un bond et se précipiter vers la baie vitrée… Il se passe quelque chose d’anormal! Car pour qu’elle sorte de son sommeil de cette manière là! Dehors Minette miaule. Hum… Comme Simon, je suis intriguée,  car Georgino ne prend certainement pas la peine de se sortir de ses songes seulement pour aller voir sa mère… Je me pointe devant la vitre… et :

Cette imbécile de chatte a réussi à en gnaquer un! Grrr et la voilà qui nous amène sa prise. C’est drôle que Georgino ait entendu ça dans le miaulement de sa mère…

Mais c’est pas drôle que ce petit oiseau soit mortibus. Surtout que moi les oiseaux je les nourri avec des kilos de pipas et de boules de graisse pour qu’ils soient bien vigoureux pendant l’hiver! En plus Minette elle joue seulement avec ses victimes. Parce que nous l’avons eu très jeune je suppose, pour elle la nourriture c’est seulement dans un bol. Georgino elle, elle  fait des carnages : il ne reste plus que les plumes après son passage.

Bon voilà un p’tit zozio kapout 😦 C’est quoi à votre avis :-(?

Allez, adishatz et prenez garde aux chats si vous avez des ailes!