De la timiditĂ© et du reste…

Je croyais, il faut croire Ă  tort, que ma timiditĂ© s’Ă©tait fortement attĂ©nuer avec l’Ăąge. Cette aprĂšs-midi j’ai eu la preuve que « timide on naĂźt, timide on reste »…

Pourtant je ne suis pas timide avec tout le monde… Par exemple dans le travail (quand j’en ai !!) je ne suis pas du tout timide, du tout. Avec les gens que je ne connais pas, je n’ai pas une once de timiditĂ©, je suis mĂȘme parfois… intimidante. Mais c’est une autre paire de manches avec les gens que je connais, comme la suite de mon histoire va vous le montrer.

Cette aprĂšs-midi donc, avant d’aller chercher El Hijito Ă  l’Ă©cole, je suis allĂ©e faire un tour Ă  la zone commerciale de mon bled qui attire une bonne partie de la rĂ©gion de la campagne environnante. J’aime bien flĂąner dans les rayons de la grande librairie-magasin-beaux-arts-papĂ©terie etc, qu’il y a lĂ . J’avais envie de feuilleter un bouquin Ă©crit par un autiste distinguĂ© (et passionnant) et une BD un peu chaude appelĂ©e Fraise et Chocolat (je crois). Je m’approche donc du rayon « sĂ©rieux » et je me trouve nez Ă  nez (si je puis dire) avec un visage trĂšs familier. Je le regarde, le reluque, baisse les yeux, rĂ©flĂ©chis : est-ce bien lui? Les sosies ça n’existe que dans les films… Donc c’est forcĂ©ment lui. Je baisse la tĂȘte et tourne un peu Ă  droite, Ă  gauche. Est-ce que je peux je peux lui dire « HĂ© bonjour, pardon, tu es bien Fulanito? » Oh merde,  en plus j’arrive pas Ă  me rappeler de son prĂ©nom… C’est con ça! C’est un des meilleurs potes de mon frangin… Bon ok je l’ai pas vu depuis… 1988? DĂ©but 89?? Ah ben oui ça fait un bail… Oups, le voilĂ  qui circule… Je le regarde de loin. Ca simplifierait Ă©videmment si il me reconnaissait lui et me tapait sur l’Ă©paule! Ah non, pas ça! Ca me donnerait un mĂ©chant coup de chaud! Je dĂ©teste ça. VoilĂ  : je suis timide. J’ai toujours Ă©tĂ© timide. ParticuliĂšrement avec les copains de mes frĂšres. De quelques annĂ©es plus ĂągĂ©s que moi, plus grand, plus vieux, moins innocents, ils ont toujours eu le dont de m’intimider. Mais bon voilĂ , quand mĂȘme lui lĂ , il m’intimidait pas tant que ça autrefois… Pourquoi je vais pas vers lui pour dire « HĂ© hello, euh pardon, tu es bien…? » (Merde mais comment il s’appelle?) Ou alors « HĂ©! Hello!… Tu te rappelles de moi? » (Ah ben non, lĂ  il va Ă  moitiĂ© me reconnaĂźtre, se dire « Oh merde, c’est qui? Une nana avec qui j’ai couchĂ© en 86? » Et il va ĂȘtre trĂšs gĂȘnĂ© et lĂ  je vais ajouter « C’est moi, Mahie, la sƓur de VaquĂ©ro! » (Ouf, il est soulagĂ© je suis pas une ex!) et lĂ  il fait un grand sourire : « HĂ© salut comment ça va? Ca fait un bail!. Je lui tourne un peu au tour de loin, je le dĂ©visage un peu l’air de rien…

Et oui ça fait un bail, alors on a rien Ă  se dire, Ă  part « Ah Ben au fait tu l’as eu ta licence? » HĂ© hĂ©… L’horreur. Alors forcĂ©ment je le regarde du coin de l’Ɠil et je dis rien. Il est plus grand que dans ma mĂ©moire, plus costaud, plus burinĂ©… Donc plus intimidant! Mais qu’est-ce que je suis conne! Puisque c’est un super pote de mon frangin! Puisque j’ai fait au moins 100 trajets Les Capu-La fac dans sa Simca Horizon! Puisqu’on a bouffĂ© et picolĂ© ensemble plein de fois!!!

