Cachez ce sang que je ne saurais voir!

Tout le monde a-t-il des phobies?

Je sais que certaines personnes ont la phobie des pigeons, c’est un truc trĂšs sĂ©rieux. Rien Ă  voir avec « je n’aime pas ces bĂȘtes la! ». Il y a « ne pas aimer un truc » et vraiment ne pas le supporter du tout… Les phobies ça peut provoquer des rĂ©actions un peu gĂȘnantes… Hyperventilation, crises d’angoisse, etc.

logo_index3Les pigeons sont source de vraies angoisses, il paraĂźt, pour les ornithophobes…

Personnellement je suis plutĂŽt claustrophobe et vampirophobe…  Je dis « plutĂŽt » car je peux prendre un ascenseur si il est un peu grand, mais je peux pas prendre un vieil ascenseur  si il trĂšs trĂšs petit et surtout fermĂ© et (avec un vampire dedans). Si c’est un ascenseur vieille mode avec des grilles, cela ne me pause strictement aucun problĂšme : je peux respirer… Le problĂšme c’est le truc fermĂ©, sans vue sur l’extĂ©rieur. Ça dĂ©pend des pĂ©riodes de ma vie, de comment je vais, ça peut ĂȘtre plus ou moins fort. Mais en rĂ©servant un restau il peut m’arriver de demander si il y a des fenĂȘtres dans la salle. Parce que si il n’y a pas de fenĂȘtres cela va tellement m’oppresser que je ne vais pas pouvoir manger. Il m’est arriver de quitter un restau sans rien avoir pu avaler… Quelle idĂ©e aussi de faire un restau dans une cave !

cinema

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale j’ai une apprĂ©hension assez forte quand je vais au cinĂ©ma… J’ai la gorge qui se serre, je dois me forcer Ă  respirer lentement, me persuader que rien ne va m’arriver, que je vais pouvoir sortir rapidement si je sens que je vais me sentir mal… J’apprĂ©hende les bandes-annonces au son beaucoup trop fort, aux images trĂšs violentes pour moi. Je sais que « ce n’est rien » qu’il ne va rien m’arriver, mais je suis trĂšs oppressĂ©e, il faut que ça finisse rapidement. Quand le film commence il me faut  bien un quart d’heure pour que je me persuade que j’ai choisi un film qui en aucun cas ne va m’agresser, que tout va bien se passer et je finis par me dĂ©tendre. Mais je suis toujours au bout d’une rangĂ©e. Je ne pourrais vraiment pas ĂȘtre au milieu d’une rangĂ©e, avec l’impossibilitĂ© de sortir si je venais Ă  ne plus pouvoir respirer… MĂȘme si c’est une comĂ©die. Il me faut bien 15 minutes, ou plus, avant de me dĂ©tendre.

C’est ridicule n’est-ce pas?  C’est difficile Ă  comprendre je suppose quand on ne souffre pas de ce genre de « troubles ». Ce qui est Ă  la source de mon problĂšme c’est plutĂŽt ça :

vampire1

J’ai Ă©videmment trouvĂ© des photos plus stressantes que celle-ci, mais j’avais pas envie de les mettre sur mon blog, que je suis tout de mĂȘme amenĂ©e Ă  regarder…

Il y a un truc en moi qui dit stop quand je ne supporte pas quelque chose : et je m’évanouis (enfin c’est ce que je crois). C’est une expĂ©rience assez perturbante, dĂ©sagrĂ©able. Quand j’Ă©tais gamine Ă  l’Ă©cole primaire cela m’est arrivĂ© deux fois. Ça avait fait Ă  chaque fois tout un ramdam, parce qu’on arrivait pas Ă  me rĂ©animer assez vite. Les instits Ă©taient en panique, ça avait fait plein d’histoires. Je m’en rappelle comme si c’Ă©tait hier ou presque. Le pourquoi du « Je dĂ©connecte, je tombe dans les pommes », les bruits, le noir, la panique autour de moi allongĂ©e, inerte, comme morte…

