J’ai d’autres chats Ă  fouetter!

VoilĂ  ce qui devait arriver arrive : Youri commence Ă  ĂȘtre grandet et Ă  se battre avec les gros chats qui veulent se frotter Ă  lui dans le jardin… Si je m’Ă©tais Ă©coutĂ© je l’aurais fait opĂ©rer avant, mais la vĂ©to me disait que pour septembre ça irait trĂšs bien… Total : je vais le faire dans 10 jours en revenant de notre petit pĂ©riple. Parce que, hein , bon, ça va!

Je vais donc aller fouetter un autre chat Ă  LR, un ancĂȘtre sans oreille, sensible du dos, qui sera nĂ©anmoins, je l’espĂšre heureux de nous voir. Nous resterons 8 jours Ă  ses cĂŽtĂ©s Ă  garder sa maison pendant que ses maĂźtres se promĂšneront dans la Californie torride, entre les  cactus et les machines Ă  sous.

Nous, nous ferons farniente sur les plages, lectures paresseuses, grillades et promenades sur le port. En espérant que la pluie ne sera pas au rdv.

Pendant ce temps dans le BĂ©arn, El Suegro* puis La Vecina*, donneront (en croisant les doigts) Ă  manger Ă  nos minets qui seront, eux, en cruel manque de cĂąlins. Mais voilĂ  c’est comme ça : en vacances, chacun fouette le chat des autres, ce qui est un habile moyen  de passer les vacances ailleurs que chez soi! A mĂ©diter…

Donc voilĂ , je ne vais probablement pas ĂȘtre trĂšs active sur la blogo pendant une dizaine de jours… Allez savoir mĂȘme si je serai assez patiente pour naviguer sur un mac pendant mon sĂ©jour rochelais?

Allez, sur ce adishatz et prenez soin de vous : lisez des trucs drĂŽles et ne regardez que des films comiques 😉 A ce sujet est-ce que quelqu’un a Ă©tĂ© voir Ni Ă  Vendre Ni Ă  Louer depuis l’autre jour???

* Beau-pĂšre, * la voisine.

Le livre que vous ne pourrez pas lacher avant de l’avoir finit

———————

Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l’attendent pour cĂ©lĂ©brer l’Ă©vĂ©nement, Allan Karlsson s’Ă©chappe par la fenĂȘtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le dĂ©but de la fĂȘte organisĂ©e en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieux suĂ©dois se rend Ă  la gare routiĂšre…

454 pages, Editeur : Presses de la CitĂ© (10 mars 2011), 19,95€

J’ai dĂ©vorĂ© ce gros bouquin achetĂ© Ă  Bordeaux la semaine derniĂšre et finit hier soir : je l’ai trouvĂ© vraiment drĂŽle, jubilatoire, fantaisiste…

Bien sĂ»r ce n’est pas de la grande littĂ©raire, mais pourquoi bouder son plaisir? C’est sautillant, rocambolesque et re-la-xant 🙂

Bien sĂ»r ce livre aura ses dĂ©tracteurs et je le comprend. Certaines ficelles sont bien grosses et usĂ©es… Mais bon, moi j’ai bien rigolĂ© et c’est tout ce dont j’ai besoin en ce moment! je vous le conseille donc 🙂

La pluie tombe toujours…

… cela ne me dĂ©range pas, je suis rochelaise, donc « une cagouille » : un escargot.

On dit que les rochelais sont comme les escargots, qu’ils sortent quand il pleut : c’est vrai. C’est normal en fait, car qui connaĂźt La Rochelle sait que les principales rues commerçantes ont leurs larges trottoirs sous des arcades qui abritent opportunĂ©ment de la pluie. Rien de mieux Ă  faire donc, quand il pleut, pour un rochelais que de se balader en ville.

Ici dans ma nouvelle patrie c’est un peu diffĂ©rent en vacances : quand il pleut la campagne est de plus en plus verte et il faut s’occuper Ă  lire, jouer aux cartes, Ă  peindre…

A Biarritz, dont nous sommes revenus aujourd’hui, les balades sous la pluie ne m’enthousiasment guĂšre : pas d’arcades, trop de vent, trop de pluie, la plage n’est pas trĂšs accueillante quand il fait mauvais et les magasins trop chers. Trop de bijouteries et de magasins de fringues hors de prix. Une trĂšs bonne librairie, mais trĂšs petite.  Alors on est rentrĂ©.

A midi cependant nous avons fait un bon repas (vous noterez que quand la pluie tombe, comme Ă  Bordeaux : Ă  Biarritz on devient gastronomes!!!)

Le Bar du Jardin, Biarritz, refait Ă  neuf pendant l’hiver…

J’y ai mangĂ© : Alcachofas con jamĂłn  (Coeurs d’artichauts sautĂ©s, jambon serrano)  6,70€

Calamars frits avec salade et sauce taratre 7€

El Marido a pris : cĂŽtes d’agneau et pommes sautĂ©es (trĂšs copieux) 14€

Vin dĂ©licieux :  Vin de pays du comtĂ© tolosan – « Racine »
2010 – Assemblage Gamay Cabernet 2,00€  le verre ou  10,50€ la bouteille…

El Hijito:  des calamars avec des frites : 10€

C’Ă©tait super super bon et j’ai trouvĂ© que le rapport qualitĂ© prix par rapport Ă  ce qu’on trouve Ă  Pau 😩 … Ă©tait excellentissime 🙂