Bon Ă©videment si je me rappelais de son prĂ©nom ça m’aiderait. Notez que son prĂ©nom je le connais parfaitement, c’est juste mon cerveau qui joue au con Ă  16h (je l’ai retrouvĂ© Ă  16H45 en remontant dans ma bagnole son prĂ©nom, aprĂšs avoir Ă©tĂ© chercher Titi)… Il est pourtant pas original son prĂ©nom! J’aurais pu dire « HĂ©, salut Dimitri! Mahie, la sƓur de l’autre, tu me remets? »

Donc voilĂ , j’ose pas l’aborder (et puis si c’Ă©tait un sosie?) sous le prĂ©texte fallacieux qu’on a pas pris un cafĂ© ensemble depuis 1989 ou 8… En fait je suis certaine que si je lui parle je vais piquer un fard et me sentir trĂšs mal Ă  l’aise et avoir trop chaud, exactement comme quand je parle Ă  quelqu’un qui m’intimide  pour un entretien, un oral Ă  la fac, que sais-je… J’ai pas confiance en moi tu sais…

Ça m’Ă©nerve. Je croyais que j’Ă©tais guĂ©rie. Que je n’Ă©tais plus aussi timide. Que le temps avait effacĂ© la timiditĂ©, les Ă©motions, la gĂšne, la connerie.

Oui mais enfin quand mĂȘme dĂ©fendez moi! C’est pas facile de dire bonjour Ă  quelqu’un qu’on a pas vu depuis presque 25 ans! Ça serait une copine Ă  moi ça serait plus facile.

Quand j’avais entre 20 et 30 ans je pouvais changer de trottoir pour pas dire bonjour Ă  un pote d’un pote intimidant. La honte quand j’y pense. J’étais pas transparente… D’ailleurs aujourd’hui encore (pas plus tard que la semaine derniĂšre en fait) ça m’arrive de changer de trottoir et de prendre un air concentrĂ© sur quelque chose pour Ă©viter de devoir m’arrĂȘter et dire bonjour Ă  un pote de pote…

Au dĂ©but des annĂ©es 90 j’avais mĂȘme un copain qui avait dĂ©couvert (oh le grand manitou) qu’il suffisait de dire « Attention, maintenant Mahie va rougir! » pour que je rougisse. Ça marchait Ă  tous les coups. Bon devant des potes forcĂ©ment… Pas en petit comitĂ©.

Bon voilĂ , j’ai pas dit bonjour… On va pas en faire tout un flan!  En mĂȘme temps lui non plus : Je suis pas transparente, il aurait aussi bien pu me reconnaĂźtre lui! Le gars! J’ai beau avoir 25 kilos de plus qu’Ă  l’Ă©poque, si on regarde que le visage… Je suis plutĂŽt pas trop mal conservĂ©e ( comme les poires en conserve. Ha ha!). Donc de deux choses l’une  : soit Fulanito  ne m’a pas reconnu et donc je me prends 25 ans de rides dans la tronche, soit il m’a reconnu et les grands costauds peuvent Ă©galement ĂȘtre de grands timides, ce que je tiens de source sĂ»re par ailleurs… Soit (ça fait 3) il m’a pas vu parce qu’il plane.

A ce point du rĂ©cit, qui est quasiment terminĂ©, je connais 3 ou 4 personnes qui se demande mais c’Ă©tait qui au fait? Ah ben mystĂšre!

Alors mes chers amis, quelle est la morale de cette histoire? Si tant est qu’elle en est une… La curiositĂ© tue le chat mais la timiditĂ© elle fait quoi? Mourir de honte?

Vous en ĂȘtes oĂč, vous, avec votre timiditĂ©? Une clope pour la vaincre et se donner « une contenance »? Un verre de biĂšre pour pouvoir draguer? Rougissez-vous encore Ă  votre Ăąge? Vous croyez-vous moitiĂ© transparent(e)s? Pensez-vous que les gens ne vont pas vous reconnaĂźtre… Rah… Han… Merde… Quelle poisse…

31 commentaires sur « De la timiditĂ© et du reste… »