Avec les annĂ©es j’ai appris Ă  reconnaĂźtre les signes avant coureurs, Ă  dire « je vais tomber dans les pommes » avant de le faire… A m’asseoir, Ă  m’asperger le visage d’eau fraiche, Ă  boire, manger du sucre, calmer ma respiration, me mettre Ă  l’ombre…

danslespommesEt voilĂ , quand on tombe dans les pommes c’est bien de ne faire qu’une cinquantaine de  kilos… Comme moi Ă  l’Ă©poque…

Mais je suis quand mĂȘme tomber dans les pommes assez souvent.   C’est pas glop pour soi et puis ça fait trĂšs peur aux autres. Parfois on a trĂšs trĂšs peur en se rĂ©veillant, on a Ă©tĂ© comme dans une rĂȘve et on se retrouve allongĂ©e dans la rue avec des inconnus aux visages paniquĂ©s et paniquants au-dessus de vous… L’ambulance, les urgences, les questions… On s’aperçoit qu’on est pas seulement « tombĂ©e dans les pommes », qu’on a fait trĂšs peur Ă  tout le monde, on parle de tĂ©tanie.

Je me rappelle ma corres’ espagnole quand j’Ă©tais en seconde qui avait les poches pleine de morceaux de sucre, prĂȘte Ă  m’en faire ingurgitĂ© un, le chocolat plein de miel que me prĂ©parait sa mĂšre le matin pour pas que ça recommence!

estocade

Je me suis Ă©croulĂ©e en visitant l’arĂšne d’Albacete, pourtant il n’y avait pas de taureau dedans…

La derniĂšre avant-derniĂšre fois (et une autre fois mĂ©morable Ă©galement) c’Ă©tait au cinĂ©ma, il y a bien 20 ans, avec mon frĂšre et ma belle sƓur. Apparemment ce n’Ă©tait pas joli Ă  voir entre convulsions, vomissement et autre joyeusetĂ©. Je ne sais pas du tout ce qui s’est passĂ©. Je me suis juste sentie mal quand le film a commencĂ©, puis me suis retrouvĂ©e sur le port dans bras de Mi Hermano El Vaquero. Ils avaient l’air d’avoir vu un truc pas joli. Je ne sais pas. Depuis j’ai cette apprĂ©hension terrible, cette angoisse quand je rentre dans un cinĂ©, je la combats. je veux aller voir des films!!! Mais je sais que je dois en Ă©viter certains. Je dois ĂȘtre sĂ»re que le film ne me mettra pas mal Ă  l’aise par des effets spĂ©ciaux trop violents ou rĂ©alistes, une musique trop inquiĂ©tante, un sujet trop glauque. Etc. Comme je ne suis plus une petite fille pendant longtemps j’ai quittĂ© les salles de cinĂ© quand je sentais que ça allait pas ĂȘtre possible… Je prĂ©venais avant que ça pouvais arriver, pour n’inquiĂ©ter personne. Maintenant je vais rarement au cinĂ©. Je choisis avec soin mes films… Je prĂ©fĂšre regarder souvent le film en dvd, dans mon canapĂ©, chez moi, lĂ  oĂč il y a des fenĂȘtres et pas de monde de tous les cĂŽtĂ©s, des couloirs, longs sombres, parfois en sous sol, des labyrinthes moquettĂ©s sans fenĂȘtres, oppressants, oppressants. Chez moi si ça me plait pas j’éteins, mais de toutes façons chez soi on est pas Ă  l’intĂ©rieur d’une espĂšce de cave toute fermĂ©e dont on ne connait pas la sortie…

mort

Je me rappelle juste que la veine sur son front me rendait malade. J’ai pas eu le temps de voir le film, et c’est tant mieux. Enfin, pas pour tout le monde… Je crois que les spectateurs on eu la trouille pour de bon, eux!

