MĂ´ssieur de La Fontaine…

Le Singe et le Chat
Livre IX – Fable 17

Il semble que, pour Ă©crire cette fable, publiĂ©e en 1671, Jean de La Fontaine se soit inspirĂ© de rĂ©cits divers, spĂ©cialement des « Jours caniculaires » de l’Italien Simon Maioli (1588) ou du « Théâtre des animaux – Un Singe et un Chat » de Philippe Deprez.
C’est de ce texte que provient l’expression « tirer les marrons du feu ».
——–
Bertrand avec Raton, l’un singe et l’autre chat,
Commensaux d’un logis, avaient un commun maĂ®tre.
D’animaux malfaisants c’Ă©tait un très bon plat :
Ils n’y craignaient tous deux aucun, quel qu’il pĂ»t ĂŞtre.
Trouvait-on quelque chose au logis de gâté,
L’on ne s’en prenait point aux gens du voisinage :
Bertrand dérobait tout : Raton, de son côté,
Etait moins attentif aux souris qu’au fromage.
Un jour, au coin du feu, nos deux maîtres fripons
Regardaient rĂ´tir des marrons.
Les escroquer était une très bonne affaire ;
Nos galands y voyaient double profit Ă  faire :
Leur bien premièrement, et puis le mal d’autrui.
Bertrand dit Ă  Raton : « Frère, il faut aujourd’hui
Que tu fasses un coup de maître,
Tire-moi ces marrons. Si Dieu m’avait fait naĂ®tre
Propre Ă  tirer marrons du feu,
Certes marrons verraient beau jeu. »
AussitĂ´t fait que dit: Raton, avec sa patte,
D’une manière dĂ©licate,
Ecarte un peu la cendre, et retire les doigts ;
Puis les reporte Ă  plusieurs fois ;
Tire un marron, puis deux, et puis trois en escroque :
Et cependant Bertrand les croque.
Une servant vient : adieu mes gens. Raton
N’Ă©tait pas content, ce dit-on.Aussi ne le sont pas la plupart de ces princes
Qui, flattĂ©s d’un pareil emploi,
Vont s’Ă©chauder en des provinces
Pour le profit de quelque roi
 —-

Commensaux: Qui mangent ensemble Ă  la mĂŞme table.

Ils ne craignaient… :  Ils Ă©taient passĂ©s « maĂ®tres ès mĂ©chancetĂ© », spĂ©cialitĂ© dans laquelle ils ne craignaient personne.

Galand ou galant : malin (voir « Le trésor et les deux Hommes », Livre IX, fable 16, note 3).

Verraient beau jeu: Verraient ce qui pourrait leur advenir de beau.

Cependant : pendant ce temps

Bertrand et Raton,
Alexandre Gabriel Decamps 1847
Musée Jean de la Fontaine, dépôt du Musée du Louvre Château-Thierry