Pourquoi Mahie n’aime pas le « mommy porn »…

J’ai lu « 50 shades of shit », j’aurais du me mĂ©fier et me re-mĂ©fier : on m’avait dit que c’Ă©tait du « mommy porn » et je suis devenue allergique Ă  cette expression dès que je l’ai entendu.

Pourquoi?

Parce que qu’est-ce que ça veut dire? Qu’il y a du porno pour tout le monde et du porno pour les mamans. Non pas les mamans : « les momys », les mères anglo-saxonnes… Haha.

Bon ça veut quoi donc : que quand on est maman on peut pas lire le mĂŞme porno qu’avant d’avoir des enfants. T’as 30 ans, t’as pas d’enfants : tu peux lire du bon vieux porno normal, tout ce qui te passe entre les mains…

T’as plus de 30, t’as un ou deux ou 3 enfants… Attention, changement de plan, range tes SAS, y’a le « mommy porn » pour toi… Du porno mĂŞme pas bandant que les dames on le droit de lire, mais seulement parce que l’hĂ©roĂŻne se met Ă  genoux devant un bâtard qui va lui foutre des coups de ceintures jusqu’à ce qu’elle en chiale! En minaudant « Oh mon dieu! »

STOP!!!!! C’est quoi cette connerie lĂ ? La mère de famille elle doit lire du porno ou les nanas sont masos et se font tabasser? C’est quoi ce dĂ©lire d’anglo-saxonne Ă  la con lĂ ?

Bon alors on me dit dans mon oreillette que j’ai pas tout compris les Mommys sont censĂ©es ne jamais avoir lu de SAS avant, ne jamais avoir matĂ© de porno sur Canal, ne jamais avoir lu AnĂŻs Nin, ne pas avoir lu ni le Tropique du Cancer, ni celui du Capricorne, la mommy n’a jamais lu de bouquin porno d’aucun genre. Il ne faut pas qu’elle « passe » au « mommy porn » après avoir lu tout ça… Une fois qu’elle est maman… Elle doit DÉCOUVRIR le porno avec le mommy machin, elle doit dĂ©couvrir qu’elle a un clitoris avec « 50 shades of shit » (faites moi plaisir prononcer-le Ă  l’irlandaise « chaillteu » un peu comme « ScheiĂźe » ça a plus d’emphase). Elle doit quasiment jouir pour la première fois en lisant cette merde. Et mĂŞme dĂ©couvrir sa sexualitĂ© grâce Ă  ça. Je vous jure que c’est vrai je l’ai lu sur Internet…. Oh putain………..

Donc c’est ça l’histoire, la « mommy » (vous, moi) doit prendre son pied en lisant des histoires de fesses (extrĂŞmement mal Ă©crite) et non contente de ne plus avoir 20 ans et d’avoir perdu sa jeunesse elle doit fantasmer sur des mecs jeunes et très riches qui pour prouver Ă  leur belle qu’il l’aime lui foute une fessĂ©e mĂ©morable avant de lui passer de la Biafine sur le cul pour se faire pardonner en lui tendant un verre d’eau gazeuse et un cachĂ© d’ibuprofène pour calmer la douleur!!!! Sans blague….? Merde……….! C’est quoi cette gĂ©nĂ©ration de pĂ©tasses qui chie Ă  n’en plus finir sur le fĂ©minisme et ce met Ă  4 pattes devant un psychopathe en dĂ©goulinant d’amour? Apporter moi mon sac Ă  main lĂ , je dois gerber!

Putain de merde. Il y a des nanas qui trouvent « romantique » que le psychopathe lui passe de l’arnica (c’est dans un autre chapitre, je vous avais prĂ©venu : c’est rĂ©pĂ©titif) après l’avoir battue!!! Mais c’est quoi ce dĂ©lire? Cette sociĂ©tĂ© de merde? Est-ce qu’il faut vraiment qu’on les mettent en relation avec SOS femmes battues pour que les pĂ©tasses que ça excitent rĂ©alisent ce qu’elles sont vraiment en train de lire? Est-ce qu’il faut qu’on les mettent en contact avec des enfants battus pour qu’elles arrĂŞtent de trouver « romantique »Â  ce gros bâtard de « hĂ©ros » qui explique sa jouissance par le sadisme prĂ©cisĂ©ment parce qu’il a Ă©tĂ© un enfant battu?

