Cachez ce sang que je ne saurais voir!

Tout le monde a-t-il des phobies?

Je sais que certaines personnes ont la phobie des pigeons, c’est un truc très sérieux. Rien à voir avec « je n’aime pas ces bêtes la! ». Il y a « ne pas aimer un truc » et vraiment ne pas le supporter du tout… Les phobies ça peut provoquer des réactions un peu gênantes… Hyperventilation, crises d’angoisse, etc.

logo_index3Les pigeons sont source de vraies angoisses, il paraît, pour les ornithophobes…

Personnellement je suis plutôt claustrophobe et vampirophobe…  Je dis « plutôt » car je peux prendre un ascenseur si il est un peu grand, mais je peux pas prendre un vieil ascenseur  si il très très petit et surtout fermé et (avec un vampire dedans). Si c’est un ascenseur vieille mode avec des grilles, cela ne me pause strictement aucun problème : je peux respirer… Le problème c’est le truc fermé, sans vue sur l’extérieur. Ça dépend des périodes de ma vie, de comment je vais, ça peut être plus ou moins fort. Mais en réservant un restau il peut m’arriver de demander si il y a des fenêtres dans la salle. Parce que si il n’y a pas de fenêtres cela va tellement m’oppresser que je ne vais pas pouvoir manger. Il m’est arriver de quitter un restau sans rien avoir pu avaler… Quelle idée aussi de faire un restau dans une cave !

cinema

De manière générale j’ai une appréhension assez forte quand je vais au cinéma… J’ai la gorge qui se serre, je dois me forcer à respirer lentement, me persuader que rien ne va m’arriver, que je vais pouvoir sortir rapidement si je sens que je vais me sentir mal… J’appréhende les bandes-annonces au son beaucoup trop fort, aux images très violentes pour moi. Je sais que « ce n’est rien » qu’il ne va rien m’arriver, mais je suis très oppressée, il faut que ça finisse rapidement. Quand le film commence il me faut  bien un quart d’heure pour que je me persuade que j’ai choisi un film qui en aucun cas ne va m’agresser, que tout va bien se passer et je finis par me détendre. Mais je suis toujours au bout d’une rangée. Je ne pourrais vraiment pas être au milieu d’une rangée, avec l’impossibilité de sortir si je venais à ne plus pouvoir respirer… Même si c’est une comédie. Il me faut bien 15 minutes, ou plus, avant de me détendre.

C’est ridicule n’est-ce pas?  C’est difficile à comprendre je suppose quand on ne souffre pas de ce genre de « troubles ». Ce qui est à la source de mon problème c’est plutôt ça :

vampire1

J’ai évidemment trouvé des photos plus stressantes que celle-ci, mais j’avais pas envie de les mettre sur mon blog, que je suis tout de même amenée à regarder…

Il y a un truc en moi qui dit stop quand je ne supporte pas quelque chose : et je m’évanouis (enfin c’est ce que je crois). C’est une expérience assez perturbante, désagréable. Quand j’étais gamine à l’école primaire cela m’est arrivé deux fois. Ça avait fait à chaque fois tout un ramdam, parce qu’on arrivait pas à me réanimer assez vite. Les instits étaient en panique, ça avait fait plein d’histoires. Je m’en rappelle comme si c’était hier ou presque. Le pourquoi du « Je déconnecte, je tombe dans les pommes », les bruits, le noir, la panique autour de moi allongée, inerte, comme morte…

Avec les années j’ai appris à reconnaître les signes avant coureurs, à dire « je vais tomber dans les pommes » avant de le faire… A m’asseoir, à m’asperger le visage d’eau fraiche, à boire, manger du sucre, calmer ma respiration, me mettre à l’ombre…

danslespommesEt voilà, quand on tombe dans les pommes c’est bien de ne faire qu’une cinquantaine de  kilos… Comme moi à l’époque…

Mais je suis quand même tomber dans les pommes assez souvent.   C’est pas glop pour soi et puis ça fait très peur aux autres. Parfois on a très très peur en se réveillant, on a été comme dans une rêve et on se retrouve allongée dans la rue avec des inconnus aux visages paniqués et paniquants au-dessus de vous… L’ambulance, les urgences, les questions… On s’aperçoit qu’on est pas seulement « tombée dans les pommes », qu’on a fait très peur à tout le monde, on parle de tétanie.

