Le langage secret des fleurs… Et les grand-mères

Langage-des-Fleurs

Quand j’étais petite j’ai appris de ma mère, un jour où nous en trouvions de sauvages dans la courette,  qu’offrir un bouquet de violettes à une femme signifiait qu’on était secrètement amoureux… Offrir un bouquet de roses rouges qu’on était passionnément et pas secrètement du tout amoureux… Je me rappelle aussi qu’elle m’avait dit qu’il ne fallait jamais offrir de roses jaunes. Je ne savais pas pourquoi et elle je ne sais pas, mais c’était un faux pas grave. Un peu comme écrire à l’encre verte qui était très mal poli, méchant, insultant.

pouvoirs caches fleurs monestier

Après avoir lu « Le Langage Secret des Fleurs » de Vanessa Diffenbaugh, qui est un roman et pas un guide sur le langage des fleurs (quoi que…), je sais que la rose jaune symbolise soit la jalousie, soit l’infidélité. Ça parait ne pas du tout être la même chose, cependant c’est souvent lié!! D’ailleurs les significations divergent souvent un peu d’un livre à l’autre… Selon l’inspiration de leur auteur…

Le langage secret des fleursJ’ai adoré ce livre. Il m’a pris par surprise, bousculée, charmée, tenue en haleine. Rien de fleur bleu dedans. Sûrement un livre très marquant pour moi. Un que j’aimerais garder dans ma bibliothèque si je ne l’avais emprunté à la bib.

rose rouge

La passion

Le langage des fleurs (ou des couleurs) n’est plus très à la mode aujourd’hui. Ce que j’en sais c’est le peu que m’a légué ma mère. Sa mère qui adorait faire de splendides bouquets en connaissait un sacré rayon, probablement hérité de sa propre mère. Et mon autre grand-mère qui n’avait pas les goûts délicats de la mère de sa belle fille, ni l’éducation huppée, ni le sens artistique, avait aussi quelques idées  sur le langage des fleurs : des trucs que tout le monde connaissait traditionnellement car le langage des fleurs avait connu un réel engouement dans la bourgeoisie et la haute société au XIXième siècle et encore jusqu’à la deuxième guerre mondiale (engouement qui s’était étendu finalement à toute la société à travers les cartes de vœux et cartes postales en tous genre).  Ainsi elle savait bien que les roses rouges étaient  réservées aux amoureuses,  que le houx portait bonheur et que le gui portait bonheur (comme les pattes de lapins! Mais je n’aimais pas cette tradition qu’elle aimait bien, elle. Elle m’avait raconté en avoir eu une dans sa poche à une époque…)

langage

Bon maintenant si elle cueillait un bouquet de roses dans son jardin pour sa belle fille tout  cela n’avait plus d’importance. J’aimais la manière qu’elle avait d’aller couper avec son sécateur les plus belles roses de son jardin, jaunes, roses, rouges, oranges, blanches, pour en faire un splendide bouquet pour ma mère avant que nous ne reprissions la route pour LR, c’était généreux et spontané.

En achetant ou en bouturant des fleurs, je n’ai jamais fait attention à leur langage secret… Je me fie seulement à ce que j’aime ou pas…

roses

J’aime les roses roses ou orange clair, par trop les blanches et les rouges… j’aime que leur couleur soit délicate.

glycine

J’adore la glycine, les pensées, les violettes.

primeveres_roses

Je choisis les primevères roses et délicates.

soucis

Les soucis oranges années 70 me plaisent. Je ne dit pas nom à un beau géranium rouge et charnu (il symbolise l’amitié) mais je ne craque pas sur n’importe qu’elle rouge, je suis difficile.

5.0.2

Je déteste n’aime pas trop les œillets d’inde… Mais craque pour les œillets de poètes.

oeillet-poete

J’ai essayé de faire pousser des coquelicots chez moi mais alors qu’il paraissent pousser n’importe où; ils n’ont pas poussé ici.

marsilly,charente,maritime,roses,tremieres

Le sol ne plait pas beaucoup non plus à la fleur emblématique de ma Charente-Maritime mon aimée rose trémière! Malgré tous mes efforts je ne crois pas que j’en aurais encore cette année!!! Elle symbolise l’amour simple et l’amitié sincère.