  1. Un jour, Florent Vintrigner (de La Rue KĂ©tanou) discutait Ă  trois mĂštres devant moi. Je ne l’avais pas vu depuis deux ou trois ans, nous frĂ©quentions avant le mĂȘme bistro, nous nous faisions la bise (pas que nous soyons proches mais dans le show-biz on fait la bise), un soir (peu aprĂšs la sortie de son premier album solo) nous avons marchĂ©/discutĂ© tous les deux dans Paris… Et ce jour je n’ai pas osĂ© aller le saluer ! C’est pourtant quelqu’un d’un abord facile.
    Pareil un autre jour pour la compagne d’un ancien copain. Mais elle avait en pluss une beautĂ© qui m’intimidait. (Cristophe)
    C’est vrai que Cristophe est timide mais quand il est dĂ©cidĂ© il fonce ! C’est lui qui m’a abordĂ©… C’Ă©tait marrant… Moi ça va ! (Audrey)

  2. Disons que ces jours-ci si je reconnais un visage dans la rue, je dis bonjour! (enfin « oi! Bom dia » ou « boa tarde! ») parce que des tĂȘte familiĂšres il n’y en a pas beaucoup… Mais souvent se sont les gens qui me reconnaissent (je suis la « femme du pasteur ») et me disent « hey bonjour N », mais moi je n’ai aucune idĂ©e qui ils sont! C’est assez gĂȘnant (pour moi) (y’a trop de gens dans notre Ă©glise!).
    Sinon pour la timidité ça dépend des jours en fait, si je suis pas trop fatiguée, pas trop déprimée, pas trop pressée, etc. Et puis, comme toi, ça dépend de qui il sagit. Aussi je rougis encore parfois, et je me demande pourquoi!

  3. Certes je ne suis pas timide, mais je ne suis pas non plus physionomiste pour un sou ce qui fait que j’aborderais facilement les gens si je les reconnaissais mais je les reconnait rarement….Nos vies sont bin quand mĂȘme compliquĂ©es 😉 !
    Bizzzzz (mais ne rougis pî) 🙄
    JMB

  4. Il y a peut ĂȘtre de la timiditĂ© et aussi de la rĂ©serve
    Pas simple de renouer , mĂȘme pour un court instant avec de vieilles connaissances
    J’ai une copine qui a tendance Ă  aller trĂšs vite voir les gens qui connaissent son entourage , parfois c’est presque gĂȘnant
    J’ai retrouvĂ© quelqu’un en Juin que j’avais connu dans les annĂ©es 80 , et j’ai osĂ©
    j’ai hĂ©sitĂ© , crois moi
    il a Ă©tĂ© adorable , d’une extrĂȘme gentillesse
    Je raconterai un jour sur mon blog
    C’est tellement surprenant ces hasards lĂ 
    la timiditĂ© , dans certaines circonstances , c’est une vraie maladie
    je le sais …
    Peut ĂȘtre qu’un jour , tu oseras Mahie

  5. Je ne suis pas timide. En fait, je crois ne pas ĂȘtre timide… Je vais probablement et facilement vers l’autre toutefois je ne me force pas, c’est selon. Par exemple je n’irai jamais importuner ou solliciter une « personnalitĂ© » jamais je n’ai demandĂ© un autographe, trop fier. Et puis je ne suis pas physionomiste pour un sou alors vois-tu si nous nous croisons sur le boulevard des PyrennĂ©es ou bien encore sur les allĂ©es de Tourny je ne t’importunerai pas bien que tu sois une « personnalitĂ© » ou bien alors simplement parce que je ne te reconnaĂźtrai pas, voilĂ .

    Bleck

  6. Ah la la, je suis exactement comme toi. PremiĂšrement, je suis incapable de reconnaĂźtre les gens, donc je peux t’avoir rencontrĂ© il y a une semaine et je ne te reconnaĂźtrai mĂȘme pas. DeuxiĂšmement, je suis complĂštement incapable de me souvenir de noms! Tu me dis ton nom et 30 secondes plus tard, je l’ai dĂ©jĂ  oubliĂ© (je plaisante mĂȘme pas, c’est dramatique!) Par contre, je suis hyper reconnaissable et j’ai un nom facile Ă  retenir donc tout le monde me dit « bonjour Dr. CaSo » ce qui m’embĂȘte beaucoup. Comme je suis obligĂ©e, dans mon mĂ©tier, de rencontrer beaucoup de gens inconnus (et qui m’intimident et me stressent Ă  mort), quand je suis en dehors du boulot, je ne fais plus aucun effort pour ĂȘtre sociable et j’ignore royalement tout le monde 🙂