Je me rappelle ma corres’ espagnole quand j’étais en seconde qui avait les poches pleine de morceaux de sucre, prête à m’en faire ingurgité un, le chocolat plein de miel que me préparait sa mère le matin pour pas que ça recommence!

estocade

Je me suis écroulée en visitant l’arène d’Albacete, pourtant il n’y avait pas de taureau dedans…

La dernière avant-dernière fois (et une autre fois mémorable également) c’était au cinéma, il y a bien 20 ans, avec mon frère et ma belle sœur. Apparemment ce n’était pas joli à voir entre convulsions, vomissement et autre joyeuseté. Je ne sais pas du tout ce qui s’est passé. Je me suis juste sentie mal quand le film a commencé, puis me suis retrouvée sur le port dans bras de Mi Hermano El Vaquero. Ils avaient l’air d’avoir vu un truc pas joli. Je ne sais pas. Depuis j’ai cette appréhension terrible, cette angoisse quand je rentre dans un ciné, je la combats. je veux aller voir des films!!! Mais je sais que je dois en éviter certains. Je dois être sûre que le film ne me mettra pas mal à l’aise par des effets spéciaux trop violents ou réalistes, une musique trop inquiétante, un sujet trop glauque. Etc. Comme je ne suis plus une petite fille pendant longtemps j’ai quitté les salles de ciné quand je sentais que ça allait pas être possible… Je prévenais avant que ça pouvais arriver, pour n’inquiéter personne. Maintenant je vais rarement au ciné. Je choisis avec soin mes films… Je préfère regarder souvent le film en dvd, dans mon canapé, chez moi, là où il y a des fenêtres et pas de monde de tous les côtés, des couloirs, longs sombres, parfois en sous sol, des labyrinthes moquettés sans fenêtres, oppressants, oppressants. Chez moi si ça me plait pas j’éteins, mais de toutes façons chez soi on est pas à l’intérieur d’une espèce de cave toute fermée dont on ne connait pas la sortie…

mort

Je me rappelle juste que la veine sur son front me rendait malade. J’ai pas eu le temps de voir le film, et c’est tant mieux. Enfin, pas pour tout le monde… Je crois que les spectateurs on eu la trouille pour de bon, eux!

Jusqu’aux années 90 je n’avais aucun problème avec les cinéma! Vraiment aucun! J’adorais aller au cinoche.  J’ai commencé à rechigné à y aller après la première crise de tétanie, ou de spasmophilie ou je ne sais quoi. J’habitais en Irlande. C’était compliqué d’avoir un diagnostique… Et puis j’étais dans ma période « je porte un chapelet en collier » : à l’hôpital j’ai eu l’impression qu’ils me prenaient pour un suppôt de satan 😦 Vous pensez : une française avec un chapelet en collier!!! Déjà que tout le monde me parlait des fameux « ménages à trois » français et des cocottes qu’entretenaient tous les hommes mariés en France… C’était pas le moment d’attendre la moindre attention ou sympathie d’un médecin à qui j’avais répondu que je prenais la pilule quand il m’avait demandé si je suivais un quelconque traitement… En Irlande en 1992 il faut déjà s’estimer heureuse d’avoir été mise dans une ambulance alors qu’on est française, sous pilule et en plein blasphème (le chapelet). On nous a foutu dehors. Ou alors on s’est échappé en criant au secours… On aurait pu. Mais on nous a quand même un peu foutu dehors.

docteur-housMalheureusement je n’ai jamais rencontré House.

La semaine qui a suivi j’ai été voir un toubib. Mais c’est une histoire un peu particulière et ça mérite un autre post.

La dessus, chers amis, si vous hyper-ventilez, ayez une poche (« sac » pour les pisses froid) en papier toute prête dans votre poche (de vêtement) pour pouvoir respirer dedans et éviter « la crise »…

Prenez soin de vous et mangez du chocolat plutôt que de boire de la gnole… Allez, adishatz.

