Oh my!

Ca fait 5 ans et demi que nous habitons dans cette maison et avant cet hiver nous n’avions jamais vu les montagnes de chez nous… Ce qui est plus Ă©tonnant c’est que ma voisine qui habite ici depuis 40 ans ne les avait jamais vu non plus depuis la rue et maintenant elle les voit…

Je ne sais donc qu’elle miracle s’est opĂ©rĂ©, je suppose que nous avons un hiver particuliĂšrement clair et dĂ©pourvu de brumes ou autres nuages… Car en Ă©tĂ© avec la vĂ©gĂ©tation il estt tout Ă  fait normal que nous ne voyions pas la montagne.

Aujourd’hui d’oĂč que j’Ă©tais dans mon bled je voyais les montagnes, Ă©normes, ciselĂ©es, gris foncĂ© et blanches, magnifiques!!! C’est certain il y a quelque chose dans l’air qui nous les rend beaucoup plus proches que d’hab!

picdumidi4

Depuis la place de l’Ă©glise

100_5689

Depuis  mon portail (on comprendra qu’en Ă©tĂ© les arbres cachent (gĂąchent?) le paysage 😉

100_5695

Depuis la fenĂȘtre del Hijito… On comprend facilement qu’avec tous ces branchages, dĂšs les premiers bourgeons, plus une bonne petite brume : on ne voit plus rien trĂšs vite…

Bon mais quand mĂȘme je suis contente, je pensais vraiment pas voir les PyrĂ©nĂ©es de chez moi un jour, sans faire exploser les voisins d’abord. La montagne en question, pour les curieux, s’appelle le Pic du Midi D’Ossau.

En dehors de ça, la prochaine fois je vous parlerais un peu des 50 Sombras de Grey qui est un gros navet avec quelques Ă©pices dedans, des clous de girofles on va dire, mais qui me fait quand mĂȘme bien rire…

Je vous laisse avec la lecture en anglais (bah oui,  y’a pas de version sous-titrĂ©) d’un extrait lu par Monsieur Sulu, George Takei. Je prĂ©cise qu’il lit et n’invente rien, le « Oh my! » est vĂ©ridique! 🙂 En espagnol ça donne « Dios mio » et « Mon dieu » en français je suppose… 😉

Merci Ă  El Padawan de m’avoir fait connaĂźtre cette vidĂ©o.

PS : l’info du jour : il a fait officiellement 20° dans le BĂ©arn aujourd’hui. Qui dit mieux en France?

Blanche neige et les sept nain, version olĂ© olĂ©


RĂ©alisĂ© par :Pablo Berger. Avec Maribel VerdĂč, Daniel Gimenez Cacho, Macarena Garcia, Angela Molina…

Durée :1h44min. Particularité : en noir et blanc et muet. (Date de sorti en France 23 janvier 2013)

Synopsis :

Sud de l’Espagne, dans les annĂ©es 20.
Carmen est une belle jeune fille dont l’enfance a Ă©tĂ© hantĂ©e par une belle-mĂšre acariĂątre. Fuyant un passĂ© dont elle n’a plus mĂ©moire, Carmen va faire une rencontre insolite : une troupe ambulante de nains Toreros qui va l’adopter et lui donner le surnom de «Blancanieves ».
C’est le dĂ©but d’une aventure qui va conduire Carmen/Blancanieves vers elle-mĂȘme, vers son passĂ©, et surtout vers un destin Ă  nul autre semblable


J’ai vraiment hĂąte de le voir, juste ennuyĂ©e que ça ne parle pas… Mais bon la musique a l’air top!

Dimanche soir avec rien Ă  manger dans le placard…

Les mecs regardent Star Wars et moi je viens de rĂ©pondre Ă  vos com’…  Alors j’en profite au passage pour vous faire Ă©couter les Brigitte, que vous connaissez sĂ»rement dĂ©jĂ , mais y’en toujours un ou une qui connaĂźtra pas, non? MĂȘme si c’est pas nouveau…

J’aime bien les reprises des chansons, mais celle-ci je la prĂ©fĂšre vraiment version Brigitte 🙂 Elle prend vraiment une autre… dimension.

