Crévindieu dites-moi où citi qu’faut qu’je signe pour quitter cette région maudite!!!!

Je vais profiter de demain comme d’une parenthèse enchantée et me préparer pour mon agonie de la fin de semaine…

J’ai remis son gentil parasol à ma petite glycine et baisser le grand store du balcon… Youri (le chat) ne sort pas du garage, havre de fraicheur… Enfin il en est sorti ce matin pour mâchouiller un oiseau avant de me le laisser raide et sanguinolant devant le laurier rose, jaune.

Aujourd’hui El Hijito est avec son pote L’Auvergnat, un gamin qui a pile-poil son âge et qui vient de temps en temps en vacances chez ses abuelos.
Journée tranquille donc pour moi sans émission de télé américaine sur comment transformer un camion en super camion ou comment faire exploser une maison avec du popcorn (je n’invente rien!) vous n’avez pas Discovery Channel?

Donc bref, aujourd’hui j’ai ranger plein plein de trucs dans la maison, re-tout nettoyé à la javel, classé des papiers, rangé des tiroirs, jeté des truc etc etc : Je suis prête, ma maison est nikel, on peut se rouler par terre et lécher le sol. Je suis prête, je n’ai plus rien à régler : la recherche de taf payé au smic recommence! Si vous voulez m’offrir 4 fois plus je suis preneuse, ça me permettra de faire la lady et de me payer une femme de ménage afin de me rouler par terre avec Minette quand je rentre des courses par 38° (real feel 45°) sur le carrelage frais et propre comme un cul de bébé.

Avez-vous déjà lu des bouquins de Carmen Posadas? Non? Vous devriez, d’abord parce que c’est une écrivaine espagnole ce qui est déjà bon signe et ensuite parce qu’elle est (Oh un miracle!) traduite en français!

Le bouquin qui cartonne en ce moment (enfin je crois) c’est « Invitation à un assassinat ». C’est très glamour, j’adore. Je l’ai pas encore  lu. En ce moment je lis : Pequeñas Infamias : Petites infamies. Je vous raconterai.

Sur ce adishatz, portez-vous et sentez vous vraiment bénis si il ne fait que 27° chez vous.