Le jeudi c’est pas ravioli

Je sais ça date pas d’hier comme morceau mais ça continue de trĂšs bien m’accompagner dans mes heures de peintures.

Il y a quelques jours je vous montais l’arbre à kakis de mon jardin, je voulais aussi vous montrer celui-là devant lequel je passe tous les jours

Parfois j’aime bien aussi Ă©couter de vieux machin des annĂ©es 80 comme Chris Isaac 🙂

Blue Hotel…

A force de casser les cafetiĂšres Ă  piston (rĂ©cipient en verre) j’ai achetĂ© une cafetiĂšre italienne, j’aime beaucoup moins le goĂ»t de mon cafĂ© comme ça…  Et vous quelle genre de cafetiĂšre prĂ©fĂ©rez-vous? Celle de George ou celle de mĂ©mĂ©?

Autrement je me suis remise Ă  peindre. J’ai pas choisi le sujet le plus facile et je sais pas trop comment ça va finir…

Je  ne sais pas trop comment m’en tirer avec la fille de droite… Le fait qu’on ne voit rĂ©ellement ni la bouche, ni les yeux, ni le nez, ne m’aide pas Ă  structurer tout ça… L’oeil d’un(e) prof m’aidant Ă  VOIR, me manque… DĂ©jĂ  El Marido m’a fait « voir » quelques trucs qui m’ont remise dans le droit chemin… L’oeil extĂ©rieur m’est vraiment utile.

Minette perd la boule, en dĂ©but de semaine elle a fait « pipi » sur le canapĂ©… Aujourd’hui elle sĂšme ses crottes de lapin sur le balcon, dans les escaliers (extĂ©rieurs) et dans le pot du laurier rose (qui n’est pas sa litiĂšre mais son lit!)… Dans tout ça le Youyou reste imperturbable.

Le canapĂ© foncĂ© noir, deshoussĂ© et recouvert d’une toile crĂšme, ça change, c’est plus gai. Pour Youyou ça ne change rien : dodododododo…

En dehors de ça, j’ai testĂ© la nouvelle Ă©picerie verte de mon bled (changement de local et changement de gĂ©rant, mĂȘmes employĂ©s). Alors que j’hĂ©sitais entre deux gousses de vanille un monsieur que je ne connaissais pas (le nouveau gĂ©rant je suppose) vient me voir et me tient Ă  peu prĂšs ce langage : « ChĂšre madame, puis-je vous aider dans votre choix? ». J’ai eu envie de lui rĂ©pondre « Cher monsieur je vais trĂšs bien me passer de vous si tant est que je ne sois pas tomber dans un trou spatio-temporelle et que je ne sois pas au 19iĂšme siĂšcle… » Mais je me suis contentĂ© de dire dire quelque chose comme : « Vous ĂȘtes charmant mon brave, mais ma seigneurie va s’en sortir toute seule! » Mais non… J’ai pas dit ça. Je me suis retenue de lui dire que je n’Ă©tais pas « sa chĂšre madame » et lui ai rĂ©pondu que mon choix Ă©tait fait merci. Je l’ai mĂȘme gratifiĂ© d’un sourire enjĂŽleur… (Si si je vous jure, avec battement de cils Ă  la bambi.) Mais qu’il ne s’avise pas de me redonner du « chĂšre madame » ou il va se prendre du « mon brave ». HĂ© oui.

Yo yo les chrysanthĂšmes du jardin

Ce soir j’ai descendu de mon chevalet une toile qui visiblement me bloquait… A moitiĂ© commencĂ©e, elle ne me faisait pas du pied pour que je la termine. Demain matin elle va filer au rez-de-chaussĂ©e, ce qui est une sorte de disgrĂące chez nous oĂč le rdc fait office de grenier…

J’ai enduit une nouvelle toile de marron terre de sienne (soyons sĂ©rieux!) et je me suis remise au travail au crayon craie blanche… Deux visages qui s’embrassent, inspirĂ©s d’une couv’ des inrocks…

On verra bien ce que ça donne… J’attends demain et la lumiĂšre du jour pour continuer. La machine est relancĂ©e.

