藤田 嗣治

Tsugouharu Foujita…

Peintre japonais en1886 nĂ© Ă  Tokyo dans un milieu privilĂ©giĂ©, cultivĂ© et ouvert vers l’Europe. Il apprend le français dès l’Ă©cole primaire et Ă©tudie au Beaux-Arts de Tokyo avant de partir pour la France 27 ans ce qui Ă©tait son rĂŞve depuis des annĂ©es.

Pour la suite je vous invite Ă  vous informer vous-mĂŞme :-p

Je vous dirais juste qu’il s’est fait baptiser catholique en France et a pris le nom de LĂ©onard pour marquer son admiration Ă  LĂ©onard de Vinci. Il est mort en 68.

Comme vous pouvez le voir il adorait les chats ce qui en fait un peintre très sympathique!

Pas de chat sur ce tableau, mais le visage de cette petite fille me fait vraiment penser Ă  un chat! Pas vous?

Bien sĂ»r il ne peignait pas que des chats…

« Si je peins diffĂ©remment des autres, c’est parce que je suis Japonais et myope. »

 

Miaou!

Quelle drĂ´le de coiffure quand mĂŞme!

Pas facile de trouver des reproductions de ses oeuvres! et difficile d’en trouver de bonnes!!!

Mais qui est cette femme entourée de chats, de loups ou de renards? De perdrix?

Aucune idée du titre de tableau trouvé sur un site japonais!

 

 

Klimt

Gustav Klimt, nĂ© le 14 juillet 1862 Ă  Baumgarten près de Vienne, mort le 6 fĂ©vrier 1918 Ă  Vienne, est un peintre symboliste autrichien, et l’un des membres les plus en vue du mouvement Art nouveau de Vienne.


Les Trois Ă‚ges de la femme, Gustave Klimt,  1905.  Huile sur toile,178 X 198 cm. Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome

DĂ©tail

« En tant qu’allĂ©gorie, ce tableau appartient au mĂŞme genre que La MĂ©decine et les autres peintures exĂ©cutĂ©es par Klimt pour l’universitĂ© de Vienne. En fait, l’idĂ©e est illustrĂ©e ici de façon plus claire que dans les ceuvres issues de commandes officielles. Si on la considère comme une simple allĂ©gorie, cette ceuvre est en effet assez banale dans sa reprĂ©sentation traditionnelle du contraste entre l’enfance, la maturitĂ© et la vieillesse. De ce point de vue, l’Ă©lĂ©ment le plus intĂ©ressant du tableau est la manière dont le peintre a traitĂ© la vieillesse, en mettant l’accent sur la laideur du corps. De plus, il a choisi de montrer la vieille femme dans une attitude exprimant l’affliction au lieu d’en faire une figure sereine ou apaisĂ©e. L’aspect le plus frappant de cette oeuvre reste cependant la richesse et la variĂ©tĂ© des motifs ornementaux abstraits, qui allaient jouer un rĂ´le grandissant dans l’art de Klimt jusqu’en 1909 environ. » Source

Gustav Klimt ,  » La MĂ©decine  » , 1900 -1907, Huile sur toile 430 x 300 cm,   Historisches Museum der Stadt , Vienne

De mĂŞme ce tableau est beaucoup plus connu par ce « dĂ©tail » que par l’ensemble que je n’ai d’ailleurs pas pu trouver en couleur!

Explication : Comme d’autres oeuvres de Klimt, La MĂ©decine, La Philosophie et La Jurisprudence furent dĂ©truites dans l’incendie du château Immendorf, en 1945, par les nazis. Donc…. Pas de photo couleur… je ne sais pas si ce dĂ©tail est « ce qu’il en reste « ou une reproduction… A vĂ©rifier.