Le temps qu’il faut…

Le temps qu’il faut pour s’approprier une maison! Pour vraiment se sentir complètement chez soi…

Oui bien sĂ»r c’est une manière de parler… Si on veut je me suis tout de suite sentie chez moi ici. Mais je crois que je commence Ă  m’y sentir encore beaucoup plus « at home » depuis que la vĂ©gĂ©tation reprend un ses droits dans le jardin.

Tous les soirs (et aussi souvent le matin) quand il fait beau, je fais le tour de ma maison, je regarde mes plantes, mes arbres, j’arrache des mauvaises herbes, j’arrose un peu quand il fait TRES chaud (autrement c’est plutĂ´t vert par ici). Je me promène avec mon petit sĂ©cateur : je coupe une petite branchette ici ou lĂ . Je coupe une rose pour la mettre dans un vase…

J’inspecte ma glycine plantĂ© il y a peu et qui pousse Ă  vue d’Ĺ“il…

A notre arrivĂ©e seul, un hortensia vivait Ă  cet endroit. J’aime y voir pousser ce figuier, mĂŞme si il n’a pas l’air dĂ©cidĂ© Ă  faire des figues…

Maintenant DEUX hortensias, un magnolia, un figuier, un noyer, un sapin cachĂ© au fond… et un arbuste non identifiĂ© qui fait des fleurs blanches. Et aussi un palmier cachĂ© derrière l’hortensia rose. J’aime que les plantes arrivent lĂ  par hasard ou soient le fruit de mes bouturages. Le sapin est celui de notre premier noĂ«l ici.

Je me dis que Georgette aussi a bien poussé, elle a deux ans.

J’adore mes palmiers : on les a rĂ©cupĂ©rĂ©s sur le trottoir,  minuscule et dĂ©racinĂ©s, prĂŞts Ă  ĂŞtre mis Ă  la poubelle par le voisin. Nous les avons plantĂ©s chez nous et ils vont bientĂ´t vraiment nous protĂ©ger des ragards indiscrets…

J’aime le gros bambou qui nous protège du soleil Ă  l’heure du diner et de l’espionage du voisin…

Mon jardin m’apaise. Je le regarde accouder au balcon. Toutes mes boutures de lauriers roses et d’hortensias. Les bambous du fonds qui commencent Ă  pousser dans la haie. Je regarde les oiseaux, les chats, le ciel, la cime des arbres, le ciel. Souvent mes pensĂ©es s’Ă©chappent vers la japon Ă  ses moments lĂ . Par le ciel je rejoins la cime d’autres arbres lĂ -bas… Mon regard redescend vers mes plantes, vers les limaces… Vers les chattes qui considèrent comme une litière les rares endroits ou la terre a Ă©tĂ© retournĂ©e par les bons soins Del Marido-Jardinier aux ordres de Lady-Mahie…

Sauvetage de la coucourde-mystère dans un pot spĂ©cialement pour elle…