Aï aïiiiiiiiiiiiiiiiiiï aï…..

D’abord quelques minutes de pure beauté, de pur bonheur : Albeniz*. Maintenant que la musique est en train de nous adoucir les meurs :

Je voulais aussi vous parler d’une description de poste complètement absurde tellement elle est détaillée et à laquelle heureusement je n’aurai pas à répondre, car elle est destinée à des personnes ayant été reçues à un concours mais juste pour le fun vous pouvez lire cette description de poste quasi kafkaïenne

Autrement la semaine s’est terminé avec un joli soleil d’automne, des conversations en terrasse avec ma nouvelle copine Yuguri (elle est basque) nous parlons 1h espagnol, 1h français : c’est ce qu’on appelle un échange linguistique. On se corrige, on s’apprend des trucs, cette semaine je l’aidais à se préparer à un entretien en français qu’elle aura lundi et qui la fait flipper… (Ca vous rappelle quelqu’un?). Yuguri est arrivé en janvier de Barcelone, plus de taf là-bas pour les bac+5… Je suis positive avec elle et ne lui dit pas qu’en France c’est pas si bien qu’elle l’imagine…

Vendredi matin j’étais heureuse : je retournais à mon cours de peinture! …

Hélas notre prof ne voulait plus venir faire deux heures par semaine dans notre bled pour le smic et il a fallu lui trouver une remplaçante! Notre prof de l’année dernière, Pénélope, avait fait des études d’arts, était une artiste passionnée, une érudite, une prof depuis la fin de ses études… Incollable sur les modernes comme sur les classiques, c’était la pro de la palette! Parler avec elle du Caravage ou de Soraya était un plaisir. Hélas elle est partie! hélas elle a été remplacée… Par une femme qui a commencé la peinture en autodidacte quand sa retraite lui est tombé dessus. Une personne qui ne connaît strictement rien à la peinture et ne connaît pas les couleurs par leurs noms… Elle nous a apporté l’album photo de ses oeuvres : j’étais tellement atterrée par la qualité « peintre du dimanche à qui personne n’ose dire qu’il fait des croutes » que j’ai décidé sur le champ que ma période « club de peinture » était terminée…  Avec la vieille Agathe (qui a 85 ans) on marmonnait entre nous « Jamais entendu autant d’inepties en si peu de temps », « Pénélope en ferait une jaunisse si elle entendait toutes ces conneries! » etc etc…
Il faut dire que la nouvelle, elle y allait fort à coup de phrase du style « On ne peut pas obtenir un joli violet par mélange, c’est impossible! Pour un beau violet, il faut acheter un beau violet et l’utiliser tel quel! » Wao………………………… Ça c’est une artiste! Bon bref, je ne vais pas l’enfoncer, ni vous faire le bêtisier de la semaine mais voilà : je ne peux pas payer 150 euros par an pour ça. 150 euros pourtant ce n’est pas cher. Maintenant si je veux des cours il va falloir que je me dirige vers une des profs avec qui j’ai pris des cours il y a un peu plus d’un an, une prof avec une vrai formation, un vrai talent, un vrai feu sacré… Le tarif est plus élevé et je ne pourrait pas y aller toutes les semaines, oh non! Mais peut-être 4 ou 5 fois dans l’année histoire, d’acquérir des techniques, de progresser un peu… C’est 100€ pour 4 séances de 3h : ce n’est pas cher de l’heure, mais bon, quand on a pas de salaire, tout est cher.

Autrement vendredi bien que je n’ai pas eu les précieux conseils de Pénélope sur comment obtenir le meilleur mélange pour les teintes les plus chouettes, bien que je n’ai pas eu ces critiques avisées, j’ai quand même commencé une toile, il faut que je la termine… Je m’y remets.

Il y aussi des cours à l’École supérieure d’art des Pyrénées, je vais me renseigner… Il y a des cours avec « modèles vivants », ça pourrait être super sympa! 🙂

* accessoirement l’arrière grand-père d’une Cécilia fort connue.

PFO

PFO definition :

A rejection letter received after an unsuccessful job interview. Also applicable for any polite-but-final rejection.

