H√© dis Mahie, t’es enrhum√©e?

Ce matin j’accompagne la classe del Hijito au sport. Me voil√† donc avec une vingtaine de CE1 surexcit√©s. Une copine de Thib :

« Mahie t’es enrhum√©e?

РBen nan, pourquoi tu me demandes ça?

– Je croyais que t’√©tais enrhum√©e…

– Ben pourquoi (inqui√®te) j’ai le nez qui coule?

– Nan…

Une autre copine s’approche de moi et me chuchotte √† l’oreille :

 » C’est √† cause de ta voix qu’elle te demande √ßa… On dirait tout le temps que t’es enrhum√©e…. »

Oh…. Ben……….. Bon……. Alors √ßa! ¬†¬† La v√©rit√© sort de la bouche des enfants je veux bien……….. Mais quand m√™me, bon………. Zut. Oh! H√©! Et pis quoi encore? Au moins elle m’a pas dit que j’avais une voix !de dessins anim√©s…. Ca change.

Conseils et suceptibilité

La susceptibilit√©, on le sait bien est un d√©faut… mais quand on est susceptible, vraiment susceptible, on pense que ce sont les autres qui sont toujours en train de vous agresser sans raisons… Qui se moquent de vous, vous font la le√ßon… En gros : vous emmerdent. Parfois m√™me le susceptible est un brin, euh… comme on dit… Ah voil√† : misanthrope!

Cette apr√®m j’ai r√©fl√©chis avant d’aller au club de peinture parce que je me sentais d’humeur un chouilla susceptible ce qui m’arrive quasiment tous les 28 jours, oui je sais c’est un clich√© mais c’est comme √ßa…

Comme je n’avais v√©ritablement rien de mieux √† faire que d’aller peindre avec des copines en buvant un caf√© d√©go√Ľtant et ti√®de √©h bien j’y suis all√©e, pour les copines et pour voir o√Ļ elles en √©taient de leurs peintures…

Comme nous ne sommes plus que 4 √† venir (H√© h√© y’a eu des m√©contents on dirait!) et bien on a vraiment la prof toute pour nous et parfois un peu trop. C’est vrai je l’avoue, ses conseils souvent m’agacent. Sa mani√®re de prendre un pinceau pour toucher √† ma toile me crispe, sa mani√®re de gratter ma peinture sans me demander mon avis me fait rire jaune. Aujourd’hui √ßa n’a pas manqu√© : elle m’a conseill√© de faire le visage de ma nouvelle « fille » tr√®s blanc, puis ma reproch√© de lui avoir pl√Ętr√© la figure, m’a conseill√© des couleurs caca et m’a dit que je ne savais pas ce que je voulais alors que c’est elle qui n’en avait aucune id√©e de ce que je voulais puisque je lui avais pas dit…

Comme elle est pas m√©chante je me dis « Ma petite fille, keep cool, cette femme ne veut que ton bien… Oui, je sais elle est super √©nervante, mais profite de son enseignement…. »¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† Gniaf.¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† C’est donc ce que j’ai fait, mais alors que je suis arriv√©e avec une esquisse que j’aimais beaucoup d’une « jeune fille-enfant »,¬† je suis repartie avec une t√™te de « vieille femme fatigu√©e »… Et ce soir il va falloir que je rattrape tout √ßa. Ok ce n’est pas enti√®rement de sa faut √† elle, mais un peu √† cause de ses conseils quand m√™me.

En fait si on est plus que 4 dans le groupe (contre une douzaine au premier trimestre) c’est parce que la susceptibilit√© des autres a √©t√© un brin stimul√©e et qu’elles se sont cass√© en r√Ęlant haut et fort. Dans ce cas s’agit-il de susceptibilit√© g√©n√©ralis√©e ou juste de conseils qui √©nervent tout le monde? Ou bien tout le monde devrait-il mettre sa susceptibilit√© de c√īt√© et √©couter les conseils de la prof? Myst√®re et boule de gomme… Je dois cependant ajouter qu’elle conna√ģt son job, que quand on met sa susceptibilit√© de c√īt√© ses conseils se r√©v√®lent souvent tr√®s pr√©cieux, qu’elle est passionn√©e et conna√ģt tr√®s bien son histoire de l’art…

