La chambre de barbe bleue

Au mois d’Avril, nous, le club de peinture, allons exposer dans une jolie salle d’expo de mon petit bled… Ca va ĂȘtre… la consĂ©cration! Nan je rigole, mais quand mĂȘme je suis contente… Mais bon de-lĂ  Ă  laisser mes prĂ©cieuses petites toiles mĂȘme pas complĂštement sĂšches dans les mains (nĂ©anmoins certainement dĂ©licates) des secrĂ©taires de mairie, il y a un pas. Hors de questions de leur « prĂȘter » ma derniĂšre toile qui est vraiment trĂšs fraiche et sur laquelle quelques doigts baladeurs pourraient laisser de fatales traces…

J’ai donc entrepris de faire une toile spĂ©ciale pour l’expo, que je pourrais confier aux secrĂ©taires quelques jours Ă  l’avance sans trembler… Et j’ai dĂ©cidĂ© de la faire Ă  l’acrylique afin qu’elle soit sĂšche, archi-sĂšche, comme les chaussettes de l’archiduchesse Honorine.

Le truc quand mĂȘme c’est que l’acrylique ça sĂšche tellement vite qu’on a Ă  peine le temps de mĂ©langer les couleurs… Sur la toile il faut ĂȘtre super rapide… Et j’adore pas.

Enfin bref je peins une peintre en train de peindre un tableau dans une Ă©nigmatique chambre rouge sang… OĂč un chat noir sommeil dans son panier tandis qu’un corbeau passe passera dans le ciel… Le visage de la peintre sera sensĂ© me ressembler : ça va ĂȘtre rock’n’rol! Pour l’instant c’est encore une femme sans visage! Seule ses cheveux indiquent une ressemblance avec votre serviteur … Servante?

Bref voilĂ . J’attends que ce soit terminĂ© pour vous la montrer.

Sur ce adishatz et portez-vous bien…