La femme mystère

Bien que ne tenant Ă  peine debout et sous perfusion de thĂ© Ă  la menthe au miel et aux crĂŞpes beurre sucre, j’ai quand mĂŞme trouvĂ© la force (de je ne sais oĂą, non arrĂŞtez d’applaudir, ça me gène) de peindre un peu cet après -midi… Pendant ce temps El Marido crachait ses poumons tandis qu’EL Hijito emmagasinait tous ces salops de miasmes pervers afin d’ĂŞtre malade Ă  son tour dans quelques jours, si ce n’est dĂ©jĂ  demain! Bref.

Étrangement les tableaux reprĂ©sentants les tours de La Rochelle m’ont toujours parĂ»t ce qu’il y avait de plus kitch au monde avec le rocher de la vierge de Biarritz et le choux Ă  la crème qui domine Paris depuis sa colline : le SacrĂ©-Coeur, en peinture sur la place du Tertre, c’est tout Ă  fait aussi tarte que les tours de la Rochelle sous un feu d’artifices peintes sur du velours noir en vente sur le port lui mĂŞme…

Donc je ne m’imaginais pas un jour peindre mes chères tours, mes fières tours, le symbole de ma ville! Et voilĂ  ça y est : je suis en plein dedans…

Comme d’habitude la photo est « pas comme il faut »Â  ce coup-ci elle est beaucoup trop clair, le ciel est d’un bleu très sombre etc… Les couleurs sont -Ă©videmment- beaucoup plus belles que cette pâle photo.

Il y a sur cette photo un objet « incongru », saurez-vous le trouver?