Et vous accordez-vous de l’importance au langage des fleurs? Connaissez-vous la signification de certaines? Y accordez-vous de l’importance? Quelle est votre fleur préférée et celle qui vous fait fuir?

Voilà il est l’heure d’aller se coucher, je vous souhaite de beaux rêves et une bonne semaine!

campanule bleue

Les bons tuyaux de mémé Mahie

soleil

Aujourd’hui il fait beau (malheureusement le weekend et le début de semaine avec escapade à Sansé va être FROID haz clic) alors je pense à des choses agréables… Une chose très agréable est de m’imaginer à moitié sous un parasol sur la plage de trousse-chemise ou bien dans l’herbe et les pâquerettes au bord d’une rivière en train de bouquiner à l’ombre d’un arbre… L’été!

plage

Et voilà l’été je ne me sépare JAMAIS de mes lunettes de soleil, sans elles je suis perdues, comme une misérable grenouille albinos je ne peux ouvrir les yeux! Mais…………… y’a un problème quand je veux bouquiner dehors, finir le roman qui est tellement prenant que je le trimbale partout : je ne peux pas lire avec mes lunettes de soleil qui sont des lunettes de myope, depuis que je ne vois plus de près… Il faut que je les enlève pour voir relativement normalement de près car avec les lunettes de myope de près c’est flou à 100%… DONC si vous me suivez bien, il me faudrait des lunettes de soleil non correctrice pour pouvoir lire à la plage flou à 50% et donc l’idéal serait… Tatata… Suspens : des lunettes de vieux de soleil!!!! Je veux dire des lunettes pour presbyte de soleil! Voyez?

mer

Donc tout d’un coup, prise d’un inspiration subite et néanmoins pas trop bête, je me suis dit que si j’avais ce besoin, je ne devais pas être la seule? Et voilà, après une recherche de 3 secondes je nous ai trouvé ça. Je dis nous maintenant car je viens de comprendre que nous sommes sûrement nombreux à avoir envie de lire sur un transat malgré des yeux défaillants !

lady-havanVous pouvez cliquer sur les lunettes pour voir le site où on les vend… Et : non ce n’est pas de la pub, juste une info.

En ce qui me concerne je vais faire un tour chez l’occultiste pour voir si il me les ferait pas pour un prix raisonnable dans mon bled. J’aime faire travailler les locaux, dans le but de ne pas me retrouver d’ici peu dans un vrai désert…

lecture

Ils inventent de drôle de machin quand même! Ne comptez pas sur moi pour le tester!

Sur ce profité bien de cette journée estivale, prenez soin de vous et de ceux que vous aimez…

Des doryphores et des bordelais

Je me demandais pourquoi les palois, qui sont un brin moqueurs et jamais en reste pour critiquer la capitale de leur région… (Niaf niaf. Ca leur fait très mal de penser que Bordeaux est la capitale de « leur » région et que c’est là où il y a l’académie et tout ça…) Pourquoi donc, les palois appellent les bordelais des « doryphores »?

Pour moi ce n’est qu’un insecte! Mais pas pour les béarnais…

Je voyais pas trop ce que c’est… Alors j’ai cherché… Voilà, c’est ça :

449px-Kartoffelkäferlarven

Un méchant insecte, dont les larves bouffent les plants de patates.  A l’âge adulte c’est plutôt comme ça :

621px-Leptinotarsa_decemlineata_UGA1233183

Ça ne ressemblent pas à des bordelais, dont la principale qualité être d’être très distingué.

Bien, alors donc quel est le rapport entre cet insecte nuisible et un bordelais… Ah voilà!  Je le tiens, ne cherchons plus : C’est un nuisible! Ah lala, ces campagnards, comme ils sont blagueurs!!

Plus sérieusement, ce petit insecte à un rapport avec ma ville préférée (après La Rochelle) parce qu’il a envahi l’Europe depuis Bordeaux 😦

400px-Doryphore_-_expansion_en_Europe.svg

L’invasion des doryphores se produisit en France à partir de  Bordeaux en 1922, date à laquelle il  fut découvert , mais l’insecte était déjà bien installé dans une zone de 250 km2. Le foyer originel serait né en 21, dans un entrepôt de transit de pommes de terre!!!   L’origine de l’infestation fut probablement liée aux livraisons à l’armée américaine (Rah!)  en 1918-1919… (C’est donc plutôt les ricains qu’on devrait affubler du surnom de doryphore!! )  À partir de là, l’insecte nuisible se propagea rapidement en France, progressant en moyenne de 50 km par an, envahissant tout l’Europe « historique » en une vingtaine d’année…

Consternation.

