Des doryphores et des bordelais

Je me demandais pourquoi les palois, qui sont un brin moqueurs et jamais en reste pour critiquer la capitale de leur rĂ©gion… (Niaf niaf. Ca leur fait trĂšs mal de penser que Bordeaux est la capitale de « leur » rĂ©gion et que c’est lĂ  oĂč il y a l’acadĂ©mie et tout ça…) Pourquoi donc, les palois appellent les bordelais des « doryphores »?

Pour moi ce n’est qu’un insecte! Mais pas pour les bĂ©arnais…

Je voyais pas trop ce que c’est… Alors j’ai cherchĂ©… VoilĂ , c’est ça :

449px-KartoffelkÀferlarven

Un mĂ©chant insecte, dont les larves bouffent les plants de patates.  A l’Ăąge adulte c’est plutĂŽt comme ça :

621px-Leptinotarsa_decemlineata_UGA1233183

Ça ne ressemblent pas Ă  des bordelais, dont la principale qualitĂ© ĂȘtre d’ĂȘtre trĂšs distinguĂ©.

Bien, alors donc quel est le rapport entre cet insecte nuisible et un bordelais… Ah voilĂ !  Je le tiens, ne cherchons plus : C’est un nuisible! Ah lala, ces campagnards, comme ils sont blagueurs!!

Plus sĂ©rieusement, ce petit insecte Ă  un rapport avec ma ville prĂ©fĂ©rĂ©e (aprĂšs La Rochelle) parce qu’il a envahi l’Europe depuis Bordeaux 😩

400px-Doryphore_-_expansion_en_Europe.svg

L’invasion des doryphores se produisit en France Ă  partir de  Bordeaux en 1922, date Ă  laquelle il  fut dĂ©couvert , mais l’insecte Ă©tait dĂ©jĂ  bien installĂ© dans une zone de 250 km2. Le foyer originel serait nĂ© en 21, dans un entrepĂŽt de transit de pommes de terre!!!   L’origine de l’infestation fut probablement liĂ©e aux livraisons Ă  l’armĂ©e amĂ©ricaine (Rah!)  en 1918-1919… (C’est donc plutĂŽt les ricains qu’on devrait affubler du surnom de doryphore!! )  À partir de lĂ , l’insecte nuisible se propagea rapidement en France, progressant en moyenne de 50 km par an, envahissant tout l’Europe « historique » en une vingtaine d’annĂ©e…

Consternation.

Il est intĂ©ressant de relever que pendant la Seconde Guerre mondiale, dans la France occupĂ©e, les soldats allemands Ă©taient surnommĂ©s les « doryphores » en raison de leur nombre. Amalgame entre le nombre de l’occupant et le fait aussi qu’on est pas grand chose Ă  manger Ă  cause d’eux! Les enfants dans certaines rĂ©gions Ă©taient rĂ©quisitionnĂ©s pour ramasser (et exterminer) les doryphores… Aussi Ă©tait-il ambiguĂ« de les entendre scander : « Mort aux doryphores! » (C’Ă©tait pour la petite anecdote).

george_clooney_et_brad_pitt_reference

Deux jeunes quinquas bordelais photographiĂ©s devant un restau lors de mon dernier passage Ă  Bx qui incarnent je crois assez bien la fameuse distinction bordelaise (et ne ressemblent pas Ă  des larves)…

Wiki nous dit  » En France, dans le milieu rural de certaines rĂ©gions, « doryphore » est l’appellation peu amicale pour dĂ©signer les citadins qui se dĂ©placent pour tirer profit de l’environnement cultivĂ© par des actes jugĂ©s avides et peu scrupuleux (glanage, vols dans les cultures fruitiĂšres, etc.) mais aussi pour profiter de l’environnement naturel (cueillette, chasse, pĂȘche, etc.) ou spĂ©culer sur l’immobilier. Ce sentiment est d’autant plus exacerbĂ© si l’Ă©conomie de la rĂ©gion est Ă  dominance rurale, largement basĂ©e sur l’agriculture et les ressources naturelles en gĂ©nĂ©ral »

Donc il n’y a peut-ĂȘtre pas que les palois Ă  appeler « doryphore » les habitants de leur capitale rĂ©gionale? Vous avez dĂ©jĂ  entendu ça par chez vous?

Sur ces bonnes paroles, portez-vous bien et ne perdez pas patience : le printemps finira bien par arriver!