La version d’allumer le feu est aussi  trĂšs « diffĂ©rente » de l’originale… Vous pouvez l’Ă©couter sur Deezer (clique lĂ ), ainsi que la version de I want your sex (Oui c’Ă©tait George Michael Ă  la base…) Mais j’ai pas trouvĂ© de vidĂ©os…

Ca commence Ă  sentir bon du cĂŽtĂ© de la cuisine, on dirait que mon homme a trouvĂ© de quoi faire bouillir la marmite ! C’est pas tout ça, je vais aller dĂ©couper des pommes, j’adore la compote de pommes. Et vous vous mangez quoi le dimanche soir? Les restes? Une bonne tambouille? SoirĂ©e crĂȘpes?  Petit-dĂ©jeuner-diner? Moi si j’Ă©tais vous je mangerais une bonne tarte aux tomates avec un verre de rouge, non? Et un peu de fromage…

Allez hop, bonne soirée tout le monde, à la prochaine, prenez soin de vous etc, gros bisous.

De la timiditĂ© et du reste…

Je croyais, il faut croire Ă  tort, que ma timiditĂ© s’Ă©tait fortement attĂ©nuer avec l’Ăąge. Cette aprĂšs-midi j’ai eu la preuve que « timide on naĂźt, timide on reste »…

Pourtant je ne suis pas timide avec tout le monde… Par exemple dans le travail (quand j’en ai !!) je ne suis pas du tout timide, du tout. Avec les gens que je ne connais pas, je n’ai pas une once de timiditĂ©, je suis mĂȘme parfois… intimidante. Mais c’est une autre paire de manches avec les gens que je connais, comme la suite de mon histoire va vous le montrer.

Cette aprĂšs-midi donc, avant d’aller chercher El Hijito Ă  l’Ă©cole, je suis allĂ©e faire un tour Ă  la zone commerciale de mon bled qui attire une bonne partie de la rĂ©gion de la campagne environnante. J’aime bien flĂąner dans les rayons de la grande librairie-magasin-beaux-arts-papĂ©terie etc, qu’il y a lĂ . J’avais envie de feuilleter un bouquin Ă©crit par un autiste distinguĂ© (et passionnant) et une BD un peu chaude appelĂ©e Fraise et Chocolat (je crois). Je m’approche donc du rayon « sĂ©rieux » et je me trouve nez Ă  nez (si je puis dire) avec un visage trĂšs familier. Je le regarde, le reluque, baisse les yeux, rĂ©flĂ©chis : est-ce bien lui? Les sosies ça n’existe que dans les films… Donc c’est forcĂ©ment lui. Je baisse la tĂȘte et tourne un peu Ă  droite, Ă  gauche. Est-ce que je peux je peux lui dire « HĂ© bonjour, pardon, tu es bien Fulanito? » Oh merde,  en plus j’arrive pas Ă  me rappeler de son prĂ©nom… C’est con ça! C’est un des meilleurs potes de mon frangin… Bon ok je l’ai pas vu depuis… 1988? DĂ©but 89?? Ah ben oui ça fait un bail… Oups, le voilĂ  qui circule… Je le regarde de loin. Ca simplifierait Ă©videmment si il me reconnaissait lui et me tapait sur l’Ă©paule! Ah non, pas ça! Ca me donnerait un mĂ©chant coup de chaud! Je dĂ©teste ça. VoilĂ  : je suis timide. J’ai toujours Ă©tĂ© timide. ParticuliĂšrement avec les copains de mes frĂšres. De quelques annĂ©es plus ĂągĂ©s que moi, plus grand, plus vieux, moins innocents, ils ont toujours eu le dont de m’intimider. Mais bon voilĂ , quand mĂȘme lui lĂ , il m’intimidait pas tant que ça autrefois… Pourquoi je vais pas vers lui pour dire « HĂ© hello, euh pardon, tu es bien…? » (Merde mais comment il s’appelle?) Ou alors « HĂ©! Hello!… Tu te rappelles de moi? » (Ah ben non, lĂ  il va Ă  moitiĂ© me reconnaĂźtre, se dire « Oh merde, c’est qui? Une nana avec qui j’ai couchĂ© en 86? » Et il va ĂȘtre trĂšs gĂȘnĂ© et lĂ  je vais ajouter « C’est moi, Mahie, la sƓur de VaquĂ©ro! » (Ouf, il est soulagĂ© je suis pas une ex!) et lĂ  il fait un grand sourire : « HĂ© salut comment ça va? Ca fait un bail!. Je lui tourne un peu au tour de loin, je le dĂ©visage un peu l’air de rien…

Et oui ça fait un bail, alors on a rien Ă  se dire, Ă  part « Ah Ben au fait tu l’as eu ta licence? » HĂ© hĂ©… L’horreur. Alors forcĂ©ment je le regarde du coin de l’Ɠil et je dis rien. Il est plus grand que dans ma mĂ©moire, plus costaud, plus burinĂ©… Donc plus intimidant! Mais qu’est-ce que je suis conne! Puisque c’est un super pote de mon frangin! Puisque j’ai fait au moins 100 trajets Les Capu-La fac dans sa Simca Horizon! Puisqu’on a bouffĂ© et picolĂ© ensemble plein de fois!!!