  7. Je ne suis pas timide plutĂŽt rĂ©servĂ©e (mais s,i mais si). HĂ©sitant parfois (un pas en avant, 3 pas en arriĂšre et autant sur le cĂŽtĂ©) par peur du ridicule, crainte du rejet… de l’orgueil en fait :-D! Cette dĂ©claration pourrait surprendre car j’aime parler et suis une incorrigible bavarde… Ce grand travers fait que ma rĂ©serve ne tient pas longtemps :-D.
    Quand on ose, on est souvent surpris de la rĂ©action de « l’Autre ». Pour peu qu’il vous dise qu’il admire votre aisance et vous remercie de l’avoir abordĂ©, d’ĂȘtre intervenu, on se sent pousser des petites ailes…
    En ce qui concerne les joues Ă©carlates, il est bien connu que la façon la plus simple de mettre un timide dans l’embarras est d’insister lourdement sur ce rougissement mal venu 😉
    T’as rougi, Mahie, ne le nie pas…

  8. Mahie et moi on est timides pareil, mais complĂštement Ă  l’envers.
    Elle est intimidĂ©e devant de gens qu’elle connaĂźt dĂ©jĂ , moi je suis tĂ©tanisĂ© Ă  l’idĂ©e d’adresser la parole Ă  un vendeur chez castorama…
    Pendant longtemps j’ai prĂ©parĂ© Ă  l’avance mes conversations tĂ©lĂ©phoniques: « lĂ  je vais dire ça, elle va me demander ça, je vais rĂ©pondre ça, et elle fera ça, … » ça plantait Ă  chaque fois.

  9. Il m’a fallu rĂ©flĂ©chir un peu Ă  ta question… Je me suis longtemps considĂ©rĂ©e comme timide : je n’osais pas parler aux gens que je ne connaissais pas, aux commerçants etc quand j’Ă©tais ado. Et je rougis assez facilement. Je fais un mĂ©tier de contact : je suis en contact avec des gens que je ne connais pas toutes les semaines, parfois mĂȘme tous les jours, plusieurs fois par jour. Je ne suis pas trĂšs Ă  l’aise mais ça ne me fait plus peur. Je me suis mĂȘme habituĂ©e Ă  ĂȘtre confrontĂ©e Ă  un groupe de 7 ou 8 personnes que je ne connais pas.
    Par contre, j’ai l’audace des timides : je suis capable de faire des choses que des amis moins timides dans des situations normales n’oseraient pas faire. Aborder un homme, par exemple. J’ai abordĂ© un homme dans un cafĂ© d’aĂ©roport. J’ai cru que mon cƓur allait rompre tellement il battait fort mais je l’ai fait et il a Ă©tĂ© bluffĂ©. Je me suis approchĂ©e de sa table et lui ai demandĂ© si je pouvais m’asseoir. Il m’a rĂ©pondu… en espagnol !
    Dans ta situation, je crois que je me serais dirigĂ©e vers cet homme et que je me serais plantĂ©e devant lui en lui disant : « Est-ce que tu te souviens de moi ? Moi, je te connais ! ». Et j’aurais attendu sa rĂ©action. Du coup, c’est lui qui aurait Ă©tĂ© dans une situation Ă©ventuellement embarrassante et c’est moi qui aurait contrĂŽlĂ© la situation, ce qui est moins stressant 🙂
    En fait, j’adore le rush d’adrĂ©naline que je ressens quand je dĂ©passe ma timiditĂ© ! Et j’aime bien aussi le regard Ă©berluĂ© des mes amis quand je leur raconte mes « exploits » !