Mais revenons en à nos peintures-lures. Il y a 15 jours or so, je vous avais laissé avec cette petite dame étrange :

Blue7 qui s’ennuyait √† regarder vers le bas √† chang√© de regard et est devenue Blue8

Rien ne dit qu’elle ne changera pas encore un peu…

Dans le m√™me temps je finissais Miss 30′ pour laquelle j’ai un gros faible ūüôā

Tandis que Loulou-one, toute pr√™te, attendait son tour…

Mais voil√†, las… La pauvre LouLou-one prenait un sacr√© coup de vieux cet apr√®s-midi…

Au d√©but elle ressemblait √† un vampire, ensuite √† un fant√īme, puis √† une Morticia triste… Va falloir reprendre les choses en main! Bon, faudra peut-√™tre accepter et assumer le c√īt√© vampiresque, je sais pas encore.

La dessus adishatz et portez vous bien ūüėČ

Eugénie

Ma grand-m√®re, Eug√©nie, √©tait n√©e en 1904. Elle s’est mari√© en 1924 avec le beau Georges et a tenu avec lui l’√©picerie (gros, demi-gros, d√©tail) qu’il tenait de son p√®re. Il avait 23 ans, elle 20!!! Mon p√®re √† moi est n√© en 1926 et a grandi dans les odeurs de caf√© moulu, d’√©pices, de bonbons, les sacs de sucre, de farine, la balance, les bocaux de l’√©picerie familiale…

Je n’ai pas connu le commerce de mes grand-parents. Je le regrette vraiment. J’aurais aim√© voir ma grand-m√®re en commer√ßante, en chef.¬† « Le magasin » pour moi n’a jamais ressembl√© √† un magasin : Juste √† une grande pi√®ce vide, qui a √©t√© un moment lou√© √† une banque. Maintenant c’est le salon de mon fr√®re a√ģn√©, une immense pi√®ce magnifique qu’il a r√©nov√©.

J’aurais donc aim√© conna√ģtre ma grand-m√®re quand elle √©tait derri√®re sa caisse, j’aurais aim√© qu’elle me passe le virus et ouvrir √† La Rochelle le magasin de caf√© qui la faisait r√™ver.

Ma grand-m√®re avait 61 ans quand je suis n√©e et elle est morte quand j’avais 23 ans. Malheureusement elle nous avait d√©j√† quitt√© depuis un moment… Aveugle, sourde, atteinte d‚ÄôAlzheimer… Je ne crois pas qu’elle ait √©t√© consciente de ma r√©ussite au bac et de mon d√©part pour Bordeaux qui l’aurait emplie de joie. Ce qui aurait √©t√© vraiment le bonheur √ßa aurait √©t√© de d√©couvrir Bordeaux avec elle! La premi√®re fois que j’y avais √©t√© c’√©tait avec elle, de passage, rapidement, quand j’avais 7 ans.¬† Quand j’√©tais enfant et ado, elle travaillait √† Bordeaux comme « dame de compagnie ». Quand elle revenait de Bordeaux, elle √©tait toujours la plus √©l√©gante des grand-m√®res avec son beau manteau et son renard argent√©, ses cheveux parfaitement coiff√©s et un peu bleut√©, son sourire √©clatant.

Je n’ai jamais su combien de temps mes grand-parents et mon p√®re ont habit√© Bordeaux… Je pense qu’ils √©taient partis pour Bordeaux en 36, ils y √©taient pendant la guerre. Mon p√®re y a fait les beaux arts avant de partir pour ceux de Paris. Ma grand-m√®re √©tait une bordelaise de cŇďur, une √©l√©gante qui connaissait les bonnes confiseries et les promenades au jardin public.

Elle ne parlait pas tant que √ßa de la guerre, de la premi√®re ou de la deuxi√®me. Sauf pour dire que le gar√ßon qu’elle aimait √©tait mort √† la guerre de 14, que le beau Georges n’√©tait que son deuxi√®me pr√©tendant. Mais quel pr√©tendant! Elle aimait faire allusion au fait qu’il avait le sang chaud! ūüôā A travers les objets et les v√™tements qu’on regardait ensemble dans le grenier (immense!!!) je me faisais un peu une id√©e de ce qu’avait √©t√© sa jeunesse : les ombrelles, les bottines √† boutons, les bibelots d√©suets de Pierrot, les vieilles bo√ģtes √† chapeaux…

Elle disait souvent « Alors je me suis dit ma petite fille… » et puis « C’est tout neuf, je l’ai jamais port√©, je l’avais brod√© pour mon mariage! ». Quand ma grand-m√®re est morte, je me suis dit qu’elle veillerait sur moi √† chaque fois que je me dirais « ma petite fille! ».