Mais ces quoi ces 50 nuances de merde?????? Non seulement c’est Ă©crit avec un vocabulaire plus qu’indigent, un style miteux (voir calamiteux) une hĂ©roĂŻne qui a le QI d’un huitre, non seulement c’est un bouquin stupide, mais en plus… un bouquin ou la femme doit ĂŞtre Ă  genoux, jambes lĂ©gèrement Ă©cartĂ©es, menottĂ©e, pauvre, Ă  attendre nue et dans le froid, la tĂŞte baissĂ©e que son hĂ©ros flamboyant viennent lui foutre la raclĂ© qu’elle bien mĂ©ritĂ©, cette garce, en aillant une conversation avec un vieux pote! J’oubliais : interdiction de le regarder ans les yeux! Les yeux baisser quand tu parles Ă  ton maĂ®tre, salope! Un bouquin ou le hĂ©ros averti sa bien aimĂ© que lĂ , attention il va la baiser bien profond et bien vite fait, sans la faire jouir, parce que lĂ , c’est pour la punir!

Va rôtir en enfer espèce de connard!

Ca vous donne pas envie de gerber Ă  vous? Ah, mais je suis conne et pas romantique… Si elle accepte tout ça c’est parce qu’elle est amoureuse et qu’elle sait qu’il a beaucoup souffert quand il Ă©tait petit donc ceci explique cela et je ne suis qu’une vieille fĂ©ministe aigrie qui ne comprend rien Ă  l’amour…?

« Isabelle Laffont, (Ă©d JC Lattès)  rĂ©cuse le terme mommy porn : « Pour moi, c’est plutĂ´t un conte de fĂ©es moderne pimentĂ© d’Ă©rotisme, avec une hĂ©roĂŻne qui jouit avec beaucoup d’enthousiasme. » »

Ah ça y est j’ai mon sac : je gerbe. Je gerbe. Je gerbe.

Ah, ça me fait penser que notre « hĂ©roĂŻne » jouit très bruillamment et a rĂ©pĂ©tition et cela dès sa toute première relation sexuelle. Les « mommys » qui ne sont pas nĂ©es de la dernière pluie et a qui on ne la raconte pas, apprĂ©cieront la drĂ´lerie de la chose. PrĂ©cisons aussi puissequ’on a envie de rire que la miss dĂ©couvre son clitoris avec son dĂ©puceleur, car avant, mĂŞme pas en rĂŞve elle n’a su ce qu’Ă©tait la jouissance et a mĂŞme Ă©tĂ© surprise par son premier orgasme, elle a mĂŞme eu un peu peur : « Merde, qu’est-ce qui m’arrive? ».

Si vous voulez je vous prĂŞte mon sac pour gerber dedans, je fais passer. Ou alors si vous voulez on va se taper des mojitos entre vieille « mommys »… Vous savez-quoi? Si je rencontrais un gros bâtard comme son Christian et qu’il voulait que je baisse les yeux quand je lui parle et me foutre des coups cravache pour m’apprendre la vie je lui foutterais un coup de genoux dans les couilles jusqu’Ă  ce qu’elles lui remontent dans la gorge. Parce que moi je suis peut-ĂŞtre nĂ©e dans les annĂ©e 60 mais je suis nĂ©e dans l’idĂ©e que la femme Ă©tait l’avenir de l’homme (Aragon pour les philistins)  et tout plein de trucs de hippies comme explorer son corps pour trouver le point G ensemble et se faire du bien sans jamais se faire de mal, peace man, tu vois faites l’amour pas la guerre… Alors le sado-masochisme ou la fille est la soumise et le milliardaire le prince connard… Je dis stop et je veux bien organiser un autodafĂ© pour bruler toutes cette merde sur la place publique. C’est quand on croit qu’il y a une limite Ă  la connerie qu’on s’aperçoit qu’en fait il n’y en pas et qu’on s’aperçoit Ă  quelle point on est dans la merde quand on voit qu’autant de gens confondent libĂ©ration sexuelle et soda-masochisme.

Entendons-nous bien ce n’est pas le sado-masochisme qui me dĂ©range en tant que tel. Car je suis assez certaine que ce bouquin n’a par ailleurs pas grand chose Ă  voir avec cette « spĂ©cialitĂ© » assez marginale. Ce qui me dĂ©range c’est la vision stupidisme et dĂ©gradante que ce bouquin et les autres de la mĂŞme veine (car ils sont nombreux Ă  surfer sur la vague) donne de la femme en 2012 et la confusion qui est faite entre amour et soumission.

VoilĂ  j’ai dit tout dit de ce que je pense de cette merde.
Heureusement que je n’ai pas attendu le Mommy porn pour ĂŞtre heureuse, amen.

PS : pour les mal lunĂ©s qui diraient que je suis toujours de mauvaise humeur : sachez que vous n’avez pas complètement tort, juste Ă  50% et que par ailleurs j’ai vu aujourd’hui Blancanieves de Pablo Berger et j’ai adorĂ© : de la pure poĂ©sie, ça change.