Sur ce, bonne fin de weekend, adishatz mes amis.

Le refus de sauter

Le vendredi matin c’est un peu plus la course que les autres matin, car je pars en mĂȘme temps qu’El Marido et El Hijito. El Marido dĂ©pose l’enfantelet Ă  l’Ă©cole et moi je fonce vers Pau dans ma petite JosĂ©phine noire pleine de rayures et avec une batterie neuve depuis 3 semaines…

Ok la vue n’est pas complĂštement dĂ©gueu entre chez moi et la « grande » ville 😉

Le chemin vers Pau dure Ă  peu prĂšs 25 minutes (moins pendant les vacances), vers l’est, le soleil un peu dans les yeux. Si j’arrive Ă  l’heure (9h) les autres sont lĂ  depuis 10 ou 15 minutes. C’est plus sympa d’arriver en avance, le « prof » est toujours lĂ  Ă  8h45 et on dĂ©conne un peu.

 

J’aime mon cours de dessin car les participants sont de vrais passionnĂ©s. On peut parler de peintres, de dessinateurs de BD, de plein de choses sans complexes. Je veux dire par « sans complexes » qu’on sait que les autres savent de quoi ou de qui on parle… Alors que si vous parlez de Bouguereau avec un groupe pas aussi « passionnĂ©s » on peut avoir le complexe de la fille qui veut pas avoir l’air de se la pĂ©ter alors qui prĂ©fĂšre se la fermer… Voyez? Voyez pas? tant pis…

Bon bref : j’aime cette matinĂ©e (9h-midi) parce qu’on dit beaucoup de conneries, on dessine pendant presque 3h (la pause cafĂ© a aussi une importance prĂ©pondĂ©rante dans ce cours), on se cultive parce que le prof nous fait connaĂźtre plein de dessinateurs et de peintres… C’est cool.

Bouguereau. Ce matin le prof disait que c’Ă©tait plus fort que Vinci, ça m’a fait plaisir, mais je crois qu’il exagĂ©rait, peut-ĂȘtre… Ou pas, comme dirait Louise Denisot.

Y’a-t-il un « mais » allez vous le demander (ou pas) : ben oui un peu quand mĂȘme… Quoi? (dĂźtes-vous?) Bah…. En fait… Allez, je me lance : j’aime pas trop dessiner!!! Je veux dire dessiner avec un plume, un crayon ou… un fusain ou… un pinceau fin Ă  l’encre de chine… Ca me saoule, un peu. Oui je sais je me suis mise Ă  ce cours de dessin prĂ©cisĂ©ment pour faire des progrĂšs en dessin (et aussi parce que notre nouvelle prof dans mon bled ne me plaisait pas, du tout), mais voilĂ  le dessin c’est juste pas trop mon truc. D’ailleurs vous avez sĂ»rement (?) constatĂ© que je ne vous ai rien montrĂ© de ce que je fais Ă  ce cours… 😉 HĂ© hĂ©, pas folle la guĂšpe, j’ai pas envie de me dĂ©crĂ©dibiliser! Mais je vais persĂ©vĂ©rer, faut progresser!

La peinture Ă  l’huile me manque! Mes pinceaux bien gras de peinture, schplotch! Le problĂšme c’est que je n’arrive pas Ă  m’y mettre toute seule Ă  mes huiles… Le chevalet est lĂ , derriĂšre moi, avec mes tubes, mes pinceaux… Tous les jours je me dis : Aujourd’hui je m’y mets et tous les jours je trouve un truc infiniment plus passionnant Ă  faire comme passer l’aspiro ou faire les courses. Il faut pourtant bien que je m’y remette!

C’est pas l’angoisse de la page blanche, c’est pire : c’est le refus de sauter!

Sur ce adishatz et portez vous bien qui que vous soyez et sautez, sautez, sautez!

Opération Vampirella

Hier soir El Hijito s’est relevĂ© pour se plaindre du bruits des avions…

En me couchant je me suis dit que le bruit des avions Ă©tait permanent et en m’endormant le vrombissement des rĂ©acteurs se mĂ©langeait Ă  mes rĂȘves et j’avais l’impression d’ĂȘtre dans un pays en guerre… C’Ă©tait extrĂȘmement Ă©trange.

