Faut Ă©lever le dĂ©bat!

Y’a des jours comme ça oĂč le Shtroumph grognon qui sommeille en moi se rĂ©veille d’un coup tellemnt j’ai l’impression d’ĂȘtre cernĂ©e, entourĂ©e, assiĂ©gĂ©e par des cons…

Celle qui se croit fĂ©ministe parce qu’elle a des idĂ©es rĂ©actionnaires…

Celle qui se croit maligne parce qu’elle insulte ces amis…

Celui qui dĂ©couvre que son fils Ă  une copine de puis des annĂ©es…

Celui qui croit qu’on s’intĂ©resse Ă  lui parce que c’est un crĂ©tin.

Celui qui vous tĂ©lĂ©phone pour vous acheter un truc qu’il ne veut certainement pas acheter, comme si il avait piochĂ© une annonce au  hasard…

Et puis puis tout ceux qui feraient mieux de fermer leur gueule, mais qui l’ouvrent quand mĂȘme.

Oui, je sais, ce matin on a pas envie de me frĂ©quenter, c’est pas comme ça qu’il faut parler, ça fait fuir les gens de bonne volontĂ©. Mais en mĂȘme temps quand on mettra les cons sur orbite….

Allez, adishatz, portez vous bien et mettez-vous Ă  l’abri : les cons sont d’sortie!