Il est intéressant de relever que pendant la Seconde Guerre mondiale, dans la France occupée, les soldats allemands étaient surnommés les « doryphores » en raison de leur nombre. Amalgame entre le nombre de l’occupant et le fait aussi qu’on est pas grand chose à manger à cause d’eux! Les enfants dans certaines régions étaient réquisitionnés pour ramasser (et exterminer) les doryphores… Aussi était-il ambiguë de les entendre scander : « Mort aux doryphores! » (C’était pour la petite anecdote).

george_clooney_et_brad_pitt_reference

Deux jeunes quinquas bordelais photographiés devant un restau lors de mon dernier passage à Bx qui incarnent je crois assez bien la fameuse distinction bordelaise (et ne ressemblent pas à des larves)…

Wiki nous dit  » En France, dans le milieu rural de certaines régions, « doryphore » est l’appellation peu amicale pour désigner les citadins qui se déplacent pour tirer profit de l’environnement cultivé par des actes jugés avides et peu scrupuleux (glanage, vols dans les cultures fruitières, etc.) mais aussi pour profiter de l’environnement naturel (cueillette, chasse, pêche, etc.) ou spéculer sur l’immobilier. Ce sentiment est d’autant plus exacerbé si l’économie de la région est à dominance rurale, largement basée sur l’agriculture et les ressources naturelles en général »

Donc il n’y a peut-être pas que les palois à appeler « doryphore » les habitants de leur capitale régionale? Vous avez déjà entendu ça par chez vous?

Sur ces bonnes paroles, portez-vous bien et ne perdez pas patience : le printemps finira bien par arriver!

Les chocolats suisses c’est le must!

Voilà je participe à un petit jeu initié chez  Delimoon : il s’agit prendre une photo de l’endroit d’où on blog d’en faire un billet et de lui envoyer la photo, qu’elle publiera sur son blog en même temps que toutes les autres… Comme il s’agit de gagner une plaque de chocolat, je joue… Même si dans le passé je n’ai pas toujours reçu ce que j’avais gagné sur des blogs ou FB… Mais bon je suis joueuse, alors je participe.

On a pu à plusieurs reprises voir mon bureau sur mon blog on en déduira à la vue de la vétusté de mon PC qu’il est inutile de cambrioler ma maison : on y trouvera que des brouettes…

P1090748

Alors puisque vous êtes curieux je commente :  nous sommes au premier étage, à droite la fenêtre au nord qui donne sur la rue et avant la rue un bout de jardin où il y a 2 sapins de noël qui bourgeonnent à tout va, un figuier, un noyer et un cerisier…

Sur ma chaise un coussin fait par votre serviteur(servante? ça la fout mal) avec une vieille robe. Sur les murs un paysage de Ségovie peint par El Pater et une gouache qu’il avait faite pour un concours quand il avait 18 ans. Une photo en noir et blanc de Mi Hermano El Vaquero (que je voudrais faire à l’aquarelle, à moitié cachée par une photo Del Pater et moi dans le même paysage que sur la peinture… Sur les tiroirs : la boîte à couture d’une de mes arrière grand-mère marquée HM. Sur la table du matériel de peinture, des verres pas pour boire, pour les aquarelles. Une imprimante qui est en train de rendre l’âme (si tant est qu’elle en ait une). Dans la pièce l’odeur de confiture en train de cuire…

Si vous voulez jouer à cela aussi, vous pouvez participer en allant faire un tour chez Delimoon vous saurez comment ça marche.

Je vous souhaite une bonne soirée, adishatz etc. Prenez soin de vous!

Escapade programmée

Sansebastian

En septembre dernier je me réveillais un beau matin avec une envie irrésistible d’aller à Sansé*, je vous en parlais là clic-clic. Pour ceux qui ne connaissent pas, ça s’appelle aussi Saint-Sébastien en français et Donostia en basque, c’est le nom officiel depuis 2011. Avant ça s’appelait surtout San Sebastian, dont c’est le nom officiel en castillan. C’est pas simple.  Si tu parles castillan tu as encore le droit de dire Sansé(bastian), mais si tu veux lire les panneaux sur les routes, t’as plutôt intérêt à connaître Donostia. C’est la capitale de la province de Guipuscoa. C’est une grosse ville de presque 200 000 habitants…

Donosti

… située sur la côte basque espagnole à 20 km de la France et à 38 km de Biarritz, où ojala*, on pourra aussi séjourner quelques jours dans un appart prêté.