Origin:  acronym of « Please Fuck Off »

Exemple:

« Remember we auditioned for the Middle-a-nowhere opera company last week? Did you hear back from them yet? »

« Yeah, I got a PFO a couple of days ago. »

Cet aprèm j’ai reçu un mail de la DRH de la boîte où j’ai eu un entretien de merde mardi pour un poste dont je rêvais …

Je n’ai pas rencontré la DRH à cette occasion, néanmoins elle garde un excellent souvenir de notre échange :

« Suite à notre entretien, je suis au regret de vous annoncer que votre
candidature n’a pas été retenue malgré la richesse de nos échanges et
l’intérêt suscité par votre parcours.

Certain que vos qualités vous permettront de trouver un poste
correspondant à vos ambitions. » blabbla…

Il y a des PFO neutres. Des PFO gentils (J’en ai eu un la semaine de la communauté d’agglo qui était bien tourné et plein d’empathie), il y en a même parfois qui ont l’air sincère… Mais quand quelqu’un que je n’ai pas rencontré me parle de la « richesse de nos échanges » et qu’ELLE dit « certain » que blablabla… Les bras m’en tombent : j’ai vraiment pas l’impression d’être traité avec humanité.

La vie continue cependant.

Edit : ce post est le 666ième, ça doit être un signe…

VDM

J’avais postulé pour deux postes dans la même « boîte », des postes relativement « différents » et j’avais du pondre deux lettres le même jours, assez différentes, ce qui avait été un peu « prise de tête ».

Quelques jours après je reçois une réponse des RH me disant que je suis convoquée pour le deuxième poste je me dis très bien : c’est parce que j’ai une licence d’espagnol que je les intéresse plus pour le deuxième poste que pour le premier (que je trouvais très intéressant également).

Depuis une semaine je me prépare donc pour le poste « avec espagnol ».

Aujourd’hui l’entretien… et là « Ah ben non c’est pas spécialement pour le « poste espagnol » »… En fait on a plusieurs poste à pourvoir, pour vous on penserait plutôt à tel autre, ou pas, ça dépend…. Bref, tout ce à quoi je me prépare depuis une semaine on peut le foutre à la poubelle car quand j’essaye d’en parler on me recadre vers autre chose, on méloigne de ce que j’ai le mieux préparé… Misère! Pas  de responsable de la partie espagnole présent non plus d’ailleurs…

Tout ce stress, pour me retrouver à faire un entretien comme si je ne l’avais pratiquement préparé…

Et puis la façon dont tourne l’entretien n’est jamais celle prévue! C’est différent à chaque fois! Mais à chaque fois on ressort lessivée, avec l’impression d’avoir merdé grave, de pas avoir casé ce qu’on voulait casé… D’avoir passé des heures de préparations pour tout merdé finalement….

Oh je sais, vous vous dites « Ca peut pas être si grave! » Et non, ça ne l’est pas : j’étais calme zen, sympathique, souriante, positive : j’ai bien joué mon rôle... Les deux autres en face n’avait pas de rôle à joué, elles. Elles n’avaient pas l’obligation d’être aimables, alors c’était comme deux portes de prisons : j’avais l’impression de couler comme le Titanic, comme si rien de ce que je racontais ne les intéressaient…

En revanche jeudi dernier j’ai passé un entretien inattendu dans une grande administration, la femme était charmante, adorable, j’étais très à l’aise. C’était un entretien que je qualifierai « d’intelligent ». Elle ne m’a pas demandé de lui « parler de moi » mais juste des choses qui l’intéressait dans mon CV. J’ai pas eu à m’enfoncer avec « pourquoi je suis parti de Madrid pour Dublin » et « pourquoi encore Dublin!!!!??? » Seul problème c’est pour un job CDD de 2 mois…
Mais je serai contente de le prendre si je n’ai « que ça »…

Putain de misère! Putain de misère!

Grosse grosse Vie de Merde.

Bon, je serai recontactée en fin de semaine. Pour l’entretien d’aujourd’hui et aussi pour celui de la semaine dernière. Y’a plus qu’à ce que ma conseillère me convoque et le tableau sera « parfait »!!!!!

VDM.