Des avions de chasse tels que le Rafale ont participĂ© Ă  l’exercice nocturne jusqu’Ă  ce matin. (archive Marc Zirnheld)

Le pays n’est pas en guerre (en tous cas dans le BĂ©arn)… Mais… Les avions de chasse passaient vraiment bas cette nuit… Les hĂ©licos… L’exercice Ă©tait baptisĂ© Vampirex, va savoir pourquoi.

« Ă‰taient mobilisĂ©s : 6 hĂ©licoptĂšres du 4e RHFS de Pau, les commandos du 1er RPIMA de Bayonne, les avions de chasse (dont des Rafale) de la BA 118, ainsi qu’un avion de transport venu de Lorient. Les militaires avaient prĂ©venu: « la nuit reste le moment privilĂ©giĂ© des actions menĂ©es par ces unitĂ©s. Ne soyez pas Ă©tonnĂ©, Ă  la tombĂ©e du jour , de voir surgir un hĂ©licoptĂšre pour dĂ©poser un groupe de commandos prĂšs de chez vous ou bien gronder un avion de chasse Ă©voluant au plus prĂšs du relief de notre belle rĂ©gion » Nous dit la RĂ©publique des PyrĂ©nĂ©es. Bon j’avais pas lu le journal alors j’ai quand mĂȘme Ă©tĂ© Ă©tonnĂ©e de trouver un parachutiste dans le jardin Ă  3h du matin!!! Mais non, je rigole…

Mardi aprĂšs-midi, les commandos ont rĂ©pĂ©tĂ© l’exercice qu’ils ont rĂ©alisĂ© la nuit derniĂšre.(ph. r. minato) Pour voir l’article de Sud-Ouest cliquez lĂ .

Extrait :

« L’intervention des Rafale n’a cependant pas empĂȘchĂ© un hĂ©licoptĂšre Puma d’ĂȘtre touchĂ© et de devoir se poser en urgence. Les six militaires ont dĂ» s’exfiltrer de la zone ennemie et ont Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ©s en fin de nuit. « Les joueurs aiment que le scĂ©nario soit compliquĂ© », sourit le colonel C., « et s’ils ont des bonnes idĂ©es, on les laisse faire ». »

Quand je vous dit que c’Ă©tait la guerre!!

« Des opĂ©rations comme ça, effectuĂ©es en coopĂ©ration Ă©troite avec un escadron de chasse, on va essayer d’en faire le plus possible », conclut le colonel C.

Chouette! Moi qui trouve toujours que les nuits sont un petit peu trop calme par ici!!! Bon ok j’avais un peu peur qu’un avion s’Ă©crase dans le jardin hier soir mais quand mĂȘme je suis trĂšs habituĂ©e Ă  voir des chapelets de saucisses oups : parachutistes tomber du ciel alors on devrait pouvoir s’accoutumer au grandes manƓuvres…

Allez, sur ce, portez-vous bien, adishatz bĂ©roĂŻss’!

Big cat is watching you

El Hijito-petit-reporter fait parfois des photos Ă©tonnante de Youyou Ă  travers les vitres du salon…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui aprĂšs plus d’un an je suis retournĂ©e Ă  une rĂ©union OuĂšte Ouatcheur (pour ne pas dire le mot) ou des personnes un peu trop rondes essayent de se motiver ensemble pour redescendre Ă  un IMC « normal » dans le but de se sentir mieux dans sa peau et ses vĂȘtements mais aussi d’Ă©viter le diabĂšte et autres emmerdements de tout genre que peuvent connaĂźtre les personnes en surpoids…

J’ai Ă©tĂ© tellement Ă©tonnĂ©e d’entendre une femme demander si elle pouvait manger « tout le saladier de pĂątes » si elle ne mettait pas de gras dedans et qu’elle ne mangeait que ça, que j’ai Ă©clatĂ© de rire. J’aurais pas du ce n’Ă©tait pas gentil (mais spontanĂ©). Parfois reconnaissez-le avec moi : les gens sont Ă©tonnants, non?