Jusqu’aux annĂ©es 90 je n’avais aucun problĂšme avec les cinĂ©ma! Vraiment aucun! J’adorais aller au cinoche.  J’ai commencĂ© Ă  rechignĂ© Ă  y aller aprĂšs la premiĂšre crise de tĂ©tanie, ou de spasmophilie ou je ne sais quoi. J’habitais en Irlande. C’Ă©tait compliquĂ© d’avoir un diagnostique… Et puis j’Ă©tais dans ma pĂ©riode « je porte un chapelet en collier » : Ă  l’hĂŽpital j’ai eu l’impression qu’ils me prenaient pour un suppĂŽt de satan 😩 Vous pensez : une française avec un chapelet en collier!!! DĂ©jĂ  que tout le monde me parlait des fameux « mĂ©nages Ă  trois » français et des cocottes qu’entretenaient tous les hommes mariĂ©s en France… C’Ă©tait pas le moment d’attendre la moindre attention ou sympathie d’un mĂ©decin Ă  qui j’avais rĂ©pondu que je prenais la pilule quand il m’avait demandĂ© si je suivais un quelconque traitement… En Irlande en 1992 il faut dĂ©jĂ  s’estimer heureuse d’avoir Ă©tĂ© mise dans une ambulance alors qu’on est française, sous pilule et en plein blasphĂšme (le chapelet). On nous a foutu dehors. Ou alors on s’est Ă©chappĂ© en criant au secours… On aurait pu. Mais on nous a quand mĂȘme un peu foutu dehors.

docteur-housMalheureusement je n’ai jamais rencontrĂ© House.

La semaine qui a suivi j’ai Ă©tĂ© voir un toubib. Mais c’est une histoire un peu particuliĂšre et ça mĂ©rite un autre post.

La dessus, chers amis, si vous hyper-ventilez, ayez une poche (« sac » pour les pisses froid) en papier toute prĂȘte dans votre poche (de vĂȘtement) pour pouvoir respirer dedans et Ă©viter « la crise »…

Prenez soin de vous et mangez du chocolat plutĂŽt que de boire de la gnole… Allez, adishatz.

Mon truc en bois

Depuis des annĂ©es Dr CaSo organise chez elle les « Photos de trucs »… Je n’y participe pas toujours mais souvent, je ne fais pas toujours un post chez moi pour faire le lien… Et je ne mets pas toujours la petite image rose du photo de truc, parce que c’est un gif et que ça me fait perdre patience de batailler pour l’insĂ©rer dans mon post….

La photo de truc de ce mois de mars a pour sujet  « Un truc en bois ». Au dĂ©but j’ai pensĂ© que j’allais juste proposer une photo de ma table de jardin en bois avec le chat dessus…

110_6104Dimanche matin Ă  l’heure oĂč les cloches de PĂąques sonnent. Le soleil Ă©tait au rendez-vous. (La mouillasse aussi, la « pelouse » Ă©tait un vrai marĂ©cage.)

Ou alors la petite barquette en bois dans laquelle El Hijito ramasse ses Ɠufs depuis des annĂ©es …  C’est pas toujours exactement la mĂȘme barquette et c’est plus exactement le mĂȘme gamin…

110_6110

El Hijito va avoir 10 ans dans pas tout Ă  fait 2 mois. Il ne croit plus que les Ɠufs en chocolat tombent du ciel, mais il est toujours ok pour aller les ramasser…

Alors j’ai pensĂ© Ă  un truc en bois trĂšs chouette qui n’existe dĂ©jĂ  plus : une sorte de pont d’Avignon Ă©phĂ©mĂšre, en 2009-2010 Ă  Bordeaux. Je dis « pont d’Avignon » parce qu’il ne traversait pas le fleuve, il Ă©tait comme cassĂ©, ou « inachevĂ© »….

VoilĂ  ma photo :

P1080167

Ce pont ou passerelle avait Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour le festival  Evento en 2009, son nom officiel est Foot Path et c’est une rĂ©alisation de l’artiste Japonais Tadashi Kawamata.

Vous pouvez voir beaucoup de photos et d’explication sur ce lien.

Sur ce mes chers amis, oĂč que vous soyez, prenez soin de vous et de vos proches. Je vous claque la bise et vous souhaite une bonne semaine!