  10. Ah Mahie, comme je me reconnais! Alors j’ai eu ma pĂ©riode timiditĂ© maladive au lycĂ©e… Et puisje me suis soignĂ©e, j’ai fait du thĂ©atre et surtout je suis repartie ailleurs Ă  zero, lĂ  oĂč personne ne savait que j’Ă©tais timide (donc ce qu’on pouvait prendre pour petasse hautaine). J’ai fait un faux pas Ă©norme qui m’a fait Ă©normĂ©ment rĂ©gresser : revenir vivre dans la ville de mes annĂ©es lycĂ©es. Une vraie horreur. Qq semaine aprĂšs mon arrivĂ©e, j’ai par exemple croisĂ© mon super prof de math de l’Ă©poque que j’adore, j’adore, j’adore, et ben j’ai dit bonjour mais d’une froideur qui m’Ă©tonne encore… Quant Ă  mon prof de dessin (que j’ai qd mĂȘme eu de la 6eme Ă  la terminale en option), je l’ai souvent croisĂ© (la premiĂšre annĂ©e sur Albi, Guilhem Ă©tait scolarisĂ© dans la mĂȘme Ă©cole que son fils et ben, jamais j’ai osĂ© lui dire bonjour…). J’ai aussi revu plein de tĂȘte connues mais pas revues depuis 1992. Je les reconnais au premier coup d’oeil pq je suis trĂšs physionomiste, leur nom me vient imĂ©diatement mais que dalle, j’ose pas. J’ai toujours l’impression de lire dans leurs yeux « tiens c’est l’autre pimbĂȘche hautaine qui veut pas dire bonjour » et allez, je suis encore plus coincĂ©e. Bref, moi ce qui me coince c’est l’idĂ©e que je me fait de moi ado.
    Comme toi, je suis beaucoup moins timide avec des gens que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, pq je me dis qu’avec eux, j’ai une chance de leur ĂȘtre sympathique…
    Du coup, il faut que je reprenne ma thĂ©rapie…

  11. Je suis trĂšs physionomiste mais question timiditĂ© je n’ose pas plus que toi, d’ailleurs je t’avoue u’ici je n’ose pas
 dire
 que
 Non ! Je n’ose pas.

  12. @Cristophe : les timides foncent toujours quand ils sont bien dĂ©cidĂ©s 😉
    C’est un mĂ©lange Ă©motionnel Ă©trange…

    @N : comme toi pour moi ça dépend des jours !
    Ca m’amuse toujours de saluer le maire par exemple, il rĂ©pond toujours poliment avec un sourire, mais je sais bien qu’il ne sait pas qui je suis 🙂 J’avais un arriĂšre grand- oncle qui Ă©tait pasteur et Ă  qui la politesse Ă  jouer bien des tours mais c’est une autre histoire… 😉

    @JMB : je ne rougis plus si facilement maintenant! Je me demande si ça m’a intimidĂ© de croisĂ© ce mec parce qu’il fait parti d’une partie de ma vie oĂč j’Ă©tais timide… Tu vois comme c’est compliquĂ© les filles!!

    @Val : les mĂ©andres des Ă©motions, de la confiance en soi etc… On est pas sorti de l’auberge!

    @Jeanne : oh j’ose j’ose… Je ne me considĂšre pas du tout timide au quotidien… C’Ă©tait un peu « La timiditĂ©, le retour! ». Je crois que j’avais peur qu’il ne me reconnaisse pas, ce qui m’aurait mortifiĂ©… Bien que si je suis lucide il n’y aucune raison qu’on ne me reconnaisse pas!

    @Bleck : il y a fort peu de chance que je te reconnaisse moi-mĂȘme!!! lol Mais si tu me reconnais devant le grand-thĂ©Ăątre n’hĂ©site pas! Jenny m’avait croisĂ© dans mon ancienne ville et n’avait rien osĂ© dire, c’est un regret pour moi!

    @Dr K : Dans le travail je ne suis pas timide et mĂȘme parait-il parfois intimidante! lol Parfois quand je crains de croisĂ© des gens que ça me gĂȘnerais de saluer j’enlĂšve mes lunettes et je suis soulagĂ©e d’avancer dans mon flou artistique et cocoonesque 😉

    @Marie Flo : non je n’ai pas rougi, je ne rougis plus depuis longtemps, je crois qu’il faut que je sois dans une situation embarrassante pour rougir ex me retrouver nez Ă  nez avec quelqu’un que je n’ai pas vu depuis 25 ans avec personne pour faire le lien!, c’est cĂŽtĂ© « surprise » que je n’aime pas… J’aurais rencontrer la mĂȘme personne chez mon frĂšre je n’aurais pas Ă©tĂ© intimidĂ©e du tout. 😉

    @l Marido : et moi quand j’ai arrĂȘtĂ© de fumer j’arrivais plus Ă  tĂ©lĂ©phoner parce que la clope me donnait du courage!!!! lol

