Beaux comme des anges

Hier Higelin a perdu son frère. Je l’ai appris par hasard en allant chez SAPQ Je pense à lui qui si souvent m’a mis du baume au coeur et de la lumière dans les yeux…

Je me rappelle le double album que m’avait offert ma meilleure amie quand elle avait eu son premier salaire 🙂 : Champagne! Ca m’avait paru une folie!!!

Ma meilleure amie personne ne l’aimait dans ma famille… Pourquoi? J’aimerais bien le savoir… Parce que, principalement, elle disait « B’jour m’sieur dame! ». Mon père se donnait à peine la peine de répondre, mes frères ne se donnaient certainement pas la peine de discuter avec elle… Maman l’aimait bien, d’une certaine façon, qui avait ses limites.

Christine était la fille du concierge de l’immeuble d’à côté. Elle était flamboyante, voyante et peut-être au yeux de ma famille « vulgaire ». Elle était en grave surpoids, obèse probablement, mais avait un visage très fin, de beaux yeux verts, une jolie petite bouche cerise et un joli petit nez fin. Elle aurait été magnifique je crois, si elle avait été mince. Son abondante chevelure brune et bouclée cascadait jusqu’à ses fesses énormes et elle se prenait pour une gitane sur son Ciao et portait plein de bijoux, des robes à grosses fleurs horribles mais les seules qui se faisaient à sa taille.

Christine était ma meilleure amie de la sixième à la troisième et encore un peu au lycée bien qu’elle ne m’y ait pas suivi. Je n’ai aucune idée de ce qu’elle faisait quand j’étais en seconde! Elle travaillait plus ou moins déjà. Des petits boulots.

C’était une fille intelligente avec qui j’ai beaucoup ri et imaginé le monde de quand on serait grandes, de quand elle serait mince. On a écouté Grease ensemble 🙂 et dansé!!! Comme des folles. Elle était fan de « Cloclo », je détestais Cloclo, mais qu’est-ce que je l’ai écouté chez elle!!! lol. Et Johnny aussi! lol Qu’est-ce que j’étais pas prête à faire comme concessions pour rigoler avec elle en fumant des bidies!

Mais notre amitié avait quelque chose de confidentielle… Je détestais tous ses amis et elle détestait tous les miens. Ma famille la prenait pour une conne (les à priori vous savez…) et sa famille n’accueillait comme une des leurs. J’en ai passé des heures et des nuits chez elle quand à la maison c’était la soupe à la grimace… La loge de l’immeuble était super agréable, très lumineuse, propre, zen! On y était les reines.

Mais voilà le temps à passé et je n’ai revu Christine qu’une fois, un jour par hasard quand j’avais une trentaine d’années. On a été prendre un café. Elle avait une photo de moi dans son portefeuille. Pas de relation amoureuse, pas d’enfants. Elle était ménopausée et assez triste. Elle travaillait dans un cabinet de comptables. Nous n’étions plus des gamines. Je ne sais pas ce qu’elle est devenue.