J’esp√®re qu’elle est toujours l√†, quelque part.

La moutarde me monte au nez

Ce matin j’ai piqu√© une petite col√®re contre la directrice de l’√©cole et le m√©decin scolaire… On √©tait convoqu√© pour parl√© de l’asthme d’effort de Titi et de son allergie √† certains fruits… Franchement normalement je suis plut√īt patiente et gentille. Une copine du club de peinture me qualifie m√™me (ce que je trouve un peu rigolo) de « joviale » ce qui me fait penser √† une marmotte ou √† un lapin, je sais pas.

Mais ce matin… Le toubib scolaire en mode azimut√©e et la directrice qui donnait l’impression d’habiter sur une autre plan√®te, √ßa a commenc√© √† bien me chauffer les sangs. Pourquoi? Parce qu’elles cherchaient partout des bouts du dossier de Titi. La directrice faisait des all√©es et venues¬† et n’avaient toujours pas le dossier complet √† la fin de l’entretien. C’√©tait du big big n’importe quoi. O√Ļ est tel papier, et tel papier et pourquoi tel papier et gnagnagna et gnagnagna et rien √† propos de Thibaud. La toubib se plaignait que c’√©tait pas une PAI qu’il fallait faire, que l’allergologue n’y connaissait rien, que Thib ne devrait pas manger √† la cantine, que la secr√©taire n’√©tait pas l√†, que ceci que cela, que mes fesses et finalement j’ai explos√©.

La derni√®re fois que je me suis √©nerv√© c’√©tait en 2007 quand on a achet√© la maison et qu’un type de voirie… Enfin peu importe.

La directrice et la toubib, je leur ai dit qu’on venait pas l√† pour se faire engueuler et que c’√©tait un « monumental b….azar »… Je sais pas ce que je leur ai dit mais je sentais mon sang bouillonner et j’ai vraiment eu peur de p√©ter les plombs pour de bon. Ce que je sais c’est que √ßa a jet√© un froid et que j’√©tais √† deux doigts de me lever et de partir. C’est l√† que je vois que je suis une maman maintenant. Parce que pour Titi (qui n’√©tait pas pr√©sent je pr√©cise) je suis rest√©e afin de clarifier tout √ßa. Il n’aurait s’agit que de moi je les aurais trait√© de connasses d’incomp√©tentes et je les aurais laiss√© plant√© l√†. Mais non, l√†, une petite voix m’a dit « Calme toi ma petite fille » (√ßa devait √™tre ma grand-m√®re qui s’est senti appel√© √† la rescousse) « Calme toi, c’est pour le bien de Titi que tu es l√† ». El Marido, lui restait patient, c’est d√©j√† √ßa.

Je me rappelle d’une autre fois o√Ļ je m’√©tais bien √©nerv√© contre un coll√®gue en 2002… Ah oui, aussi, je me suis un peu √©nerv√© avec belle maman l’ann√©e derni√®re… Et puis une fois √† Madrid en 1992, j’avais failli en venir aux mains avec un guichetier de la gare d’Atocha. Et puis aussi vers 1997 avec un vigile d’Auchan √† Bordeaux.

Je suis calme mais faut pas trop me pousser. Je d√©teste me mettre en col√®re. Vraiment j’aime pas √ßa. Mais la directrice l√†, elle a vraiment pas marqu√© de points.¬† Pfff.¬† J√©sus . Mais enfin je me demande : « Avant de faire rentrer les parents dans un bureau pour parler d’un truc important avec eux, on peut pas r√©unir le dossier PAI?¬† Qui soit dit en passant n’a aucune raison d’√™tre dispatch√© au 4 coins de l’√©cole vu que nous, on l’a rendu en un seul morceau???? »

Mis√®re mis√®re mis√®re…..

Allez adishatz et portez-vous bien. Moi je m’en vais √©couter du Mozart. Il para√ģt que la musique et en particulier Mozart, adoucit le caract√®re.