Des doryphores et des bordelais

Je me demandais pourquoi les palois, qui sont un brin moqueurs et jamais en reste pour critiquer la capitale de leur région… (Niaf niaf. Ca leur fait très mal de penser que Bordeaux est la capitale de « leur » région et que c’est là où il y a l’académie et tout ça…) Pourquoi donc, les palois appellent les bordelais des « doryphores »?

Pour moi ce n’est qu’un insecte! Mais pas pour les béarnais…

Je voyais pas trop ce que c’est… Alors j’ai cherché… Voilà, c’est ça :

449px-Kartoffelkäferlarven

Un méchant insecte, dont les larves bouffent les plants de patates.  A l’âge adulte c’est plutôt comme ça :

621px-Leptinotarsa_decemlineata_UGA1233183

Ça ne ressemblent pas à des bordelais, dont la principale qualité être d’être très distingué.

Bien, alors donc quel est le rapport entre cet insecte nuisible et un bordelais… Ah voilà!  Je le tiens, ne cherchons plus : C’est un nuisible! Ah lala, ces campagnards, comme ils sont blagueurs!!

Plus sérieusement, ce petit insecte à un rapport avec ma ville préférée (après La Rochelle) parce qu’il a envahi l’Europe depuis Bordeaux 😦

400px-Doryphore_-_expansion_en_Europe.svg

L’invasion des doryphores se produisit en France à partir de  Bordeaux en 1922, date à laquelle il  fut découvert , mais l’insecte était déjà bien installé dans une zone de 250 km2. Le foyer originel serait né en 21, dans un entrepôt de transit de pommes de terre!!!   L’origine de l’infestation fut probablement liée aux livraisons à l’armée américaine (Rah!)  en 1918-1919… (C’est donc plutôt les ricains qu’on devrait affubler du surnom de doryphore!! )  À partir de là, l’insecte nuisible se propagea rapidement en France, progressant en moyenne de 50 km par an, envahissant tout l’Europe « historique » en une vingtaine d’année…

Consternation.

Il est intéressant de relever que pendant la Seconde Guerre mondiale, dans la France occupée, les soldats allemands étaient surnommés les « doryphores » en raison de leur nombre. Amalgame entre le nombre de l’occupant et le fait aussi qu’on est pas grand chose à manger à cause d’eux! Les enfants dans certaines régions étaient réquisitionnés pour ramasser (et exterminer) les doryphores… Aussi était-il ambiguë de les entendre scander : « Mort aux doryphores! » (C’était pour la petite anecdote).

george_clooney_et_brad_pitt_reference

Deux jeunes quinquas bordelais photographiés devant un restau lors de mon dernier passage à Bx qui incarnent je crois assez bien la fameuse distinction bordelaise (et ne ressemblent pas à des larves)…

Wiki nous dit  » En France, dans le milieu rural de certaines régions, « doryphore » est l’appellation peu amicale pour désigner les citadins qui se déplacent pour tirer profit de l’environnement cultivé par des actes jugés avides et peu scrupuleux (glanage, vols dans les cultures fruitières, etc.) mais aussi pour profiter de l’environnement naturel (cueillette, chasse, pêche, etc.) ou spéculer sur l’immobilier. Ce sentiment est d’autant plus exacerbé si l’économie de la région est à dominance rurale, largement basée sur l’agriculture et les ressources naturelles en général »

Donc il n’y a peut-être pas que les palois à appeler « doryphore » les habitants de leur capitale régionale? Vous avez déjà entendu ça par chez vous?

Sur ces bonnes paroles, portez-vous bien et ne perdez pas patience : le printemps finira bien par arriver!