Bon Ă©videment si je me rappelais de son prĂ©nom ça m’aiderait. Notez que son prĂ©nom je le connais parfaitement, c’est juste mon cerveau qui joue au con Ă  16h (je l’ai retrouvĂ© Ă  16H45 en remontant dans ma bagnole son prĂ©nom, aprĂšs avoir Ă©tĂ© chercher Titi)… Il est pourtant pas original son prĂ©nom! J’aurais pu dire « HĂ©, salut Dimitri! Mahie, la sƓur de l’autre, tu me remets? »

Donc voilĂ , j’ose pas l’aborder (et puis si c’Ă©tait un sosie?) sous le prĂ©texte fallacieux qu’on a pas pris un cafĂ© ensemble depuis 1989 ou 8… En fait je suis certaine que si je lui parle je vais piquer un fard et me sentir trĂšs mal Ă  l’aise et avoir trop chaud, exactement comme quand je parle Ă  quelqu’un qui m’intimide  pour un entretien, un oral Ă  la fac, que sais-je… J’ai pas confiance en moi tu sais…

Ça m’Ă©nerve. Je croyais que j’Ă©tais guĂ©rie. Que je n’Ă©tais plus aussi timide. Que le temps avait effacĂ© la timiditĂ©, les Ă©motions, la gĂšne, la connerie.

Oui mais enfin quand mĂȘme dĂ©fendez moi! C’est pas facile de dire bonjour Ă  quelqu’un qu’on a pas vu depuis presque 25 ans! Ça serait une copine Ă  moi ça serait plus facile.

Quand j’avais entre 20 et 30 ans je pouvais changer de trottoir pour pas dire bonjour Ă  un pote d’un pote intimidant. La honte quand j’y pense. J’étais pas transparente… D’ailleurs aujourd’hui encore (pas plus tard que la semaine derniĂšre en fait) ça m’arrive de changer de trottoir et de prendre un air concentrĂ© sur quelque chose pour Ă©viter de devoir m’arrĂȘter et dire bonjour Ă  un pote de pote…

Au dĂ©but des annĂ©es 90 j’avais mĂȘme un copain qui avait dĂ©couvert (oh le grand manitou) qu’il suffisait de dire « Attention, maintenant Mahie va rougir! » pour que je rougisse. Ça marchait Ă  tous les coups. Bon devant des potes forcĂ©ment… Pas en petit comitĂ©.

Bon voilĂ , j’ai pas dit bonjour… On va pas en faire tout un flan!  En mĂȘme temps lui non plus : Je suis pas transparente, il aurait aussi bien pu me reconnaĂźtre lui! Le gars! J’ai beau avoir 25 kilos de plus qu’Ă  l’Ă©poque, si on regarde que le visage… Je suis plutĂŽt pas trop mal conservĂ©e ( comme les poires en conserve. Ha ha!). Donc de deux choses l’une  : soit Fulanito  ne m’a pas reconnu et donc je me prends 25 ans de rides dans la tronche, soit il m’a reconnu et les grands costauds peuvent Ă©galement ĂȘtre de grands timides, ce que je tiens de source sĂ»re par ailleurs… Soit (ça fait 3) il m’a pas vu parce qu’il plane.

A ce point du rĂ©cit, qui est quasiment terminĂ©, je connais 3 ou 4 personnes qui se demande mais c’Ă©tait qui au fait? Ah ben mystĂšre!

Alors mes chers amis, quelle est la morale de cette histoire? Si tant est qu’elle en est une… La curiositĂ© tue le chat mais la timiditĂ© elle fait quoi? Mourir de honte?

