Mamón, hijo puta, cabrón!

C’est pas que j’aime dire des gros mots… Mais quand même un peu…

J’ai été une ado qui disait « putain » toutes les 3 minutes au grand dam de mes parents, et je continue de le dire je crois 😉 J’aime pas ne pas dire de gros mots devant les enfants… Mes frères m’ont souvent fait les gros yeux quand leurs enfants étaient petits. Drôle d’idée. J’aime pas la censure 😉

C’est vrai que je n’aimerais pas que mon fils dise « putain », mais comme tout le monde ne se construit pas en copiant sa maman, mon fils ne dit aucun gros mots et ne me réprimande pas non plus pour mes grossièretés (manquerait plus ça). En plus il sait très bien qu’il n’a pas le droit d’en dire. A 9 ans on est trop petit.

Et puis ça ne sert à rien  que je tempête en espagnol plutôt qu’en français, car le filou (El Hijito) veut savoir ce que je raconte.

Les gros mots en espagnol (probablement parce que ce n’est pas ma langue maternelle sont beaucoup plus rigolos qu’en français – et plus rigolos qu’en anglais où ils sont pour moi vraiment vulgaire 😦 Fuck, cunt… 😦 Asshole 😦 Très vilain l’anglais)

Ce que j’aime avec l’espagnol c’est que c’est drôle. Un peu scato peut-être…

L’espagnol (pas très poli) fait caca sur tout :

Me cago en dios ou Me cago en dios y todos sus santos : Je fais fais caca sur dieu.

(mes amis espagnols n’étaient pas très catholiques…)

Me cago en la puta : je fais caca sur la pute

Me cago en la puta madre que le pario : je fais caca sur la pute qui l’a enfanté.

Me cago en la leche : je fais caca sur le lait…

Me cago en la leche de la puta madre que le pario : sur le lait de la pute sa mère…

Me cago en el puto gato : sur le putain de chat…

Le caca et le lait sont donc très important 😉 J’ai pas eu que des bonnes fréquentations moi à Madrid!!! (dis-je malicieusement)

Le « mamón » que je traduirait par « connard » signifie littéralement « celui qui tête » ou « nourrisson »…

Le « cabrón » : lui est un sale enfoiré ou juste un enfoiré… Mais à l’origine c’est un bouc et aussi donc par conséquent aussi un cocu. Mais si quelqu’un vous traite de « cabrón » ou de « cabrona » on vous traite bien d’enfoiré ou de sale connasse…

Avec le lait :

Les espagnols peuvent s’exclamer « Â¡Es la leche! » (C’est le lait!) Qui correspond un peu à « putain! » (bah oui…) dans un sens négatif ou positif.

Estoy de mala leche.  (Je suis de mauvais lait) Je suis de mauvaise humeur.

Tiene mala leche. (Il a un mauvais lait) Il a mauvais caractère.

Après y’a tous les trucs religieux…

¡Ostia! (Ostie!) avec son dérivé  »Â Â¡Ostras! » (huitres!) : la vache!

Et puis c’est sans fin mais je vais quand même conclure avec « gilipollas » (une autre sorte de connard imbécile). Gili vient de l’arabe (bête, neuneu) et polla … hé bien c’est la bite. Le gilipollas est donc un neuneu de la bite (encore un connard) à la base c’était utilisé pour les mecs qui ne savait faire que des filles et n’avaient pas de succession mâle…. Fallait vraiment que ça soit des neuneus de la bite…

Mince faut que je file chercher le marmot à l’école!

Adishatz!