Au secours la mondialisation a encore frappĂ©!!

Le feuilleton artistico-surrĂ©aliste de l’Ă©tĂ© : la « restauration » Ă  la sauvage, Ă  l’arrache, Ă  la va comme j’te pousse, du Ecce Homo vieux d’un siĂšcle et de trĂšs peu d’intĂ©rĂȘt ou en tous d’aucune valeur, d’une petite Ă©glise du fin fond de notre IbĂ©rie chĂ©rie.

Depuis qu’il y a quelques jours le pot aux roses a Ă©tĂ© « dĂ©couvert » : l’histoire fait le tour du net! Vous n’y avez sĂ»rement pas Ă©chappĂ©…

Qu’est-ce qui s’est passĂ© exactement?

Dans le petit village de Borja, province de Sarragosse, une pimpante petite mĂ©mĂ© bien intentionnĂ©e, trouvant que le Christ peint sur le mur de l’Ă©glise avait besoin d’un petit relooking, lui a refait une beautĂ©, ou plutĂŽt une laideur comme diront les mauvaises langues…

La peinture originale, Ă  l’huile, sur le mur mĂȘme de l’Ă©glise, n’avait aucune valeur et n’Ă©tait pas plus terrible que des milliers d’autres peintures-bondieuseries d’Ă©glises mais le rĂ©sultat est tellement affreux et les rĂ©seaux sociaux tellement rapide que voilĂ  notre pauvre vieille et son village Ă  la une de tous les journaux du monde!!!

En rĂ©alitĂ© est-ce grave? Bouarf… PĂŽ tellement plus que le grand arbre tricentenaire ou peut-ĂȘtre millĂ©naire  abattu sur la place de mon village parce qu’il menaçait de s’Ă©crouler d’un coup… Mais ça : c’est pas rigolo. On en aurait parlĂ© sur le net si il avait Ă©tĂ© remplacĂ© par un brocoli de la mĂȘme taille en plastique fluo. Faut de l’originalitĂ© pour faire le buzz!

Non l’histoire du tableau restaurĂ© par mĂ©mĂ© n’est pas plus grave, mais le rĂ©sultat est tellement cocasse (comme aurait dit ma mĂšre) que tout le monde en parle (et moi de mĂȘme!) . Je suis certaine que par-ci par-lĂ  certains s’offusquent comme si c’Ă©tait LĂ©onardo qui avait Ă©tĂ© insultĂ©. Faut pas exagĂ©rer… y’a pas crime de lĂšse majestĂ©…

Bref tout ça c’est la faute Ă  cette connerie de mondialisation qui fait que quand mĂ©mĂ© pĂšte Ă  Saragosse on en parle Ă  Toronto . Amen.

Expertos intentarĂĄn restaurar el Ecce Homo « destrozado » por una anciana