    @Jenny : Oui je crois que tu es une vraie timide avec l’audace un peu dĂ©concertante des timides en effet 😉
    En lisant tous ces com’ je pense que je suis plus « Ă©motive » que timide… Je n’ai aucune mal Ă  prendre la parole en publique ou Ă  parler avec des inconnus. Ce qui me dĂ©stabilise c’est plutĂŽt les effets de surprise et plus les hommes…. 😉

    @VĂ©ro : il y a dirait-on mille et une forme de timiditĂ©!!! 🙂 J’aurais bien saluĂ© mon prof d’histoire le jours oĂč nous attendions le train sur le mĂȘme quai… ParlĂ© avec un vieux copain de classe croisĂ© dans une autre ville… Moi j’ai une tendance Ă  me croire transparente!!!! lol Un jour un ancien coloc’ d’un de mes frangins s’est plantĂ© de moi en disant une truc comme « Tu crois que je te vois pas?! » Lol AprĂšs on a rigolĂ©…

    @Obni : moi aussi je suis plutĂŽt physionomiste mĂȘme si il m’arrive d’oublier complĂštement des gens!!! Mais je suis Ă©galement TRES curieuse et c’est pas gentil d’inventer des mystĂšres!!! 🙂 lol 😉
    En tous cas Obni ça fait plaisir de te voir par ici!!! Ca fait un sacrĂ© bail qu’on se croise sur la blogo!

    1. Je crois que je fonce quand c’est une question de survie. Dans l’exemple donnĂ© par Audrey, c’Ă©tait parce que ça faisait longtemps que j’Ă©tais sans femme et que je ne pouvais pas continuer Ă  vivre ainsi, autrement dit j’Ă©tais essentiellement guidĂ© par mon sexe et par mes gĂ©nitoires qui menaçaient de dĂ©border.

      1. Tu trouves le moyen de nous mettre ton intimitĂ© sexuelle sous le nez, mĂȘme chez les autres ! T’es un vrai exhibitionniste… Tu sais qu’il existe quelque chose qui s’appelle l’allusion ? Parce qu’on n’a pas besoin que tu nous fasses un dessin ! (dĂ©solĂ©e Mahie, tu peux effacer mon commentaire si tu veux mais j’ai arrĂȘtĂ© de lire Cristophe pour ce genre de remarques alors c’est plus fort que moi ! Cristophe, pourquoi ne gardes-tu pas ce genre de remarque pour chez toi ? On s’en tape de savoir qui tu baises, quand tu baises et Ă  quel point tu Ă©tais sexuellement frustrĂ©.

          1. Ben en fait, c’est l’effet que ça me fait ! Mais tant qu’Ă  en avoir sous le nez, je prĂ©fĂšrerais que ce soit une b*te connue et apprĂ©ciĂ©e ! 🙂

        1. Jenny toujours aussi « affreusement » sĂ©rieuse quand tu rĂ©agis Ă  ce que j’Ă©cris.
          Oui je suis exhibitionniste, mais qui tient un blog de racontage de sa vie au tout venant sans ĂȘtre exhibitionniste ? J’exhibe un peu de ma vie sexuelle, j’exhibe un peu de mes sentiments amoureux et autres, un peu de mes projets professionnels, un peu de la santĂ© de ma maman, un peu de mes goĂ»ts artistiques, un peu de mes loisirs et de mes intĂ©rĂȘts divers, etc, (j’aurais pluss vite fait de dire ce que je n’exhiberai jamais ; quoique… il me faudrait creuser…), bref j’exhibe tout ce qui est de la vie, et dans une vie ordinaire il y a du sexe, c’est bĂȘte non ? Et aussi qu’est-ce qu’on peut s’en taper par ailleurs que j’ai aimĂ© tel livre ou telle musique ! d:-) Ou s’en taper que tu frĂ©quentes ou as frĂ©quentĂ© un homme qui a peu d’expĂ©rience sexuelle (Personnellement, ça m’avait intĂ©ressĂ©.)

          C’est l’unique reproche que je fais Ă  ta rĂ©action Jenny : tu as Ă©crit « On s’en tape » comme si tu Ă©tais la porte-parole d’un groupe, indĂ©fini. J’aurais Ă©crit « Je m’en tape », « Je » pour ne parler qu’en mon nom. Ceci dit, j’ai bien compris que toi tu t’en tapes.