Vous en ĂȘtes oĂč, vous, avec votre timiditĂ©? Une clope pour la vaincre et se donner « une contenance »? Un verre de biĂšre pour pouvoir draguer? Rougissez-vous encore Ă  votre Ăąge? Vous croyez-vous moitiĂ© transparent(e)s? Pensez-vous que les gens ne vont pas vous reconnaĂźtre… Rah… Han… Merde… Quelle poisse…

Joder qué frio!

Por lo que ha mi se refiere ese mes de enero es una verdadera « pain in the arse », (pain in the bum if you prefer). Je n’ai qu’une envie : m’envoler! M’envoler vers la chaleur, faire comme les oiseaux migrateurs, partir, partir lĂ  oĂč il fait meilleur… En Afrique (en el África, con « a » mayĂșscula) ça serait bien, ou Ă  SĂ©ville il va y faire entre 14 et 18° semaine, eso me irĂ­a bien!

Mas que nunca tengo ganas de plier bagage et de m’installer avec ma petite famille (gatos incluidos) dans une contrĂ©e plus civilisĂ©e… Ou les tramways vous emportent Ă  vitesse grand V vers la ville…

J’Ă©coute une compile de chanteurs espagnols que je ne connaissait pas, comme Nacho Vegas. Il parait qu’il appartient au genre « Indie pop »… Moi c’que j’en sais… Pfff… J’essaye de vous informer quoi.

Plus dans la tradition il y a aussi Javier Ruibal, qui rĂ©chauffe un peu le cƓur quand il fait froid partout.

Je vous laisse avec sa musique. Et vous qu’est-ce que vous Ă©coutez pour rĂ©chauffer un peu l’atmosphĂšre? He? A Quien escuchĂĄis? Amigos…

 

Vous connaissez l’Indiana?

Connaissez-vous The Middle? Ca se passe dans l’Indiana.

the middle

C’est ma sĂ©rie prĂ©fĂ©rĂ©e en ce moment. HĂ© non, je ne suis pas fan des sĂ©ries pleines de cadavres et de « bones », beurk… Je suis plus Mon Oncle Charlie que NCIS, etc…

Oui, j’aime les sĂ©ries qui me font rire, vraiment rire… J’Ă©tais (et reste) ultra fan de Friends, j’Ă©tais fan, ultra fan de That 70’s Show. Petite j’adorais Ma SorciĂšre Bien AimĂ©e, puis Happy Days… J’ai toujours Ă©tĂ© branchĂ©e beaucoup plus comĂ©dies que trucs glauques avec extra terrestres, morts vivants ou/et cadavres + autopsies… Non moi ce que j’aime c’est rigoler.

Donc il y a quelques semaines, je suis tombĂ©e par hasard sur The Middle sur ComĂ©die +, et la tĂȘte des protagonistes et les dialogues m’ont tout de suite plus. De quoi s’agit-il? De la vie quotidienne et normale, plus que normale d’une petite famille amĂ©ricaine… Vous me direz : on a dĂ©jĂ  vu ça 100 fois… Oui certes, mais ce qui est rigolo, pour moi, c’est que c’est la (non de dieu) premiĂšre, PREMIERE, fois que je m’identifie aux parents, au lieu de m’identifier aux enfants!!!! Ca c’est vraiment super hypra nouveau !!! Non? Et en plus comme c’est une sĂ©rie actuelle avec tĂ©lĂ©phones portables et vocabulaire des annĂ©es 10 et bien on a pas l’impression de faire un voyage dans le passĂ© comme avec Ma SorciĂšre bien AimĂ©e 😉

bébéq

La mĂšre aimerait bien que son ado soit toujours aussi mignon que quand il Ă©tait bĂ©bĂ© (soupir) mais il faut bien qu’elle s’habitue au fait qu’il a des poils aux pattes et un prĂ©servatif dans la poche…

On peut dire que ça fait penser Ă  Malcom, que j’adore aussi, sauf que lĂ , le protagoniste, est une protagoniste, c’est Frankie, la mĂšre et pas un enfant…

Les parents donc, Ă©coutent de la musique des annĂ©es 80 et leurs enfants trouvent ça nase!  Bien que mon Hijito Ă  moi ne soit que dans sa dixiĂšme annĂ©e, j’ai l’Ăąge d’avoir des ados (et mĂȘme plus) et je m’identifie complĂštement Ă  Frankie, la mĂšre… Un peu dĂ©passĂ©e, mais qu’importe…

Frankie

J’ai aussi trouvĂ© en français mais c’est beaucoup plus court et beaucoup moins bien