– Ah ben merde alors, lui dis-je, j’avais commandĂ© un veau moi?

Dimanche on achetĂ© 3 kilos de myrtilles (18 euros) au marchĂ© paysan de Bournos… J’avais juste oubliĂ© un truc c’est que j’en avais commandĂ© 5 kilos au mĂȘme producteur via l’amap… 5 kilos que j’ai rĂ©cupĂ©rĂ© aujourd’hui. remarquez c’est nikel on adore les myrtilles!

Je venais d’arriver Ă  la maison par 30° Ă  l’ombre (je vous laisse devinez combien dans ma voiture sans clim’) quand Euphrosine, la productrice de myrtilles et de veau, m’appelle sur mon portable : « Et madame Pastor-Viñador (c’est mon nom, oui je sais, c’est magnifique), vous avez pris vos myrtilles mais vous avez oubliĂ© vot’ veau!!

– Ah ben merde alors, lui dis-je, j’avais commandĂ© un veau moi?

– Ben, oui M’dame Pastor : un lot de 5 kilos!

-Oh, chouette, j’avais complĂštement oubliĂ©! Je reviens!

Ma deuche de luxe

C’est comme ça que la Mahie, au lieu de se la couler douce passe sa vie dans  sa deuche de luxe Ă  sillonner la banlieue paloise. Parce que ça a commencĂ© le matin avec un rdv pour le dĂ©jeuner avec ma copine Lucette (nom elle s’appelle pas comme ça, vous ĂȘtes bĂȘte ou quoi?) et puis un petit cafĂ© face au PyrĂ©nĂ©es (je rĂąvais en sirotant le dit cafĂ© que les montagnes disparaissent laisse place Ă  l’ocĂ©an…) et puis ensuite on est parti  en sautillant (roulant) vers le quartier Saragosse (au dĂ©but ça fait bizarre dans Pau tu vois des panneau « Saragosse » et tu dis : « Mais quelle passion ils ont pour Saragosse Ă  Pau!!! » Mais en fait c’est le nom d’un quartier… Sauf que la moitiĂ© du temps, les panneau indique vraiment la direction pour la ville espagnole… Mais bon si quelqu’un te dis : « Aujourd’hui je suis allĂ©e Ă  Saragosse voir une copine », il y a peu de chance qu’il ait passĂ© la frontiĂšre. Vous me suivez?

Qu’est-ce qu’on allait faire Ă  Saragosse? Chercher le programme 2012-2014 de thĂ©Ăątre et de danse… Et puis aprĂšs un saut Ă©clair chez Leclerc, on est revenu dans not’ campagne…

Ensuite j’ai repris Titine pour aller chercher Titi dont c’Ă©tait le dernier jour de classe et! On a Ă©tĂ© faire un tour au centre commercial en attendant que ce soit l’heure de l’amap… Oui mais, on a du revenir en urgence pour une raison que je ne vous dĂ©voilerai pas et qui n’a aucun intĂ©rĂȘt. Et ENSUITE j’ai repris Titine pour aller, donc, vous l’avez compris 2 fois Ă  l’amap. Ce qui fait que j’ai passĂ© pas mal d’heure dans ma guimbarde et que j’ai l’Ă©paule gauche rouge tomate (coup de soleil).

Tout cela pour dire que j’aurais jamais du imaginer que c’Ă©tait chouette que d’habiter ailleurs que dans le coeur d’un grande ville ou on peut tout faire A PIED. Poil au nez!