Le temps qu’il faut…

Le temps qu’il faut pour s’approprier une maison! Pour vraiment se sentir complètement chez soi…

Oui bien sûr c’est une manière de parler… Si on veut je me suis tout de suite sentie chez moi ici. Mais je crois que je commence à m’y sentir encore beaucoup plus « at home » depuis que la végétation reprend un ses droits dans le jardin.

Tous les soirs (et aussi souvent le matin) quand il fait beau, je fais le tour de ma maison, je regarde mes plantes, mes arbres, j’arrache des mauvaises herbes, j’arrose un peu quand il fait TRES chaud (autrement c’est plutôt vert par ici). Je me promène avec mon petit sécateur : je coupe une petite branchette ici ou là. Je coupe une rose pour la mettre dans un vase…

J’inspecte ma glycine planté il y a peu et qui pousse à vue d’œil…

A notre arrivée seul, un hortensia vivait à cet endroit. J’aime y voir pousser ce figuier, même si il n’a pas l’air décidé à faire des figues…

Maintenant DEUX hortensias, un magnolia, un figuier, un noyer, un sapin caché au fond… et un arbuste non identifié qui fait des fleurs blanches. Et aussi un palmier caché derrière l’hortensia rose. J’aime que les plantes arrivent là par hasard ou soient le fruit de mes bouturages. Le sapin est celui de notre premier noël ici.

Je me dis que Georgette aussi a bien poussé, elle a deux ans.

J’adore mes palmiers : on les a récupérés sur le trottoir,  minuscule et déracinés, prêts à être mis à la poubelle par le voisin. Nous les avons plantés chez nous et ils vont bientôt vraiment nous protéger des ragards indiscrets…

J’aime le gros bambou qui nous protège du soleil à l’heure du diner et de l’espionage du voisin…

Mon jardin m’apaise. Je le regarde accouder au balcon. Toutes mes boutures de lauriers roses et d’hortensias. Les bambous du fonds qui commencent à pousser dans la haie. Je regarde les oiseaux, les chats, le ciel, la cime des arbres, le ciel. Souvent mes pensées s’échappent vers la japon à ses moments là. Par le ciel je rejoins la cime d’autres arbres là-bas… Mon regard redescend vers mes plantes, vers les limaces… Vers les chattes qui considèrent comme une litière les rares endroits ou la terre a été retournée par les bons soins Del Marido-Jardinier aux ordres de Lady-Mahie…

Sauvetage de la coucourde-mystère dans un pot spécialement pour elle…

8 commentaires sur « Le temps qu’il faut… »

  1. Mon jardin est un peu moins bien rangé que le tien mais j’ y trouve autant de sérénité.
    Dès que j’ arrive (même en pleine nuit …), je fais le tour de tout ça.
    Y’ en a qui rigolent « Madame fait le tour du « parc » … »!

  2. Ah je m’acharne à y mettre un peu de bazar mais comme au départ (il y a 4 ans) c’était un vrai désert de Gobi : y’a du boulot!!! Autrement j’avoue que j’aime bien passé la tondeuse : c’est une sorte de sport de délassement! lol
    Moi je fais le « tour du propriétaire » et si Minette me suit comme un petit à qui je peux parler c’est encore mieux! lol!

  3. Un balcon c’est déjà super chouette 🙂 Pendant des années je n’ai eu que le rebord de mes fenêtres pour mes petites plantations 🙂 Un jour viendra ou tu feras le tour du propriétaire 😉

  4. le mien est en bazar aussi
    comme tu le dis , c’est notre territoire
    merci pour la visite , je vois mieux l’ensemble

    c’est drôle , tu sembles vraiment aimer les pots !

    bravo pour le sauvetage de palmiers , je t’envoie le mien 🙂

    bisous

  5. Ah ben je fais beaucoup beaucoup de boutures!!! Il me faut plein de pots pour mes innombrables boutures de laurier rose et puis pour les géraniums of courses. Je mets aussi des petits noisetiers à grandir dans les pots 😉
    Pour la glycine je l’aurais volontier mise en terre mais pour quelle grimpe sur le balcon j’avais pas le choix! Ou alors faudrait que je défonce le passage en ardoise et là Le Marido verrait peut-être un peu rouge! lol
    Les palmiers ils étaient vraiment minuscule!!! Mais ils aiment beaucoup notre climat je crois 🙂
    Bises

  6. Bravo pour le sauvetage des palmiers. Ici, ils sont tous atteints par cette maudite chenille qui les fait périr. Il faut les remplacer un à un par des espèces traitées contre la maladie.
    Je n’ai pas de plantations sur ma loggia et je le déplore.
    René le bananier et Fernande la lavande se sont fait hara kiri pendant mon absence. Je renonce. Ca doit venir de la pollution citadine ou… de moi !
    J’aimerais beaucoup avoir un jardin pour y cultiver des plantes aromatiques, y voir pousser des lys. Mais ce n’est pas à l’ordre du jour ni à celle des lendemains proches.
    Bises

  7. Rha les bananiers c’est super fragile et en même temps très résistants… Je crois qu’il faut super bien choisir où on les mets. Il faut absolument qu’ils soient protégés du vent et des courants d’air je crois.
    Dans mon bled y’en a beaucoup beaucoup dans les jardins mais moi j’en ai fait crever 2 et la ville en fait crever tous les ans sur ces ronds points malgré la paille autour en hiver… L’important c’est « pas de courants d’air » enfin c’est mon diag’ 😉
    Bah on sait jamais peut-être auras tu un jardin un jour! Si on m’avait dit il y a 5 ans que je quitterais la région parisienne et que j’aurais un grand jardin je n’y aurais pas cru!
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s