Cachez ces bulletins que je ne saurais voir

Je voulais vous scanner un de mes bulletins de collège ou de lycée pour bien rigoler ensemble… je les ai tous relu, depuis le primaire, et ça m’a pas fait rigoler, du tout.

En primaire j’étais une bonne élève, un peu rêveuse, donc en fait un peu moyenne, mais dans la moyenne haute. Dont les institutrices déploraient l’orthographe qu’il fallait toujours travailler pendant les vacances… Je n’ai pas le souvenir qu’on me l’ait faite travailler, mon orthographe… Des cahiers de vacances oui j’en avais… Mais qui se souciait vraiment de mes « progrès »?…

6ième : « Bon ensemble que Mahie doit essayer encore d’améliorer au second trimestre. » Je n’ai pas les autres bulletins de 6ème.

5ième : « L’ensemble reste moyen. Mahie devra s’accrocher dès le début de l’année en 4ième. Travail obligatoire en orthographe durant les vacances. » La fin de la cinquième ne ressemblait pas au début  : « Mahie travaille-t-elle vraiment? »

La 4ième se révélera catastrophique… « Mahie manque vraiment des bases en grammaire. Son style est sûr. On peut espérer l’année prochaine des résultats excellents » L’année prochaine? C’est en à dire en 4ième de nouveau. « Mahie n’a pas beaucoup travaillé cette année. Dommage! » « Aurait pu beaucoup mieux faire! » « C’est vraiment très faible! »!!!

Vraiment déprimant oui de relire tout ça….

Ma deuxième 4ième ne sera beaucoup mieux, juste « assez bien ». La 3ième sera poussive, mais on me fera quand même passé en seconde… Pas si conne finalement?

Avec tout ça, les rentrées ne me faisait jamais envie… retrouver tous les ans ces profs qui voulaient que je « réagisse » que je « progresse », « me réveille », pour qui un effort « s’imposait », pour qui je pouvais « mieux faire »! Tout cela était profondément… « Barbant ». Seul le français m’amusait : « Une expression orale très aisée,une certaine facilité d’analyse. Attention à l’orthographe! »

Bien sûr je ne travaillais pas à la maison et je refusais de m’intéresser à l’école.

Mes parents signaient mes bulletins… Vous avez-vu « Entre les murs »? Quand la mère de Souleymane en conseil de discipline pour son fils ne trouve à dire que : « Il est gentil, c’est un bon fils, il fait la vaisselle, il aide ses frères et soeurs, c’est un bon fils. »? Vous avez vu cette scène? Je suppose que mes parents estimaient que j’étais une bonne fille. J’aidais maman à la cuisine, je faisais des gâteaux, je n’ avais pas de petit copain, je ne fuguais pas, je n’avais redoublé qu’une seule fois… Je n’avais pas été renvoyée, réorientée ou autre… En comparaison de mes frères je devais être quelque chose comme une sinécure.

En relisant mes bulletins je vois bien (je savais bien) que j’étais en total échec scolaire. Mais comme j’étais gentille et que je ne faisais pas de vague… Personne en dehors de mes profs et de mes camardes de classe ne s’en est aperçu. Et puis malgré des années de lycée calamiteuses où je n’ai absolument rien foutu, ni en cours ni à la maison, où j’ai séché à tours de bras,  j’ai quand même eu mon bac après avoir mis les bouchées triples pendant les révisions…

Le bac en poche. Aux yeux des parents l’honneur était sauf, j’étais sauvée, les bras de la fac m’étaient ouvert.