La fĂȘte des pĂšres

Pour la fĂȘte des pĂšres je me rappelle avoir confectionner Ă  l’Ă©cole primaire un cendrier en terre peint de couleur Ă©tranges (« une sorte de marbrage rouge et bleu) et vernis!! Je me rappelle d’avoir assemblĂ©e 4 petites boĂźtes d’allumettes en quinconces sous un joli carrelage de cuisine trĂšs moche… Je me rappelle en maternelle avoir dessinĂ© un truc zarb (un cheval?) qu’on avait collĂ© sur de la feutrine rouge…

Je ne me rappelle pas trop des cadeaux de fĂȘtes des mĂšres…  Et non : je ne suis pas sĂ»re qu’il y ait eu de colliers de nouilles! (Enfin si pour la vente de fin d’annĂ©e, peut-ĂȘtre)

Mais ce que je n’ai jamais, jamais fait c’est un truc aussi peu « fĂȘte des pĂšres » que faire le portrait de son papa de cette façon :

Comment donc la maĂźtresse a-t-elle eu une idĂ©e pareille?  Je dois dire que pour la premiĂšre fois je me suis demandĂ© si son choix n’avait pas Ă©tĂ© guidĂ© par un esprit pervers 😉

Sur ce adishatz et portez-vous bien.