Les mecs bien ne sont pas des grenouilles

Depuis 2 jours j’ai écouté « quelques » tangos… J’en viens à la conclusion que mes goûts (je le savais déjà) en la matière sont plutôt rétro 😉

Aujourd’hui j’ai découvert Tita Merello, une chanteuse avec un tempérament du genre à pas se laisser marcher sur les pieds 🙂 Voilà qui est plaisant à mes yeux. Elle chante avec une force et une morgue que j’adore.

Laura Ana Merello, dite Tita, était une actrice et chanteuse de tangos argentine né à Buenos Aires en 1904 (comme ma grand-mère Vaquéros) et morte en 2002. La pauvrette était déjà orpheline de père quand sa chère maman l’abandonna. Elle grandit donc dans un orphelinat. A part ça il n’y a pas grand chose sur le net sinon que c’est une des plus grandes actrices du cinéma argentin qui a tourné une quarantaine de films et qu’elle était très aimé des argentins et qu’elle morte presque centenaire.

Klaus Mann illustre bien(physiquement uniquement et avec tout mon respect) le fifi argentin ou le gommeux français…

Dans le tango que j’ai choisi elle parle à un « Niño bien » (un connard cela va sans dire) c’est à dire un « garçon de bonne famille » … Qui a en fait a grandit dans la pauvreté et qui fait tout pour faire croire que son père est un gros propriétaire alors que c’est un crève la faim. Le « garçon bien comme il faut » qui frime dans tous les endroits chics en fumant du tabac anglais etc. Dans les paroles on retrouve la phrasé argentin le « sos » à la place de « eres » (tu es). J’ai été amusé aussi de noté qu’en Argentine avoir deux noms de famille est considéré comme snob alors qu’en Espagne c’est obligatoire (on porte le premier de son père et le premier de sa mère).
En ce qui la concerne je ne pense pas qu’elle ait de famille italienne car son accent est très clairement espagnol. En gras je vais souligner ce qui me saute aux yeux (et aux oreilles) comme étant argentin. Elle prononce aussi certain mots à la française, probablement pour faire snob vu le contexte 😉

La traduction est de moi donc soyez tolérant et aussi reconnaissant ( lol) car elle m’a demandé du boulot 😉 Et puis j’ai écouté ce tango une quinzaine de fois 🙂 c’est de l’abnégation ça ou pas? Mais plus je l’écoute plus je l’aime : ça tombe bien.

Niño bien, pretencioso y engrupido*, Garçon bien, prétentieux et vaniteux
que tenés berretín de figurar, qui  a le caprice de se montrer
niño bien que llevás dos apellidos, garçon bien qui porte 2 noms de famille
y que usás de escritorio el Richmond Bar, qui utilise le bar R. comme bureau
vanidoso, la vas de distinguido, vaniteux, tu fais le distingué
y siempre hablás de la estancia de papá, tu parles toujours de la propriété de papa (à noter : la estancia de papa dit avec un accent très français).
mientras tu viejo, pa’ ganarse el puchero, pendant que ton vieux pour gagner sa croute
todos los días sale a vender fainá. Tous les jours va vendre son travail

Vos te creés que porque hablás de ti, Tu crois que parce que tu parles de toi
fumás tabaco inglés, que tu fumes du tabac anglais
usas guantes kaki, et porte des gants kakis
y te cortás las patillas a lo Rodolfo, et te coupes les pattes à la Rodolphe
sos un fifí*. tu es un gommeux (Hi hi rigolo ça!) ou un type chic (1)
Porque usás la corbata carmín, parce que tu portes une cravate rouge
y allá en el Chantecler, et là au Chantecler
la vas de bailarín, tu fais le danseur
y te mandás la biaba de gomina, et  te tartines de gomina
te creés que sos un rana*, tu crois que tu es intelligent (2)
y sos un pobre gil. et tu n’es qu’un pauvre type

Niño bien, que naciste en el suburbio, garçon bien qui est né dans les faubourgs
de un bulín alumbrao a querosén, dans une cahute éclairée au kérozène
que tenés pedigré bastante turbio, tu as un pédigrée tellement trouble
y decís que sos de familia bien, Et tu dis que tu es d’une famille « bien » prononcé à la française. J’adore!!!)
no notas que estás mostrando la hilacha, tu ne remarques pas qu’on voit tes habits usés jusqu’à la corde.
y al caminar con tu aire triunfador, et en marchant avec ton air triomphant.
se ve bien claro que tenés mucha clase, on voit bien que tu as assez de classe
para lucirla detrás de un mostrador, pour la faire briller derrière un comptoir.

Musique de Juan Antonio Collazo et paroles  de Roberto Fontaina y Víctor Soliño, 1928.

* Lunfardo : Le lunfardo est apparu à Buenos Aires et  Montevideo au cours de  la deuxième moitié du 19ième siècle, grâce à l’influence des immigrés italiens. Étymologiquement, lunfardo, vient de lombardo, de la région italienne de Lombardie. La première utilisation de cet argot est apparu parmi les prisonniers, qui l’employaient entre eux pour que les gardiens ne puissent pas les comprendre. (De la à dire que les prisonniers étaient d’origine italienne et les gardiens espagnole??? Étrange….)

(1) Un fifi est un mot « lunfardo » qui vient de « efininado », et désigne un garçon riche et à la mode, prétentieux et ridicule….

(2) Le mot « rana » n’a pas été facile à traduire. En espagnol c’est juste une grenouille et c’est au féminin. Ici et dans plusieurs autres tango « rana » est utilisé au masculin… J’ai trouvé sur le net que, bien sur, c’est un mot du fameux lunfardo. Il signifie : vif, astucieux, intelligent, habile, malin…

Voilà voilà. Je vous livre ce post comme il est, je ne mets pas en doute que vous l’aurez tous lu jusqu’ici… Mais je doute que tout le monde soit tombé sous le charme de Tita. Si vous n’avez pas compris le titre, c’est que vous n’avez pas lu jusqu’ici 😉

Si vous trouvé la voix de Tita  insupportable (comme El Marido) je ne vous en voudrais pas… Les gouts et les couleurs…

J’ai une attirance particulière pour cette époque les années 20… 30… qui correspondent à la jeunesse de ma grand-mère. J’en aime la mode, les tissus, les meubles… Les bibelots démodés… Mais j’en parlerai peut-être une autre fois?

Pour ceux qui n’aime pas Tita je vous propose l’excellentissime et très moderne Gotan Project