19 commentaires sur « Cachez ce sang que je ne saurais voir! »

  1. J’ai pas d’hyper ventilateur dans mon for intérieur 😉 mais j’ai également horreur du sang, et n’assisterais pas à une corrida ni n’irais voir des histoires de vampires….Je n’aime les pigeons que dans mon assiette mais pas de phobie quand j’en croise un emplumé sur ma route….Chocolat ou gnôle ? Ma foi les cherry rocher c’est pas dégeu !
    Bizzzzz
    JMB

  2. Je ne suis pas phobique mais je vis avec un phobique de l’ avion : c’ est économique pour les voyages, tu visites la Creuse au lieu de la Patagonie …On a eu quelques années une voisine phobique des chats : une vraie catastrophe , elle venait me chercher si y avait un chat sur sa terrasse, dans son jardin, devant sa porte ! Et toutes les maisons autour d’ elle avaient des chats ……..
    J’ aime pas le sang mais au cinoche, j’ enlève mes lunettes: c’ est pratique !
    Je ne suis tombée dans les pommes que 3 ou 4 fois, j’ aime pas trop ! La dernière fois, à l’ hosto, t’ es toute seule avec l’ infirmière dans ta chambre et quand t’ émerges, t’ en as 7 ou 8 (mâles et femelles) au-dessus de toi qui tirent une gueule pas possible !!! T’ as l’ impression d’ avoir « loupé » quèque chose !!!

  3. Ah ben pour les pigeons c’est moi! J’en ai vraiment peur, je sais c’est con et encore ça s’arrange un peu avec l’âge (du genre maintenant je peux passer à environ un mètre d’un pigeon si je suis certaine qu’il ne pas s’envoler, chose totalement impossible quand j’étais enfant) mais je ne peux pas m’asseoir sur un banc s’il y a des pigeons qui rodent autours. Quant à déjeuner en terrasse sur une place pleine de pigeons pas la peine d’y penser, on reviendra pour le diner quand le soleil et ces sales bêtes seront couchés. Venise c’est foutu ou alors il faudrait que j’y aille en pleines inondations (c’est d’ailleurs sous une pluie battante, diluvienne, que j’ai pour la première fois apprécié la place St Pierre à Rome: y avait pas un chat ni un pigeon ni même un touriste, seulement moi et mon parapluie en gros 🙂 )
    Et je ne te raconte même pas les cris que je peux pousser si il y un pigeon qui vole un peu trop bas ou un peu trop près…
    Et d’une manière plus générale j’ai peur de tout les oiseaux d’une taille supérieure à un moineau (et encore il ne faudrait surtout pas que le moineau rentre dans la maison…)
    Mais comme personne n’est parfait ;D je n’ai absolument pas peur des ascenseurs, des vampires, ni des insectes ou des araignées…

  4. Je n’hyperventile pas mais il m’est déjà arrivé des trucs assez désagréables aussi. Quand j’étais petite j’étais dans une école catho et tous les vendredis matin on allait à la messe et moi tous les vendredis matin je tombais malade à la messe, alors t’imagines ma panique le jeudi soir en sachant qu’on allait à la messe le lendemain, j’avais beau dire aux bonnes soeurs que j’étais malade, elles me répondaient que je jouais la comédie, pourtant j’étais vraiment pas bien, j’avais des sueurs froides et j’avais l’impression que j’allais tomber dans les pommes, mais je n’osais pas me plaindre puisque qu’on disait que « je jouais la comédie » même ma mère ne me croyait pas, quel calvaire ces années bonnes soeurs. Mais à l’époque on n’écoutait pas les enfants, dommage …

  5. @JMB : J’aime pas les corridas non plus bien qu’étant hispanomaniaque 😉
    Hé hé, la plus part des gens n’aime pas les mon chéri, moi j’aime bien aussi! 🙂

    @Pierrot : au moins ça vous fait des économies et ça réduit fortement votre emprunte carbone! 🙂 Donc c’est cool..
    Le réveil des pommes est assez flippant en général oui ! 🙂

    @E : je crois que tu en avais déjà parlé chez toi de ta phobie des oiseaux, non? Ou je me trompe. En tous cas c’est pas bien pratique! Finalement je me sens assez chanceuse avec ma phobie des cinémas et des vampires que l’ont peut normalement éviter dans la vie quotidienne contrairement aux pigeons et autres tourterelles… 😉

    @themrsmop : quel drôle de pseudo! T’as t’on déjà vu par ici…? La phobie de la chapelle, je peux comprendre ça… La chapelle de mon école était assez sombre et humide avec de la mousse verte sur les murs… Pas très chaleureux comme lieu.

  6. Les oiseaux me mettent mal à l’aise (merci Hitchcock) et les pigeons me répugnent, je ferme les yeux devant certaines scènes de violence ou lorsque qu’un instrument (aiguille, rasoir…) s’apprête à entrer en contact avec de la peau mais… j’ai la chance de ne souffrir d’aucune phobie.
    En revanche et cela va certainement te paraître surprenant mais au cours de ma vie, j’aurais parfois aimé être capable de m’évanouir.
    Je ne sais pourquoi mais j’assimile l’évanouissement à un instinct de préservation qui fait que le cerveau à un moment décide de se déconnecter pour ne pas avoir à gérer une situation ou des sensations trop douloureuses pour le mental ou le corps et il m’est arrivé de penser que de ce côté là, mon cerveau surestimait mes capacités d’endurance !

