Un phare dans la nuit…

Le phare Richelieu est très près de la maison oĂą je suis nĂ©e (ou presque) et oĂą j’ai eu ma chambre jusqu’Ă  mes 40 ans, quand ma mère est subitement dĂ©cĂ©dĂ©e.

Le soir, que ce soit en été ou en hiver on aimait aller le voir clignoter dans la nuit. On habitait juste à quelques pas de la mer.

Avec mes copines on allait « face Ă  la mer » pour fumer nos premières clopes, pour s’Ă©chapper de la maison, pour parler des garçons… Plus il y avait de vent, mieux c’Ă©tait. Quand les vagues nous arrosaient c’Ă©tait encore plus fun.

LĂ  oĂą il y a le point orange, c’Ă©tait ma maison, lĂ  oĂą il y a le point rouge c’est le phare Richelieu. La corne de brume que j’aimais entendre quand le brouillard tombait venait de ce phare. (Photo prise par moi la semaine dernière du haut de la tour de La Lanterne).

On traversait le mail et on Ă©tait sur la promenade de la Concurrence, dans les embruns.

Ce n’est pas un très gros phare : « La Tour Richelieu est situĂ©e dans le chenal d’entrĂ©e du port de La Rochelle. Elle a Ă©tĂ© construite en 1860 sur l’emplacement de la digue rĂ©alisĂ©e sur ordre du Cardinal Richelieu, lors du siège de La Rochelle. Elle a Ă©tĂ© dĂ©molie dans la nuit du 21 janvier 1914 par le vapeur anglais Cerdartres. Une nouvelle tour en bĂ©ton fut Ă©difiĂ©e en 1915 ; de forme tronconique, sa hauteur est de 13,30 mètres. »

Jolie page Ă  regarder sur les phares.