L’implaccable morsure du soleil!!

Une chanson que j’aime d’amour… MalgrĂ© tout…

Il y a des jours oĂč le soleil m’emmerde plus que d’autres. Par exemple le soleil m’emmerde le 25 septembre quand je n’ai pas du tout prĂ©vu me de mettre de la crĂšme et que je me retrouve en mode « vanille-fraise », « guiri-gamba »* dĂšs le matin…

Hier c’Ă©tait donc journĂ©e vide-grenier pour la Mahie… Vide grenier en extĂ©rieur. LevĂ©e Ă  6h30 avec El Marido, abandon del Hijito en mode « coach patatoes » sur le canapĂ© devant Gulli… le temps de me dĂ©poser devant mon stand avec mes caisses….

DĂšs que le soleil Ă  pointĂ© le bout de son nez j’ai tĂ©lĂ©phonĂ© Al Marido pour qu’il m’apporte un parasol, mais quand le parasol est arrivĂ© vers 10h je crois que le mal Ă©tait dĂ©jĂ  fait : j’Ă©tais frite dans le cou et le dĂ©colletĂ© des deux cĂŽtĂ©s, les Ă©paule : idem. Ensuite j’ai passĂ© la journĂ©e sous mon parasol. Il a fait 30° Ă  l’ombre sous mon parasol il faisait beaucoup plus…. Bien sur on peut pas rester tout le temps sous le parasol alors… Ca s’est bien aggravĂ© 😩

El Hijito s’Ă©tait pointĂ© avec son pĂšre Ă  10h et il est restĂ© avec moi toute la journĂ©e Ă  jouer en plein milieu de la rue avec son petit pote dont la maman et la soeur tenait le stand voisin du mien par un heureux hasard. Pas de coups de soleil pour lui, (ni pour mes voisines!!!) Non madame! Il Ă©tait au milieu de la rue en plein soleil, il est tout blanco et pas de coups de soleil!!! Juste un joli petit hĂąle! Les coups de soleil c’est pour la vrai-fausse-rousse (un peu comme les vrais faux Ă©poux Turange) (Si vous ne savez pas qui c’est je ne peux plus rien pour vous!) la vraie-fausse-rousse c’est moi la fille en pĂ©tard qui se tartine de biafine en ronchonnant que ça fait 2 fois cette annĂ©e et ça commence Ă  faire chier! Non mais bordel de merde je vais pas m’acheter une ombrelle pour jouer les post-romantique Ă  la noix (de cajou)! Je suis vraiment cramĂ©e et ça c’est chiant parce que toute la semaine (et plus!!!) on nous dit « grand soleil et 30°!!!! » et moi je vais courir d’un arbre Ă  un autre en cherchant l’ombre d’un panneau « stop » pour aller attendre El Hijito devant son Ă©cole oĂč l’on cuit plus sĂ»rement que dans un poĂȘle TĂ©fal, nom de Dieu!

AAAAAAAAAAAAAAAAArgh!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Sans blague!!!! Merde!!!!

*En Espagne un « guiri » c’est un touriste. Un « guiri-gamba » un touriste rose comme une crevette…