    1. Ah oui je comprends que tu aimerais pouvoir te préserver en t’évanouissant…
      Cependant il faut savoir que quand on s’évanouit, ce n’ est pas « doux ». On en arrive pas là quand tout va très bien par ailleurs. Je vais parler juste de mon expérience personnel :
      En ce qui me concerne en tous cas c’est un gros choc émotionnel, une énorme agression psychologique, une perte de contrôle totale. Ce n’est pas « rideau je ne réponds plus », C’est plutôt « Oh my god je me noie, je meurs, au secours! ». Le réveil est souvent très choquant : Si tu t’es évanouie dans un foule par exemple ou dans une boite de nuit. Tu as l’impression de te réveiller d’un cauchemar (tu crois que tu dormais chez toi) et qu’il continue… Plusieurs fois j’ai été paniquée en me réveillant d’un évanouissement (enfin je ne sais pas si on peux appeler ça évanouissement, ou crise de je ne sais quoi…)
      Si tu t’évanouis alors qu’on te fait une prise de sang (et que tu es assise) en revanche ce n’est ni choquant ni traumatisant. Tu perds juste conscience pendant quelques minutes et c’est juste désagréable….
      Je n’ai jamais eu « peur » en m’évanouissant dans un lieu tranquille où je disais « je me sens pas bien, je crois que je vais tomber dans les pommes »… Mais pour moi la sensation est vraiment flippante 😦
      Maintenant j’évite toute situation qui pourrait me mettre dans cet état, je pressens ce qui ne me conviens pas. Parfois ce n’est compréhensible pour les gens… Ils auraient besoin de me voir « tomber » pour comprendre…. Mais moi : non merci, si je sens que je vais me mettre dans une situation comme ça je fais « refus d’obstacle ». J’ai assez donné. Ca suffit.

  7. C’est toujours surprenant ces réactions même quand on est au courant. Ainsi une fois alors que nous étions dans un parking souterrain en quête d’une place où nous garer, une cousine a brusquement ouvert sa portière, a sauté de la voiture pour courir dehors, par la rampe d’accès réservée aux automobiles, sans penser aux dangers.

    Une autre fois, la femme que j’aimais alors et moi étions dans un magasin, nous sommes arrivés dans un espace réservé à la lingerie « affriolante », elle m’a vite entraîné dehors, elle a tenté de plaisanter mais ça sonnait faux… Je l’ai trouvée étrange mais je n’ai pas cherché à en savoir pluss sur le moment. Ensuite, j’ai pu recouper ce moment avec d’autres, avec de ses vagues confessions, et il me semble que sa réaction était due au type qu’elle avait connu avant moi qui l’avait traumatisée.

    1. Au début de l’histoire avec cette charmante, je croyais qu’elle était la personne la pluss équilibrée, la pluss légère, que j’avais connue.

  8. Quand j’étais jeune j’avais peur de monter les escaliers à claire voie mais j’ai réussi à me « soigner. » Ensuite, j’ai eu peur de passer sur des ponts à claire voie mais là aussi j’ai réussi à dépasser cette peur. Je ne suis toujours pas confortable sur ces ponts, mais je dis « f’ck » un certain nombre de fois et ça passe 😉 A part ça, je crois que je n’ai peur de rien, surtout pas du sang et autres trucs gores, je trouve ça même plutôt intéressant et intriguant.

  9. Ma mère et ma sœur sont toutes deux sujettes à l’évanouissement : la première lorsqu’on lui fait une prise de sang, la seconde lorsqu’elle a des émotions trop fortes (je me souviens d’une fois où elle s’est évanouie en regardant un programme sur des enfants qui souffraient). Quant à moi, je ne me suis jamais évanouie et c’est tant mieux car je n’aimerais pas du tout cette sensation de perdre le contrôle.
    J’ai la phobie des ponts à claire-voie (pas pu traverser le pont de Manhattan) et des hauteurs de façon générale (je ne monterais pas à la Tour Eiffel, même si on me payait). Par contre, les prises de sang ne me font pas trop d’effet et j’ai même réussi (avec appréhension) à me faire des piqûres dans le ventre (mais ce n’était pas évident psychologiquement).

