Vous en connaissez forcĂ©ment…

J’avais une copine comme ça il y a …. Vers 1989 qui Ă©tait capable de me raconter des trucs qui lui Ă©tait arrivĂ©s… Sauf que c’Ă©tait Ă  moi que c’Ă©tait arrivĂ©… C’Ă©tait une cas de Serial Mytho assez « grave » car elle n’avait pas beaucoup de mĂ©moire. Elle pouvait te raconter ses vacances Ă  Budapest, alors que 15 jours avant elle t’avait racontĂ© ses vacances Ă  Londres. Le seul « hic » Ă©tant que c’Ă©tait toujours les vacances de quelqu’un qu’on connaissait de loin… Hum.

Mais plus prĂšs de nous et au quotidien je suis certaine que tout le monde Ă  un ou une « mytho-plus » dans son entourage Ă  qui il est impossible de raconter quoi que ce soit sans qu’il vous rĂ©ponde par un « moi plus, plus fort, plus dingue, plus loin, plus triste, plus drole, plus tout »… Rah… Laissons les causer si on y arrive… Je sais : on aimerait, dans l’absolu, leur foutre une bonne baffe… Mais… On prĂ©fĂšre rester stoĂŻque, c’est plus « civilisĂ© ». Rha….