Beaux comme des anges

Hier Higelin a perdu son fr√®re. Je l’ai appris par hasard en allant chez SAPQ Je pense √† lui qui si souvent m’a mis du baume au coeur et de la lumi√®re dans les yeux…

Je me rappelle le double album que m’avait offert ma meilleure amie quand elle avait eu son premier salaire ūüôā : Champagne! Ca m’avait paru une folie!!!

Ma meilleure amie personne ne l’aimait dans ma famille… Pourquoi? J’aimerais bien le savoir… Parce que, principalement, elle disait « B’jour m’sieur dame! ». Mon p√®re se donnait √† peine la peine de r√©pondre, mes fr√®res ne se donnaient certainement pas la peine de discuter avec elle… Maman l’aimait bien, d’une certaine fa√ßon, qui avait ses limites.

Christine √©tait la fille du concierge de l’immeuble d’√† c√īt√©. Elle √©tait flamboyante, voyante et peut-√™tre au yeux de ma famille « vulgaire ». Elle √©tait en grave surpoids, ob√®se probablement, mais avait un visage tr√®s fin, de beaux yeux verts, une jolie petite bouche cerise et un joli petit nez fin. Elle aurait √©t√© magnifique je crois, si elle avait √©t√© mince. Son abondante chevelure brune et boucl√©e cascadait jusqu’√† ses fesses √©normes et elle se prenait pour une gitane sur son Ciao et portait plein de bijoux, des robes √† grosses fleurs horribles mais les seules qui se faisaient √† sa taille.

Christine √©tait ma meilleure amie de la sixi√®me √† la troisi√®me et encore un peu au lyc√©e bien qu’elle ne m’y ait pas suivi. Je n’ai aucune id√©e de ce qu’elle faisait quand j’√©tais en seconde! Elle travaillait plus ou moins d√©j√†. Des petits boulots.

C’√©tait une fille intelligente avec qui j’ai beaucoup ri et imagin√© le monde de quand on serait grandes, de quand elle serait mince. On a √©cout√© Grease ensemble ūüôā et dans√©!!! Comme des folles. Elle √©tait fan de « Cloclo », je d√©testais Cloclo, mais qu’est-ce que je l’ai √©cout√© chez elle!!! lol. Et Johnny aussi! lol Qu’est-ce que j’√©tais pas pr√™te √† faire comme concessions pour rigoler avec elle en fumant des bidies!

Mais notre amiti√© avait quelque chose de confidentielle… Je d√©testais tous ses amis et elle d√©testait tous les miens. Ma famille la prenait pour une conne (les √† priori vous savez…) et sa famille n’accueillait comme une des leurs. J’en ai pass√© des heures et des nuits chez elle quand √† la maison c’√©tait la soupe √† la grimace… La loge de l’immeuble √©tait super agr√©able, tr√®s lumineuse, propre, zen! On y √©tait les reines.

Mais voil√† le temps √† pass√© et je n’ai revu Christine qu’une fois, un jour par hasard quand j’avais une trentaine d’ann√©es. On a √©t√© prendre un caf√©. Elle avait une photo de moi dans son portefeuille. Pas de relation amoureuse, pas d’enfants. Elle √©tait m√©nopaus√©e et assez triste. Elle travaillait dans un cabinet de comptables. Nous n’√©tions plus des gamines. Je ne sais pas ce qu’elle est devenue.