Vous pouvez regarder la carte ici si vous avez envie de saliver 😉

3 jours Ă  Bordeaux

On est arrivĂ© Ă  Bordeaux lundi aprĂšs midi aprĂšs avoir abandonnĂ© El Hijito et Los Gatos aux bons soins de El Abuelo et La Abuela… AprĂšs avoir dĂ©posĂ© nos valises dans une minuscule mais nĂ©anmoins fort dĂ©cente chambre d’hĂŽtel nous avons pris le tram et commencĂ© Ă  crapahuter dans tous les sens dans Bordeaux. Notre premiĂšre pause cafĂ© Ă©tait un peu une erreur : un cafĂ© trĂšs joli et raffinĂ© dans un cadre jeune et sympa mais le cafĂ© nous a coĂ»tĂ© un bras et une jambe. Cajou CaffĂ© : petit budget s’abstenir.

On a donc trainĂ© dans les rue, marchĂ©, marchĂ©, marchĂ© et pas regrettĂ© de pas avoir Thib avec nous. Jusqu’Ă  19h, heure oĂč il faut commencer Ă  faire la queue Ă  l’EntrecĂŽte, lieu de notre pĂšlerinage…

Visage ravi de la Mahie qui sent dĂ©jĂ  la bonne odeur de son plat lui chatouiller les papilles…

Le menu est on ne peut plus simple et on ne peut plus délicieux!

Ensuite on s’est baladĂ© sous la pluie et on a repris le tram jusqu’Ă  la gare oĂč notre hĂŽtel Ă©tait…

Le lendemain aprĂšs un copieux petit-dĂ©j-buffet, nous revoilĂ  partis en goguette jusqu’au soir… Boutique, Fnac, ruelles, musĂ©e, cinoche…

SpĂ©ciale dĂ©dicace Ă  Dr CaSo, photo prise pour elle…

A midi nous nous précipitons vers le Café Japonais repéré la veille :

C’est dans nos prix (cliquez lĂ  pour voir la carte)

C’est dĂ©-li-cieux, super bon, miam! Ca c’est mon plat. Je recommande la salade de calamars avec du piment.

Le plat de Fab, Bento : saumon, riz et salade

Mine réjouie de Fab devant son café gourmant : dé-li-cieux, je confirme!

L’aprĂšs midi, comme chez vous, il pleuvait encore. On a de nouveau fait des kilomĂštres dans la bruine et puis avons visitĂ© le musĂ©e d’Aquitaine, pris un cafĂ© et Ă©tĂ© au cinoche. A l’Utopia que je frĂ©quentais pour la premiĂšre fois, car il n’existait pas encore quand j’ai quittĂ© Bordeaux en 98.

On a Ă©tĂ© voir ça, et ça fait longtemps que j’avais pas autant ri et Ă©tĂ© touchĂ©e en allant au cinoche 🙂

Le meilleur film de l’annĂ©e pour moi!

Ensuite il fallait aller manger. Fab et moi on adore les restaus japonais et c’est ce qui nous manque VRAIMENT ici. Alors direction un autre Jap’ qu’on avait repĂ©rĂ© rue St-RĂ©mi!

Nouilles sautĂ©es aux crevettes et gingembre : une explosion de saveur! Les meilleures nouilles de ma vie! Et : non, je n’exagĂšre pĂŽ!

Gyozas

Hein, que ça a l’air bon?

Le lendemain notre matinée a été bien occupée par la raison pour laquelle nous étions en fait à Bordeaux et que je vous invite à découvrir chez El Marido.

A 14h passĂ©es, nous sortions heureux de l’hĂŽtel ibis oĂč avait lieu « l’Ă©vĂšnement » et foncions nous restaurer, enfin, chez le mĂȘme japonais que la veille qui sert toute la journĂ©e 🙂

AprÚs encore quelques balades et achats de macarons pour Titi nous sommes rentrés vers le Béarn, les jambes en compote et HEU-REUX

Burdigala nous voilĂ !

Vous allez me dire : « Bordeaux… Sous la pluie… Ca va pas ĂȘtre tip-top… » Or c’est faux, archi faux : Bordeaux sous la pluie c’est extra! La preuve : on y va!

A nous Mollat, L’EntrecĂŽte, La Droguerie, les Galeries, la rue Ste Cath, les cannelĂ©s,  le petit cafĂ© sympa de la rue des 3 Conils… Les restau de sushis qu’on a pas encore dĂ©couvert… A nous le tramway, les cinĂ©mas et les quais, le Grand ThĂ©atre et et etc etc etc!!!

On en reviendra transformés, le sourire aux lÚvres, avec un air de païsou qui revient de la grande ville!!!

Mollat : plus grande librairie indépendante de France, avant toutes les autres, oui madame!

L’entrecĂŽte : mon restau prĂ©fĂ©rĂ© parce qu’il n’a pas changĂ© d’un iota depuis ma verte jeunesse et qu’on y mange ce que je prĂ©fĂšre : de la salade verte avec des noix, de l’entrecĂŽte et  des frites et strictement RIEN d’autre 🙂

La droguerie : depuis la 6iĂšme La Droguerie est MON magasin fĂ©tiche! Je ne peux pas aller Ă  Bordeaux sans faire quelques petits achats lĂ -bas…

La rue Sainte-Cath : La rue SainteCatherine, rue piétonne de 1 km 250 de long en ligne droite, est la principale rue commerçante de Bordeaux.

Etc etc etc….