La prune des Portes (suite et fin)

La journĂ©e avait commencĂ© sous les meilleurs auspices comme ont dit dans les romans du XIX ième siècle et sans vouloir me la pĂ©ter, grave, en utilisant des mots que l’on peut qualifier de « peu usitĂ©s »…

carte-ile_de_re

Nous avions pris la route pour RĂ© au matin, pas aussi tĂ´t qu’on aurait pu, mais bien assez tĂ´t pour un jour de vacances… L’annĂ©e dernière nous n’avions pas montĂ© les marches du phare des Baleines (par pitiĂ© arrĂŞtĂ© de dire « phare de la Baleine » qui est juste le nom d’un magasin de fringues) parce que nous nous Ă©tions rĂ©veillĂ© un peu tard et que le temps d’arriver au bout de l’Ă®le hĂ© bien… y’avait trop de monde et on avait promis Ă  Titi qu’on irait « l’annĂ©e prochaine » en se levant tĂ´t. Ainsi fut donc fait : nous nous   levâmes « tĂ´t » afin d’ĂŞtre au pied du phare sur le coup de 11h…  Ce qui Ă©tait tout de mĂŞme une gageure (clic lĂ  si tu te sens perdu) connaissant mes talents de copiloteLes talents de pilote del Marido, la signalisation des routes! Moui, il faut bien l’avouer. Donc de chez Mi Hermano au Phare : 46 kilomètres, il faut compter  un peu moins d’une heure, on a mis une heure, c’Ă©tait pas mal puisqu’on a roulĂ© un bon bout de l’Ă®le derrière un tracteur : ce que j’ai trouvĂ© sympathique : il y a donc encore des tracteurs sur l’Ă®le, pas seulement des voitures immatriculĂ©es 75, 78 , 91 et 92, c’est heureux et un vĂ©ritable soulagement. Bref. (Pas mal aussi vu que presque arrivĂ© au pont on a fait demi tour Ă  cause des panneaux routiers qui sont stupides…) Bref.

P1100137

Nous sommes montĂ© dans le phare, El Hijito a frisĂ© la panique en faisant une bonne petite crise de vertige (il n’est pas sorti en haut du phare après avoir montĂ© toutes ces marches) de la haut la vue est juste Ă©poustouflante et j’ai seulement envie d’y retourner un jour oĂą il y aura moins de monde. peut-ĂŞtre après la fin du monde? Parce que lĂ , comme c’est barrĂ©, on est pas près de voir moins de monde dans l’Ă®le.

Après cela nous sommes allĂ©s nous installer sous un arbre Ă  l’ombre Ă©paisse, gĂ©nĂ©reuse et accueillante oĂą se trouvait très opportunĂ©ment placĂ©e une table par les services communaux de Saint-ClĂ©ment des Baleines, nous pique-niquâmes donc fort Ă  nos aises en cet endroit.

Il n’Ă©tait encore que 14h quand nous eĂ»mes fini et il Ă©tait  bien trop tĂ´t pour aller Ă  la plage. Quand on a une peau de rousse et qu’on Ă©coute les recommandations du ministère pour ne pas entamer achever son « capital soleil », on ne va pas Ă  la plage avant 4h… Mon inspiration fĂ»t donc de copiloter mon Ă©poux vers les Portes en RĂ©, haut lieu de souvenirs familiaux puisque mes parents y louèrent une maison, impasse du Paradis pendant plusieurs mois en 68 quand notre maison de LR Ă©tait en cours de surĂ©lĂ©vation… Et puis aussi l’annĂ©e d’avant ou d’après, jene sais plus et cela n’a pas beaucoup d’importance puisque je ne m’en souviens que de manière morcelĂ©e dira-t-on.

P1100164Trop de vĂ©los, tue le vĂ©lo. Et je dĂ©conne pas. Trop c’est beaucoup.

Nous trouvâmes facilement le parking Ă  l’entrĂ©e du village, nous trouvâmes facilement une place pile-poile sous un gros arbre, nous apprĂ©ciâmes (non lĂ  faut pas exagĂ©rer) de voir lĂ  une voiture de police stationnĂ©e. Je me rappelle avoir pensĂ© l’espace d’un dixième de seconde que cette voiture de police ne faisait pas très « vacances j’oublie tout » et que les estivants des Portes Ă©taient vraiment VIP pour avoir droit Ă  une gare rapprochĂ©e comme ça… Et puis nous sommes parti par la grand rue, insouciant et heureux curieux de revoir pour moi (je l’ai revu très souvent depuis 68 heureusement!) et dĂ©couvrir pour mon boys-band la petite place des Portes…

