La martingale du chat

Manteau à martingale
C’était en Inde, en 1987, j’avais ouvert les yeux par une matinée sombre et mauve comme la mélancolie qui m’étreignait de plus en plus souvent dès le réveil. En laissant mes yeux errer dans les méandres de la misérable poussière qui prenait vie dans les premiers rayons de soleil je repensais avec attendrissement au mariage qu’avaient organisé la veille les enfants près du moulin miniature du jardin japonais … Ils avaient marié les chats!
Avec un mimétisme déconcertant ils avaient reproduit la cérémonie à laquelle ils avaient assisté quelques jours auparavant au mausolée des âmes mortes. Un grand mouchoir blanc accroché au cou de Marmelade faisait à la fois office de robe et de traîne. Dragon, lui, était engoncé dans une drôle d’étoffe noire retenue par une barrette de fillette, en corne, qui lui faisait comme une martingale sur le dos. Le murmure des oiseaux faisait une douce et merveilleuse musique à cet étrange mélange de jeu et de gravité. Les chats, plus patients que les hommes, se laissaient faire mollement tandis que les enfants les menaient vers l’autel improvisé.
Photo prise sur le net

Les mots à placer étaient : matin – mélancolie -mariage – moulin -mausolée – minuscule – marmelade – mauve – mouchoir – mimétisme – miniature – merveilleux – méandre(s) – murmure(s) – martingale – mélange – misérable.

Et il s’agit de :  LES PLUMES DE L’ANNÉE 13 chez Asphodèle.