Le Pierrot art déco

Je ne sais pas si pour les jeunes d’aujourd’hui le Pierrot est un figure connu?

Autrefois (je veux dire : bien avant ma naissance!) le Pierrot a eu son heure de gloire qui a perduré encore longtemps jusqu’au années 70.

Pierrot est à l’origine un personnage de la commédia del arte italienne, l’un des valets. Il est candide, badin mais a une certaine dose de bon sens. Son vêtement est blanc avec de gros bouton ou pompon noirs, il ne porte pas de masque et a le visage enfariné. Souvent dans la commédia dell’arte, il est le rival d’Arlequin auprès de Francisquine ou de Zerbinette, et il est amoureux de Colombine la blanchisseuse dans certaines représentations.

1925 : Paul en Pierrot, Pablo Picasso.

En France, le Pierrot a fait son apparition en 1577, mais  a été  oublié jusqu’en  1830, où il reprit une nouvelle jeunesse dans les théâtres de pantomimes.

Pierrot et Colombine entre les deux guerres

Aussi le Pierrot était-il encore très en vogue dans les années art-déco (1920-1939) quand la mère de mon père avait entre 16 et 35 ans). Les objets et les meubles de cette période étaenit très nombreux chez elle ou en tous cas dans son grenier, car la mode étant un peu passé, elle les avait peu a peu abandonné dans les combles…

Quand j’étais petite elle me promettait toujours de me refaire une lampe avec ce petit Pierrot… Quand je l’ai récupéré l’été dernier il était encore cousu en haut de son abat-jour.

(Mon flash a trop aplati tout, on se rend mieux compte sur les 3 photos du dessous)

… il prenait la poussière dans le « petit-grenier » depuis avant la guerre. Aux petits trous qu’on voit en bas du buste était cousu l’abat jour qui formait la grand jupe du personnage.

Un pierrot très similaire trouvé sur le net.

Toutes ces « demi-poupées » datent d’entre 1920 et 1940 environ, en tous cas pour la mode des Pierrot. Les « marquis » sont parfois beaucoup plus anciens.

Même type de figurine art déco avec la robe qui est cousu au petits trous du bas du buste en porcelaine.

En retrouvant la pendule que je vous montrait aussi hier. J’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur la ces pierrots de porcelaine, ou plutôt d’en voir un peu plus…

Poudrier, fin année 30

Serres-livres, années 30.

J’aime beaucoup ces serres-livres 🙂

Pierrot assis Selb, Manufacture Ronsenthal, vers 1920-1930 Mod̬le de Dorothea Charol porcelaine dure, d̩cor sous ̩mail РH. 16,5 cm Hohenberg,
musée de la porcelaine allemande © Porzellanikon, Deutsches Porzellan Museum

sans oublier les sucettes… En revanche je trouve ces têtes Pierrot Gourmand très moches…

Le danseur Adolf Bolm dans « Pierrot Lunaire » en 1926 à Chicago.

Je rends bien compte que tout cela est très kitch, mais…

C’est très charmant à mes yeux

Cliquer sur l’image pour voir d’autres photos du même objet. J’aime particulièrement celui-là qui est d’une très grande finesse.

Dans le grenier de ma grand-mère ces petites figurine de Pierrot ou de marquis ne payaient pas de mine et mes frères les trouvent immondes… Cependant, de part le monde, les collectionneurs se les arrachent(cliquer pour voir les prix!!!). Ils n’auront pas les miennes, je les adore trop!  Bon ok celle-ci est particulièrement fine. On dirait presque une belle Barbie (y’en a de très moches 😉

Il y en a aussi de plus abordables… Comme celle ci, qui est très sympa aussi :

(Cliquez sur la photo pour voir le prix)

Alors quoi? Vous détestez mes Pierrot ou vous les trouvez charmants? Je ne serais pas surprise que, comme mes frères, vous les trouviez « comment dire… »

Allez bises, portez-vous bien, profitez de 2011 ou de ce qu’il en reste et levons notre verre à l’amour!