Faites-vous tourner les guĂ©ridons?

Moi j’ai jamais fait tourner un guĂ©ridon, j’ai pas vu de vrais  fantĂ´mes, et personne ne m’a  envoyĂ© de messages de l’au-delĂ …

J’aime bien croire Ă  des trucs comme ça… Mais en fait rien.

Personne qui ne me chatouille les pieds, pas de visites Ă©tranges la nuit… Rien de rien : grosse dĂ©ception.

Pourtant j’ai frĂ©quentĂ© des maisons très inquiĂ©tantes… Celles de mes grand-parents bien-sĂ»r… L’une immense, dont le couloir ne finissait plus derrière une porte et encore une porte cachĂ©e derrière une pendule, des tentures poussiĂ©reuses, de vieux meubles… Des greniers, des granges, des ateliers, buanderies… Des pièces sombres, chambres inoccupĂ©es… Des planchers qui grincent un peu……………………………… Mais rien! Des trouilles phĂ©nomĂ©nales quand j’Ă©tais seule, des trouilles vertes et froides. Mais rien.

Une autre, tout aussi grande, sèche clair, en Ă©tĂ©… Le bruit des cigales qui devient obsĂ©dant, inquiĂ©tant… Des escaliers des pièces qui se succèdent dans le silence et la chaleur, puis dans la nuit et les milles bruits du jardin. La panique la nuit au bout de quelques jours… Trop de pièces, trop de bruits dans le silence, pas assez de gens.

Quand je vivais seule j’aimais vivre en appartement et savoir qu’il y avait des gens, vivants, en-dessous, au-dessus, partout… Le bruit d’une mobylette la nuit m’a toujours rassurĂ©. Je me rappelle quand je suis arrivĂ©e ici comme le bruit de la moto du fils des voisins revenant au bercail m’apaisait avant de m’endormir dans ce silence … inquiĂ©tant du lotissement.

Ici non plus, les tables ne tournent pas, les disparus ne rĂ©apparaissent pas dans l’obscuritĂ© du couloir ou par surprise dans les cabinets.

Ca mettrait un peu de piquant de voir une forme blanche traverser le jardin Ă  4h du mat’ quand mĂŞme… Et vous? Vous en avez dĂ©jĂ  vu des fantĂ´mes?

Le nouveau visage del Hijito

Bon je sais que la bouille de mon fils vous intéresse moyennement mais sachez que beaucoup de membres de ma Familia regarde ce blog et que par conséquent le nouveau visage Del Hijito peux en intéresser certains 🙂

Cela ne s’est pas passĂ© sans douleur : El Hijito se troouve très « moche » comme ça… J’ai eu beau lui dire qu’il Ă©tait beau comme un pompier voir un militaire (voyez mon effort d’imagination)  rien n’y a fait : c’Ă©tait la cata…..

Après quelques heures (et quelques parties de Wii) il va beaucoup mieux, accepte sans sourciller de se faire photographier… Je redoute le moment oĂą il va aller se brosser les dents et se confronter au miroir!!!!!!

藤田 嗣治

Tsugouharu Foujita…

Peintre japonais en1886 nĂ© Ă  Tokyo dans un milieu privilĂ©giĂ©, cultivĂ© et ouvert vers l’Europe. Il apprend le français dès l’Ă©cole primaire et Ă©tudie au Beaux-Arts de Tokyo avant de partir pour la France 27 ans ce qui Ă©tait son rĂŞve depuis des annĂ©es.

Pour la suite je vous invite Ă  vous informer vous-mĂŞme :-p

Je vous dirais juste qu’il s’est fait baptiser catholique en France et a pris le nom de LĂ©onard pour marquer son admiration Ă  LĂ©onard de Vinci. Il est mort en 68.

Comme vous pouvez le voir il adorait les chats ce qui en fait un peintre très sympathique!

Pas de chat sur ce tableau, mais le visage de cette petite fille me fait vraiment penser Ă  un chat! Pas vous?

Bien sĂ»r il ne peignait pas que des chats…

« Si je peins diffĂ©remment des autres, c’est parce que je suis Japonais et myope. »

 

Miaou!

Quelle drĂ´le de coiffure quand mĂŞme!

Pas facile de trouver des reproductions de ses oeuvres! et difficile d’en trouver de bonnes!!!

Mais qui est cette femme entourée de chats, de loups ou de renards? De perdrix?

Aucune idée du titre de tableau trouvé sur un site japonais!

 

 

Klimt

Gustav Klimt, nĂ© le 14 juillet 1862 Ă  Baumgarten près de Vienne, mort le 6 fĂ©vrier 1918 Ă  Vienne, est un peintre symboliste autrichien, et l’un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau de Vienne.


