Septembre, le mois le plus tendre, dit-on.

La fin de la semaine arrive  et c’est tant mieux… Parce que c’est pas tip-top en ce moment : Fab se lève Ă  4h tous les matins pour disparaĂ®tre une demie heure plus tard, puis rĂ©apparaitre Ă  son taf Ă  5h… J’amène El Hijo Ă  l’Ă©cole le cheveux presque encore mouillĂ© mais les cernes bleues bien cachĂ©es sous le fond de teint, les cils charbonneux et la lipe pulpeuse : faut pas se laisser aller! Rien de pire devant l’Ă©cole que les mamans chĂ´meuses qui ont baissĂ© les bras et se trainent le cheveux gras et le jogging fripĂ©… Pas de ça chez nous!!!  « There’s no way,  absolutly no way that you can live your life without joy… It makes the bird sing, makes the flowers bloom and spring. It’s the force that keeps this world turning… »

Bref, après une semaine au rythme de dĂ©marrerai-je dĂ©marrerai-je pas… Nous voilĂ  dĂ©jĂ  (?) Ă  la fin d’un jeudi ordinaire qui m’a vu me balader au « Village de l’emploi de Pau » oĂą j’ai bavardĂ© avec diffĂ©rentes nanas d’agences d’IntĂ©rim. On m’a parlĂ© d’un poste oĂą il fallait absolument ĂŞtre complètement trilingue pour tenir le standard de 8h30 Ă  18h avec 45 minutes de pause Ă  midi pendant 3 semaines… Après la deuxième nenette reviendrai de vacances et ça serait un poste normal Ă  35 h… Je me suis pas bien visualisĂ©. J’ai eu comme un bug au niveau de l’imagination. Mais j’ai pas eu Ă  dire « No way! I’m not your fuking slave! » Elle devait me rappeler dans l’après-midi et l’a pas fait… Est-ce que j’aurais dit oui dans une espèce de frĂ©nĂ©sie morbide?

Alors c’est comme ça. Ce soir j’ai ressorti mes affaires de dessin et j’ai crayonnĂ© comme-ci comme-ça avec mes beaux feutres… J’ai feutrinĂ©. Je suis retombĂ© sur des petits « croquis » que m’avait fait Mi Hermano El Vaquero en 5 minutes comme ça sans y penser alors qu’il ne dessine jamais…

« HĂ© dis, dessine-moi un homme chat! »

L’homme chat, VaquĂ©ro, 2010

Et dis, dessine moi une grosse brute gentille!

la brute, Vaquéro, 2010

Mi Hermano El Vaquero il a quelque chose Ă  forte dose dans le sang qui fait qu’il dessine les doigts dans l’nez! Mais bon il a pas dĂ©cidĂ© d’ĂŞtre dessinateur. Il fait un mĂ©tier plus sĂ©rieux. C’est peut-ĂŞtre dommage, ou pas.  La vie est dĂ©jĂ  assez compliquĂ©e sans se poser des questions Ă  la con.

Sur ce, demain matin je vais suivre mon premier cours Ă  l’Ecole Sup d’Art des PyrĂ©nĂ©es… Avec un prof assez rock’n’roll qui est dessinateur de BD. Je suis un peu dans mes petits souliers. Un peu intimidĂ©e.

En plus c’est moins cher que dans le club de mon bled.

Adishatz les amis, portez-vous bien, prenez soin de vous. Je vous bise. Au fait? Ca vous plait Mariama?  Vous pouvez continuer Ă  l’Ă©couter lĂ .