          RĂ©ponse Ă  ta question, Jenny, « pourquoi ne gardes-tu pas ce genre de remarque pour chez toi ?  » :
          Parce que je suis dans une discussion qui a dĂ©butĂ© ici, continuĂ© ici (billet de Mahie + commentaire de Audrey et moi + rĂ©ponse de Mahie + rĂ©-rĂ©ponse de moi…) alors je continue la discussion normalement ici. Ma remarque fait rĂ©fĂ©rence Ă  ce qui a Ă©tĂ© dit avant par Audrey, cependant ceci n’est pas une excuse, je crois qu’on a un peu le droit de dire ce qu’on veut.

          1. Hum, Ă  ce stade de la conversation je devrais peut-ĂȘtre user de mon droit de modĂ©ratrice et dire « quelque chose », mais bof, mais non, en fait ça m’amuse un peu… Tout cela n’est vraiment pas bien grave… Il n’y a pas de quoi fouetter un chat 😉 Allez, serrez-vous la main! 😉 (Mais pas la bite, hein!) Oh allez…. Des bisous!!!

            1. Moi j’ai bien rigolĂ© ! Je suis de parti pris c’est vrai… Et je suis mieux placĂ©e pour imaginer comment il s’est amusĂ© Cristophe… J’aurais pas eu sa patience ! Et l’autre qui en rajoute une couche en disant qu’il ne connaĂźt que le premier degrĂ©, ça me fait encore plus rigoler ! DĂ©solĂ©e de rire Ă  ses dĂ©pens mais bon… Vaut mieux en rire…

            2. Merci Mahie d’avoir Ă©crit franchement « bite » et non « b*te », mĂȘme si « bite » est un mot que je n’aime pas employer. d:-)

          2. Moi, je suis affreusement sĂ©rieuse mais toi, tu ne connais que le premier degrĂ©. Je maintiens qu’il est rare de parler du besoin de se vider les bourses dans des discussions de groupe. C’est une question d’Ă©ducation. Parce qu’entre la « conque » de ta tendre qui dĂ©borde et tes « gĂ©nitoires », la coupe est pleine… Bien sĂ»r, tu es libre de te comporter en gros lourd et je suis libre de te le signaler. Je n’aurais pas dĂ» Ă©crire « on s’en tape », sachant Ă  quel point tu es pine-ailleurs.

  13. Ben moi, je suis hyper timide et quand je le dis , j’ entends immanquablement : toi, Pierrot ? Tu te fous de moi ?? et ça m’ Ă©nerve! Je peux mĂȘme ĂȘtre d’ une timiditĂ© maladive au point de ne pas la ramener si je suis en train de me faire rouler (lĂ , la timiditĂ© se couple avec la connerie !!!). Par contre je suis extrĂȘmement physionomiste et je rougis jamais (mĂȘme si on me le dit!) …
    Le coup d’ El Marido de prĂ©parer Ă  l’ avance les conversations tĂ©lĂ©phoniques, je connais bien.
    On me dit souvent aussi: mais tu montes sur scĂšne ! ça n’ a rien Ă  voir ..
    Si je rencontre quelqu’ un que je n’ ai pas vu depuis un bail, je ne vais pas forcĂ©ment vers lui (ou elle) because je me suis aperçue parfois qu’ on n’ avait rien Ă  se dire.

  14. Moi je suis plutĂŽt une timide du genre El Marido, parfois tĂ©tanisĂ©e Ă  l’idĂ©e de demander mon chemin. Alors je me soigne, je prends sur moi mais parfois ça vire (ou plutĂŽt ça sonne) aggressif… 😩

  15. Je me retrouve tout Ă  fait dans ton post. Pas timide du tout au boulot, je suis mĂȘme assez tranquille mais dans la vie quotidienne c’est une autre histoire. Si je pouvais passer dans un trou de souris quelquefois j’aimerais. Mes proches me disent que je suis une ourse. J’ai essayĂ© de me soigner mais cela ne marche pas

  16. @Pierrot : c’est vrai, monter sur scĂšne n’est pas un signe de non-timiditĂ©… J’aimais bien faire du thĂ©Ăątre quand j’Ă©tais plus jeune et ça ne m’empĂȘchait pas d’ĂȘtre timide 🙂

    @E : cela ne m’Ă©tonne pas, le timide a parfois l’air hautain 😉 Mais c’est pas si grave…

    @ZoĂ© : les ours sont gentils 🙂

Les commentaires sont fermés.