Comme disait le père d’AmĂ©lie : « je ne comprends pas ».

Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e je suis allĂ©e Ă  quelques confĂ©rences sur l’art contemporain.  Aujourd’hui encore j’y suis allĂ©e. La personne qui nous parle est une prof d’art plastique passionnĂ©e et assez passionnante : on a envie de l’Ă©couter, on a envie d’adhĂ©rer… Mais on adhère pas beaucoup en gĂ©nĂ©ral je crois.  Pourtant on est de bonne volontĂ©, on a envie de comprendre, d’apprĂ©cier!

Je reconnais une chose : avec elle je comprends des choses que je n’avais pas comprises avant… De lĂ  Ă  dire que cela me fait apprĂ©cier l’art contemporain, y’a un gouffre.

Aujourd’hui nous avons regardĂ© un documentaire sur Jean-Pierre Raynaud et sa fameuse maison (La Maison, film de Michèle Porte, 26m)  et puis nous avons dĂ©battu.  Je croyais que je ne connaissais pas le gars, mais en fait tout le monde le connait, Ă  cause de son pot de fleur…

pot-de-jean-pierre-raynaud-700-16434

Cliquer sur l’image pour voir un reportage sur Raynaud

Elle nous a expliquĂ© le pourquoi du comment du pot. Et elle a beau ĂŞtre passionnĂ©e et passionnante, vraiment intĂ©ressante, je reste hermĂ©tiquement fermĂ©e comme une huitre. Je ne peux me sortir de la tĂŞte que « c’est trop facile ».

La maison de Raynaud c’est quoi? C’est sa maison, une maison qu’il a travaillĂ© comme une Ĺ“uvre d’art conceptuelle de 69 Ă  93, puis qu’il a dĂ©truite et dont il a exposĂ© les gravats dans 976 bassines chirurgicales au CAPC de Bordeaux.

A la base il avait une maison normale avec une femme et du papier peint au mur (c’est lui qui prĂ©sente les choses comme ça) et puis il a divorcĂ© et Ă  transformĂ© sa maison d’abord en blockhaus sans plus aucune fenĂŞtre, juste une grande meurtrière. Il y a eu 5 grandes Ă©tapes Ă  sa maison (je vous passe les dĂ©tails) et finalement c’Ă©tait une maison tout en petits carrelages blancs ou personne d’autres que lui n’avait le droit d’entrer. C’Ă©tait Ă  la fois son Ĺ“uvre et  » sa compagne » (sic). Et puis il l’a faite dĂ©truire et a tout mis dans des bassines.

Bon le truc le plus hallucinant lĂ -dedans c’est que le type est internationalement reconnu, chevalier de la lĂ©gion d’honneur, il est demandĂ© partout, c’est une star de l’art contemporain si je puis dire… (sa bio sur Wiki c’est lĂ )

Pourquoi je vous parle de lui? Parce que je suis complètement perplexe. Je ne comprends pas.  Je ne comprends rien. Je ne comprends pourquoi quand ce type fait ça tout le monde se l’arrache  et lui donne des prix, lui passe des commandes etc. Quel est le mystère de cette homme qu’elle est sa magie pour qu’il puisse ensorceler comme ça tant de monde… avec un pot de fleur gĂ©ant pas peint en dorĂ©, pardon : couvert de feuilles d’or…

Le pire ou le meilleur de tout ça c’est qu’il a l’air parfaitement sincère!!! Je crois que c’est une sorte d’extra-terrestre, une sorte de magicien ou de marabout.

Y’Ă©tions charentais

Pas facile de trouver des vidĂ©os avec des gens qui parlent avec l’accent de la campagne de par chez moi… Donc je vous ai trouvĂ© Monsieur Chapuze : je sais pas d’oĂą il est exactement, mais c’est sĂ»r que c’est pas très loin quelque part entre La Rochelle et la Vendaye

Et ça est-ce que c’est vraiment charentais? Mangeaille? GueudĂ©?  Pourquoi je pense qu’Ă  manger moi? Comprenez-vous le verbe « pimer »? Qu’est-ce que c’est qu’une « loche »?

J’ai du mal Ă  faire la part des choses : qu’est-ce qui est charentais, qu’est-ce qui est juste du français un peu dĂ©suet? Si je suis que je « suis rendue », vous comprenez quoi?

VoilĂ  un autre exemple d’accent charentais… Bon les histoires, sont un peu des histoires d’arsouilles, mais bon ça donne une idĂ©e…