J’aime pas le flamenco mais j’aime les sévillanas

Je ne suis pas fan de flamenco, de « cante hondo » (chant profond, on dit aussi cante jondo)… J’en ai entendu beaucoup beaucoup beaucoup quand j’étais petite à la maison et quand j’étais ado : mon père était fan de « cante hondo »…

Il faut bien dire que les enfants ricanent souvent en écoutant les « aï aï » désespérés des chanteurs de flamenco qui souffrent leur race en racontant leurs misères… (Vous n’êtes pas obligé d’écouter, personnellement ça me saoule très vite). J’avoue je ricane encore parfois.

Non, moi j’aime la musique espagnole plus gaie (en tous cas aujourd’hui, il y a des jours où j’aime les trucs tristes aussi ;-)) La musique pour danser et pour être de bonne humeur.

Los de Rio par exemple, j’adore les vieilles sévillanas 🙂 Ca vous étonne? Qu’est-ce que vous voulez : en musique je suis TRÈS éclectique!

Quoi vous ne connaissez pas Los del Rio? Ah ben c’est vrai qu’ils se sont modernisé au fil des années, je suis sûre que vous les connaissez :

ou alors vous connaissez mieux cette version?

Je trouve que toute une vie consacrée à faire danser les gens dans la joie et la bonne humeur dans une petit coin du sud de l’Europe soit couronnée mondialement : C’est étrange mais c’est super glop. Les modes…

Par ici la bonne humeur : http://www.deezer.com/fr/search/sevillanas%20de%20oro%201%202

Surréaliste

Erik Satie, La Belle Excentriques, No.1 Ritornello, 1920

René Magritte, La Tentative de l’impossible, 1928

Magritte, L’amour, 1928

René Magritte, 1898, Lessines (Belgique) – Bruxelles 1967. Peintre surréaliste.

La coquetterie,
Autoportrait au photomaton, Paris, 1928

Magritte en vieux monsieur au chapeau melon.

Devant un de ses tableaux

Des trucs apaisants

Daphné, de la musique apaisante et belle.

Le premier trucs apaisant auquel je pense c’est de faire un gros câlin à mon chéri, mais c’est un peu bateau… Un peu gnan-gnan ça me rappelle la chanson de cette fille, Anaïs, « Mon cÅ“ur, mon amour ». Les amoureux sont d’un saoulant!!!!! Je le reconnais. « Bisous bisous mon coeur! » Hi hi.

Mais c’est pas grave El Marido et moi on s’est bien mérité, on s’est attendu suffisamment longtemps pour être heureux d’être gnan-gnan 😉 Ca nous fait d’ailleurs 9 ans de mariage depuis la semaine dernière! On oublie toujours notre anniv’ de mariage… Je crois que mes parents y pensaient parfois un peu car il est arrivé que mon père arrive avec une rose ou des roses rouges à la fameuse date, mais jamais de restau ou de repas de famille! C’est pas une tradition chez nous. C’est un peu gnan-gnan les anniv’ de mariage, non? Cependant je ferai bien une tite fiesta pour nos 10 ans de mariage…

Un truc vraiment apaisant c’est de passer dans une pièce et de voir, de regarder, un chat qui dort. Surtout un gros matou comme le Youri. On le regarde et : pfiou… On est moins stressé, la pression tombe.

Ce matin j’ai eu des nouvelles de la DRH : je passe bien un entretien mardi prochain pour un job qui me correspond à 100%. Croisez les doigts pour moi les amis, touchez plein de bois et envoyez-moi plein de bonnes ondes! J’en ai besoin!

Un autre truc apaisant, c’est d’aller faire le tour du jardin : regarder chaque plante, chaque arbre, vérifier l’état de maturité des figues… Prendre son sécateur faire quelques petites coupes…

Ce qui apaise c’est aussi le piano, je n’essaye plus d’en jouer, le piano n’est plus à que pour prendre la poussière. Il n’est pas dans les priorités. Mais j’aime toujours autant écouter les autres en jouer. J’aime bien écouter Satie, ça me calme.

Jouer au dés aussi ça me calme. Une petite partie de yam fait baisser la pression…

Prendre un bon livre avant de s’endormir…

Regarder un film péruvien sous-titré en serbo-croate…

Bon là-dessus je vais finir mon café et faire mes comptes sur Excel. Excel aussi ça calme.

Et vous qu’est-ce qui vous apaise les amis? Dites-moi tout.

En attendant adishatz et portez-vous bien.