Bon bref, depuis septembre, tous les weekends, je reviens à la charge « Et si on allait à Sansé?’ Mais bon voilà depuis septembre, ou il fait pas beau, ou El Marido est d’astreinte, ou il bosse, ou il pleut etc. Mais là je crois qu’on va y arriver : le printemps est là!

Hier j’ai donc passé toute la soirée, jusqu’à vraiment tard à regarder les hôtels où nous pourrions passer une nuit à Donosti (parfois encore les basques enlève le A) pendant les vacances del Hijito qui commencent dans une dizaine de jours…

A la fin j’en avais presque marre vraiment de voir que des hôtels de qualité vraiment moyenne, dans cette ville étaient aussi chers que d’autres 4 étoiles dans le même quartier… Et vraiment agacée de voir que pour avoir la sdb et les toilettes dans la chambre il fallait payé pas mal plus cher qu’à Bordeaux pour des chambres moins grandes!!

Alors Sansé est-elle une ville si hautement touristique pour pratiquer de tels prix?  Faut croire. Il reste énormément d’hôtels assez chouettes avec de jolies chambres mais qui sont à la vieille mode : toilettes et sdb communes avec d’autres chambres. En théorie ça ne me dérangerait pas du tout, je les ai souvent (toujours) pratiqué quand j’étais plus jeune… Mais cela ne me dit plus rien du tout. Surtout parce que j’aime bien aller aux toilettes en plein milieu de la nuit et que je n’ai pas envie de m’habiller pour ça. C’est dommage, vraiment, car ces hôtels sont deux fois moins chers…

casa ruralJ’aime bien cette maison là et en plus c’est pas cher du tout…

Nous allons donc probablement choisir un hôtel légèrement excentré afin d’avoir un hôtel de qualité qui ne nous coûte pas un bras et une jambe. Et puis c’est tant mieux, ça sera moins bruyant. J’ai dormi 2 fois à San Sé dans les années 80 puis 90 et je me rappelle juste qu’en bonne petites françaises qui aime bien dormir une fois 2h du mat’ passé, j’avais maudit les espingoins qui font la fête jusqu’à l’aube dans les rues 😉

Je me demande si nous devrions nous orienter vers une « casa rural »…? Hum… La suite au prochain numéro…

10218583

Celui-là il est complet…

Et vous, allez-vous profiter des vacances scolaires pour faire une escapade? Vous changer les idées? Oublier la routine et vous rappeler qu »ailleurs l’herbe est plus verte? Vous êtes déjà en vacances? Vous faites quoi? Vous êtes plutôt hôtel 4 étoiles (ou plus!), auberge de jeunesse, « pension » avec toilettes sur le palier, appart-hôtel où on fait sa cuisine, refuge de montagne, camping, camping-car, chaussures de marche et canadienne?

Bon sur ce,  je retourne à mes moutons et vous souhaite une bonne fin de semaine, adishatz et prenez soin de vos artères!

1″Sanse »: surnom populaire et affectueux qui n’est autre qu’une abréviation de San Sebastián

2 Ojalá : mot espagnol signifiant l’espérance ou le regret. Provient de l’arabe hispanique law šá lláh… Dieu veuille, si dieu le veut, si dieu l’avait voulu…

¡Ojalá estuviéramos  de vacaciones! : Ah, si nous étions en vacances!

¡Ojalá te hubiese conocido antes! : Si seulement je t’avais connu avant!

¡Ojalá! : J’espère! etc.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante!

P1090742

Vous voyez ce machin, à côté de la pièce? Vous savez ce que c’est? Moi oui. Je viens de le trouver par terre en passant la since… Ça m’a foutu la rate au court bouillon! (c’est mon expression du jour…) Oh non, ça m’a pas fait plaisir! Je vous laisse deviner ce que c’est ! Sachez juste qu’il y a une responsable pour la présence de cette « chose » sur mon sol… Alors vous savez ce que c’est?

Bon et puis parce que y’a pas que Cloclo dans la vie, mon hymne à l’été à moi :