Comment mon chat a fait pour affacer mon post?

Allez, on oublie et on s’y recolle…

Ce matin c’Ă©tait cours de dessin. C’Ă©tait le dĂ©luge mais c’est joyeusement que j’arrivais dans le parc de l’Ă©cole et que je garais ma ‘tite voiture sur le tapis de feuilles d’automne sous les chĂŞnes centenaires de la vieille « villa anglaise« .

Les fenĂŞtres du prĂ©fabriquĂ© peint en orange Ă©taient dĂ©jĂ  Ă©clairĂ©es bien qu’il ne soit encore que 8h50.

El ProfĂ© m’a accueilli par un joyeux :

– J’ai achetĂ© une machine Ă  Nespresso!

– C’est pas vrai je rĂ©pondais, les yeux ronds, incrĂ©dule et ravie

-Et non c’est pas vrai!

Ca commençait bien!

-En fait j’ai achetĂ© la premier prix chez Carrouf!

-Ah ben pour moi, c’est tout comme, ça fait du cafĂ©, c’est le principal!

Les autres ont commencĂ© a arrivĂ©. El profĂ© a Ă©talĂ© sur une table plein de belles reproduction d’un type que je connaissais pas

– Il s’appelle comment ton type?

– William Wray

Wao! J’ai eu comme une espèce de rĂ©vĂ©lation moi qui n’est jamais eu envie de peindre des paysages! Le choc devant les peintures de Wray! Comme quoi, les amĂ©ricains ne compte pas pour des prunes! Je ne parlerai pas de Hooper ici, ça y est j’ai fait une overdose! (D’ailleurs les « Ă©tudiants » de mardi ont travaillĂ© sur un des ce tableaux (le bar bien connu) et y’en avait plein les murs. Ras l’bol de Hopper. Je l’adore, mais ras l’bol!)

Chacun choisi la reproduction qui lui tape le plus de dans l’oeil. On s’installe sur nos grand tabourets. Certains inclinent leurs tables. Il est 9h le chauffage vient de se mettre en route.

William Wray, artiste californien contemporain

El ProfĂ© nous donne le choix entre le fusain (beurk) et le pastel gras (miam!). Je choisis le pastel gras. Les autres choisissent le fusain. J’aime pas le fusain, c’est noir et poussiĂ©reux. Sombre. J’aime la couleur.  Ce qui me subjugue chez Wray c’est justement la lumière, les oranges! La luminositĂ© mĂŞme du bleu…

Cliquez sur l’image pour accĂ©der au site officiel de Wray

La matinĂ©e se passe dans la bonne humeur. Des dĂ©luges d’eau tombent dehors, il fait presque nuit. On plaisante, on se lève pour regarder ce que font les autres, le niveau est Ă©levĂ©, j’admire le travail des autres, ils assurent mes collègues. La pause cafĂ© arrive pour plus de dĂ©lires et de rires.

C’est la première fois depuis la maternelle ou le primaire que j’utilise des pastels gras, des craies grasses, et le dĂ©but est un peu laborieux, mais peu Ă  peu je prends  confiance et je m’amuse vraiment.

Wray

Bien sĂ»r j’ai foirĂ© le dessin… Il est Ă©vident que mon truc c’est plus la couleur. Jj’ai beau essayĂ© de coller Ă  mon modèle, j’ai foirĂ© le dessin. je vais essayer de rĂ©parer les disorsions demain si je retrouve mes pastels gras ou si j’en achète d’autres. A l’Ă©cole je travaillais avec les fournitures qui sont mises Ă  notre disposition.

Un des garçons qui a un sacrĂ© coup de crayon, un vrai coup de crayon de gars vraiment douĂ©, arrĂŞte pas de parler avec l’accent brĂ©silien… On commente son dessin, on s’interroge sur le modèle : mais qu’est-donc l’objet posĂ© sur la petite table? Personne n’arrive a donner une rĂ©ponse convaincante : BoĂ®te Ă  chats? Aquarium? Casque de moto? RĂ©hausseur? Valise?

Wray dans son atelier

Après avoir longtemps hĂ©sitĂ© j’ai donc choisi de m’attaquer Ă  cette reproduction :

Wray, Convair 990

Bien sĂ»r c’est un avion. Ce qui est Ă©vident sur la peinture Ă  l’huile de Wray, n’est pas aussi Ă©vident sur mon exercice de ce matin…..

Il faut dire qu’on se sent un peu  honteux face Ă  un mec comme Wray qui a vraiment Ă©tĂ© touchĂ© par la grâce…  J’ai vraiment envie d’essayer de rattraper un peu les formes demain car j’aime vraiment les couleurs, le mĂ©lange des couleurs, la texture de la craie grasse…

Finalement je n’ai pas Ă©trangler mon chat, j’ai rĂ©Ă©crit mon post, diffĂ©remment. Et le chat est revenu Ă  sa place, sur ou entre mes bras devant le clavier.

Sur ce Adishatz et n’oubliez pas vos passions.