De retour de ma Charente…Maritime.

Nous sommes revenus. Finalement.

Après 4h de route et quelques péripéties (repris l’autoroute vers Pau par erreur après la pause café…) nous sommes arrivés le 25 à 13h chez Mi Hermano El Archéo. Etaient déjà arrivés Mi Hermano El Vaquero et sa famille, El Hermano Jeff et sa famille…

Comment résumer cette journée? Les retrouvailles, les embrassades, les coupes de champagnes, les rires, les huitres… Thib-El Hijito qui retrouve son grand cousin. Les grandes et belles nièces qui rivalisent de jolies robes et de beaux maquillages… Le feu dans la cheminée, les conversations à bride abattue, le café, les bûches… Le bonheur de nous retrouver tous, unis, malgré le temps qui passe.

Mon téléphone appareil photo m’a fait des siennes et j’ai perdu les photos du 25 et bien d’autres encore…

Le 26 le brouillard était retombé sur la Sèvre Niortiase. J’ai été rendre visite à Jeff et remplir 3 cartons « d’héritage ». El Hermano Jeff habite dans notre maison familiale et le grenier est une véritable caverne d’Alibaba. Nous ne sommes pas encore venu à bout des partages. Mais cette fois-ci j’ai finit d’emporter ma part de ce qui avait déjà été partagé il y a plusieurs années… Cet été il faudra encore trier et faire des lots d’objets ayant appartenu à mes grand-parents, mes arrières grand-parents, voir arrière arrière!!!

Monsieur le marquis et madame la marquise ont trouvé naturellement leur place sur la commode de ma chambre (oui je sais , c’est « par-ti-cu-lier »). Ils on rejoint la Pierrote qui était le haut d’une lampe des années 20 et le petit chat qui trainaient aussi dans le grenier depuis des décennies (en tous cas dans les années 70 ils étaient déjà noirs de poussières!!)

Cette fois-ci j’ai aussi rapporté « mes marquis » auxquels je tiens particulièrement parce que ma grand-mère me les avait toujours destiné, les plaçant toujours dans la chambre ou j’allais dormir (il y avait beaucoup de chambres et ma grand-mère ne m’en avait pas attribué une en particulier…)

J’ai aussi ramené cette pendule Pierrot (hors partage) mais je suis certaine que mes frères ne me l’envieront pas… Elle était complètement recouverte d’une crasse noire et épaisse, il faut d’ailleurs que je termine de la nettoyer encore un peu à la brosse à dent. Je l’adore! Bien sûr la pendule ne marche plus mais je trouverai peut-être une astuce pour monter derrière une pendule à quartz.

Le 27, promenade un peu frileuse dans les rues du village qui est le berceau de la famille de mon père. Dans la quincaillerie on allait acheter un diable charentais pour en avoir un d’avance, vu que le potier a cessé son activité…

Près du « port » et  du marché

La poésie du nom des rues…

El Hijito y El Hermano El Archéo jouent au carrom

El Hermano s’enflamme en jouant au Time’s up! On a bien rigolé.

Le chat pirate Fripouille

Photo trouvée couverte de poussière dans le grenier : la grand-mère maternelle de mon père, Anna (1877-1958), mon père et son grand-père Joseph qu’il a immortalisé là :

On avait pas envie de rentrer, mais il ne faut pas abuser de l’hospitalité de ses hôtes et puis nos chats nous attendaient 😉

Pas sur le lit, hein, quand même…