  10. J’ai une copine qui a la phobie des oiseaux, c’est incroyable l’effet que les volatiles lui font. Je me rappelle d’une envolée de pigeons qui l’a fait devenir hystérique. J’ai des craintes mais pas de phobies, je n’aime pas trop la foule et ai un peu peur du vide, mais j’arrive à gérer.

  11. Lolll en arrivant sur ton blog et en regardant la première phot j’ai pensé : a ben tient Mahie a eu la même idée que moi…!!
    Heu…en parcourant tes lignes…je réalise que non…
    Un sujet certainement intéressant a travailler en sopho 😉
    Pour ma part : j’adore Dexter 🙂

  12. je ne connais pas les phobies, ni les peurs que l’on ne peut pas contrôler… par contre depuis que j’ai lu il y a des années le pigeon de süskind je ne les regarde plus du tout pareil…..

  13. @Cristophe : c’est déjà pas mal qu’elle ait pris ses jambes à son cou pour sortir du parking 😉 Elle aurait pu faire une crise asthme ou tomber dans les pommes ou se mette à hurler 😉 les phobies c’est tellement incontrôlable!! 🙂
    La phobie des dessous chics, en voilà une pas banale…. Malheureusement l’explication de cette phobie n’était peut-être pas très glop 😦

    On peut être très équilibrée, légère et amusante Et être un peu givrée, y’a pas de mal à ça 😉

    @Dr K : Brrr les trucs gore… J’ai découvert une série la semaine dernière The body of proof, ça m’a bien plu mais vraiment les scènes d’autopsie sont trop réalistes pour moi, ça passe en ce moment même mais je ne le regarde pas ce soir. Pas envie de voir encore plein de cadavres découpés en lamelles 😦 Pourtant si il n’y avait pas autant de détails la série serait sympa, dommage….

    @jenny : le coup de la piqure dans le ventre j’aurais du mal… J’ai eu droit a une grosse aiguille dans le bide la deuxième fois ou j’étais enceinte et c’est un souvenir très flippant 😦
    Les prises de sang en elle même ne m’impressionne pas sauf quand on m’en prend vraiment beaucoup…
    Dommage pour la tour Eiffel !!!
    L’été dernier je suis monté en haut de la tout des 4 sergents à LR et je me suis soudain souvenu que j’étais sujette au vertige!!! OMG!

    @Zoé : Idem j’aime pas la foule, alors je l’évite. Surprenantes n’est-ce pas les réactions des phobiques!? lol

    @Fille Bavarde : Et oui, on ne parle pas tout à fait du même sujet 😉
    je ne connais pas Dexter. J’ai fait une recherche Gougeule et je crois que j’aimerais pas trop, il m’a l’air un peu sanguinolent ton type !!! 😉

    @Séia : Je n’ai pas lu ce bouquin, mais j’ai lu le Parfum, alors j’imagine que ça doit être un peu flippant… 😉

  14. Je crois qu’il existe des traitements pour ces maux. On a tous quelque chose qui ressemble à une phobie, à un niveau plus ou moins grave. En laissant aller les choses ces phobies peuvent empirer, nous empêcher de vivre. Voilà pourquoi il vaut mieux prendre le taureau par les cornes!

    Grand-Langue

  15. J’ai une sorte de phobie mais je me soigne et ça va mieux maintenant, c’est que je peux pas me montrer sans un minimum de maquillage.

  16. @GL : c’est vrai mais bon, on fait avec la plupart du temps… en vieillissant on connait les situations à éviter, les questions à poser avant de se rendre quelque part… La manière de tourner les questions pour être s’assurer que tout va aller comme ont veut. Ne pas dire en réservant « Votre restaurant a bien des fenêtres? » Mais « je voudrais une table à côté d’une fenêtre » Et si alors on vous dit qu’il n’y a pas de fenêtre… On réserve as 😉

    @Audrey : je ne crois pas qu’il s’agisse vraiment d’un phobie… Mais plus d’une manie, d’une habitude, d’une manière d’être. Moi non plus je ne sors pas sans un minimum de maquillage, mais je ne vais pas faire une crise de tétanie si je suis obliger de le faire…

    1. Il y a une différence entre :
      – ne pas sortir sans maquillage
      et
      – dans l’intimité repousser sèchement un intime parce qu’on n’est pas encore maquillée. (Cela n’arrive plus depuis longtemps.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s