A propos de mon non-amour des costards

Quand j’Ă©tais vraiment toute gamine, un jour que je me promenais avec ma mère en ville nous vĂ®mes sur la place de la mairie un spectacle qui me laissa bouche bĂ©e pour plusieurs annĂ©es : un mariage de motards! La place Ă©tait couverte de motos et de jeunes ou moins jeunes en combinaison de cuir. La mariĂ©e et le mariĂ© Ă©taient aussi en tenue, le casque Ă  la main.

Je suppose que j’avais 7 ou 8 ans. Et je m’Ă©tais dit « Wao! C’est comme ça que je veux me marier! » La robe blanche, l’ombrelle et les petites chaussures blanches Ă  talons ne m’ont  jamais tentĂ©es et c’est tant mieux parce que ce n’est pas comme ça que je me suis mariĂ©e… En mĂŞme je n’ai jamais aimĂ© monter sur une moto. Mais ça je ne le savais pas encore quand j’avais 7 ans.

Mais dans mes fantasmes d’enfant, le mariage de motards Ă©tait vraiment le top du top. Avec les bottes en cuir noir et le casque! yeah!

DĂ©s la 6ème j’ai commencĂ© Ă  pouvoir choisir un peu mes vĂŞtements. J’ai très vite traĂ®nĂ© rĂ©gulièrement ma mère au Lotus Bleu, place du marchĂ©. C’Ă©tait un magasin 100% indien : fringues indiennes, encens, hennĂ© etc… Mon univers Ă  cette Ă©poque.

Un des types que j’admirais (je dis bien admirais car j’Ă©tais bien trop gamine pour fantasmer sur un adulte de 25 ans!) Ă©tait un grand type qui habitait sur le port, sous les arcades, qui se baladait tout le temps pieds et torse nus. Il fabriquait des bijoux qu’il vendait sur le quai Wilson, avec d’autre hippies… C’Ă©tait vraiment eux qui les fabriquaient, en cuir, en laiton…  Ils Ă©tendait un tissu indien par terre et posaient leur rĂ©alisations dessus dès qu’il faisait beau. C’Ă©tait pas cher. J’avais donc mon bracelet de cuir martelĂ© avec des fleurs et mon surnom « Nick ».

Ca n’avait pas grand chose Ă  voir avec les motards. Un mariage hippie m’aurait encore plus subjuguĂ©… Un mariage Ă  cheval ou en roulotte. Ce que je dĂ©testais par dessus tout n’aimais pas beaucoup c’Ă©tait tout ce qui ressemblait de près ou de loin Ă  Daniel Guichard ou Sheila. Argh!!!!

C’est pas très gentil de ma part d’avoir choisi ces deux lĂ  parce que j’aurais pu choisir Ringo aussi. Et une sacrĂ© palanquĂ© d’autres affreux… Claude Machin, FrĂ©dĂ©ric Bidule…

Le marron, le beige et le orange n’Ă©taient pas mes couleurs prĂ©fĂ©rĂ©es. Je forçais ma mĂ©mĂ© Ă  mettre sa robe mauve le plus souvent possible et je n’aimais que le « fushia ». Mais ma grand-mère n’avait pas de robe fushia.

Dans ces conditions Maxime Le Forestier était donc tout à fait à mon goût et John Lennon et Yoko Ono des icônes.

Hum. Pourquoi je parle de ça moi?

Plus dans la rĂ©alitĂ© de tous les jours (c’est l’Ă©tĂ© de mes 6 ou 7 ans) la copine d’une de ma cousine Colinette roule en Coccinelle, porte de longue robe Ă  volants  en cotonnade et a les cheveux rouges. Je suis bluffĂ©e, elle devient immĂ©diatement mon idĂ©al.

Pour les cheveux, le hĂ©nnĂ© et moi sommes très vite devenu très copain. Pour la voiture ce fut plus compliquĂ©. Je rĂŞvais de conduire un bus reconverti en roulotte et peint de grosses fleurs de toutes les couleurs avec lequel j’irai rendre visite Ă  mes cousins partout en France… Le rĂŞve n’est toujours pas rĂ©alisĂ©. Il parait que c’est chouette d’avoir toujours des rĂŞves. Moi j’ai celui-lĂ . C’est vraiment un rĂŞve car dans cette histoire aucune considĂ©rations matĂ©riels n’a d’importance.

Hum

Bon

Ca sera tout pour aujourd’hui. Sur ce adishatz et portez vous bien.

Edit : JvH demande comment nous nous sommes mariĂ©s…

La photo à la mairie le matin, on était bien mignons et bien habillés mais on pas pu rester comme ça trop longtemps à peine le déjeuner terminé nous avions remis nos habits de lumières pour les traditionnelles photos des mariés dans le parc du château ! lol