Les Trois Ă‚ges de la femme, Gustave Klimt,  1905.  Huile sur toile,178 X 198 cm. Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome

DĂ©tail

« En tant qu’allĂ©gorie, ce tableau appartient au mĂŞme genre que La MĂ©decine et les autres peintures exĂ©cutĂ©es par Klimt pour l’universitĂ© de Vienne. En fait, l’idĂ©e est illustrĂ©e ici de façon plus claire que dans les ceuvres issues de commandes officielles. Si on la considère comme une simple allĂ©gorie, cette ceuvre est en effet assez banale dans sa reprĂ©sentation traditionnelle du contraste entre l’enfance, la maturitĂ© et la vieillesse. De ce point de vue, l’Ă©lĂ©ment le plus intĂ©ressant du tableau est la manière dont le peintre a traitĂ© la vieillesse, en mettant l’accent sur la laideur du corps. De plus, il a choisi de montrer la vieille femme dans une attitude exprimant l’affliction au lieu d’en faire une figure sereine ou apaisĂ©e. L’aspect le plus frappant de cette oeuvre reste cependant la richesse et la variĂ©tĂ© des motifs ornementaux abstraits, qui allaient jouer un rĂ´le grandissant dans l’art de Klimt jusqu’en 1909 environ. » Source

Gustav Klimt ,  » La MĂ©decine  » , 1900 -1907, Huile sur toile 430 x 300 cm,   Historisches Museum der Stadt , Vienne

De mĂŞme ce tableau est beaucoup plus connu par ce « dĂ©tail » que par l’ensemble que je n’ai d’ailleurs pas pu trouver en couleur!

Explication : Comme d’autres oeuvres de Klimt, La MĂ©decine, La Philosophie et La Jurisprudence furent dĂ©truites dans l’incendie du château Immendorf, en 1945, par les nazis. Donc…. Pas de photo couleur… je ne sais pas si ce dĂ©tail est « ce qu’il en reste « ou une reproduction… A vĂ©rifier.

Responsable de la diplomatie de l’ElysĂ©e

Le voilĂ , le voilĂ , il arrive! Mince! Il part directement vers la salle du fond avec sa petite valise Ă  roulette! Il Ă  l’air aussi pète sec et dĂ©sagrĂ©able que d’habitude, ça va pas ĂŞtre une partie de plaisir!

– Monsieur Kosysark, monsieur Kosysark! Je suis la responsable de la Diplomatie de l’ElysĂ©e. Je vais vous conduire jusqu’au prĂ©sident si vous le permettez, il vous attend… LĂ -bas…  » Hum, mince, mais oĂą il est passĂ© le prĂ©sident? Je commence Ă  marcher d’un pas très dĂ©cidĂ© et officiel avec Nico Kosysark Ă  mes cĂ´tĂ©s qui n’a mĂŞme pas posĂ© un oeil sur la « petite secrĂ©taire » sans importance que je suis… Je n’ai aucune idĂ©e d’oĂą se trouve le prĂ©sident : enfin si, il n’arrĂŞte pas de bouger dans la salle des pas perdus et je sais pas oĂą je dois emmenĂ© Nico. Finalement DSK surgit devant nous, imposant, triomphant, vraiment très intimidant, c’est le prĂ©sident. Nico rĂ©trĂ©cit a vu d’oeil, c’est un peu inquiĂ©tant.

Finalement tout le monde (qui sont les autres?) se regroupe autour d’une immense table au milieu d’un champs. Bien sĂ»r en temps que nouvelle responsable de « la diplomatie de l’ElysĂ©e » je dois veiller Ă  ce que personne ne s’approche de la table de rĂ©union et du prĂ©sident. Des badauds commencent Ă  s’approcher.

« C’est une rĂ©union privĂ©e, s’il vous plait, les observateurs ne sont pas autorisĂ©s! » « Avez-vous une carte de presse? » « S’il vous plait! Diplomatie de l’ElysĂ©e! N’approchez-pas! C’est une rĂ©union privĂ©e! »

Évidement des centaines de personnes veulent s’approcher et mon travail devient difficile. Je dois garder le sourire : « Diplomatie de l’ElysĂ©e, ceci est une rĂ©union privĂ©e, s’il vous plait Ă©loignez-vous! ». J’ai les zygomatiques qui commencent Ă  fatiguer et je comprends pourquoi je suis responsable de la diplomatie : je ne dois fâcher personne…

———————————

1965-2011! Wao! It’s my birthday today!