Le premier effet kiss-cool est que le village est superbement conservĂ© et que c’est chouette qu’il n’ait pas Ă©tĂ© massacrĂ©. Le deuxième effet kiss-cool est qu’il est peut-ĂŞtre un chouilla trop prĂ©servĂ© et que peut-ĂŞtre il y règne trop de « bon goĂ»t » et pas assez de naturel… En mĂŞme temps on ne peut as dire qu’il ait Ă©tĂ© prĂ©servĂ© puisqu’il a probablement quadruplĂ© de volume… En mĂŞme temps il n’est pas prĂ©servĂ© puisqu’il n y’a plus que des boutiques « ravissantes » et que seul le bar-tabac est un commerce « normal ». on est très loin d’un village de pĂŞcheurs (a des annĂ©es lumières en fait).

P1100161Maison typique

Ce qui est le plus frappant c’est Ă  quel point les Portes sont devenus encore plus chic que chic et encore plus snob que snob… Les dernières fois que j’y ai sĂ©journĂ© c’Ă©tait entre 84 et  87.  En 25/30 ans on peut dire que ça a changĂ©, La maison de la grand-mère de ma copine Estelle  Ă©tait toujours ouverte pour nous en son absence, on s’y rĂ©fugiait souvent… Juste comme des rochelaises qui vont Ă  la campagne. Pas comme des parisiennes qui vont au mĂŞme endroit qu’un ancien premier ministre… On y allait aux vacances scolaires, en Ă©tĂ©, en hiver, en automne et devinez quoi : au printemps aussi… Par petites bandes de 4 ou 5…

Alors on a fait un tour, regardĂ© les belles maisons, les roses trĂ©mières… On a pris un cafĂ© dans le bar historique des Portes qui est devenu un truc très snob et très cher… « Alors je lui ai dit poulette maintenant tu me gonfles, tu vas pas mĂ©goter sur ton forait Ă  40 euros quand tu gagnes 30 000 euros par mois! Faut s’calmer! » J’Ă©tais bien d’accord avec la dame qui racontait ça Ă  son tcheum en dĂ©cortiquant ses langoustines… Y’a un moment faut arrĂŞter de mĂ©goter!!

P1100177La Conche (au fond le phare des Baleines)

En buvant notre cafĂ© (mauvais mais excessivement…cher) on a regardĂ© pour passer le temps jusqu’Ă  16h la petite revue immobilière locale. J’adore faire ça, lire le descriptif Ă  mes hommes puis annoncer triomphalement 2 millions d’euros! Cinq millions 7!!! c’est drĂ´le… On s’amuse… On s’est re-baladĂ©, on a repris un autre cafĂ© lĂ©gèrement moins cher mais tout aussi mauvais chez le concurrent et on est retourner jusqu’à la bagnole car il Ă©tait temps d’aller Ă  la Conche (la seule plage Ă  vagues de l’Ă®le car elle est face Ă  l’ocĂ©an, elle).

Lentement en grappillant des graines de roses trĂ©mières Ă  droite et Ă  gauche nous nous sommes approchĂ©s de la voiture et lĂ … El Marido a dĂ©couvert le prix de notre escale aux Portes : une jolie prune verte de 17 euros. Bah, c’est pas si cher 17 euros. y’a pas de quoi en faire un flan… Mais en fait cette prune me marque  tout d’abord parce que c’est la preuve que les Portes ne sont plus et de loin le Paradis de mon enfance et de ma jeunesse et ensuite parce que les flics Ă©taient prĂ©sent quand nous nous sommes garĂ©s et qu’ils ne nous ont pas averti du stationnement payant alors qu’ils nous on vu passer outre… Ce que je trouve assez mesquin de leur part puisque nous Ă©tions complètement dans l’innocence d’une belle journĂ©e d’Ă©tĂ©, suffisamment insouciants pour ne pas imaginer que les Portes ressemblent Ă  n’importe quel centre ville oĂą il faut mettre des sous pour se garer… Cette prune verte, c’Ă©tait un peu comme la cerise sur le pompon qui dit « Pas la peine de revenir » Les Portes sont plus belles dans ma mĂ©moire… Mieux vaut se rabattre sur des villages moins cĂ´tĂ©s (ça existe encore dans l’Ă®le) mais plus « authentiques » finalement…

VoilĂ  c’Ă©tait l’histoire de la prune. Vous voyez « rien de l’autre monde » comme disent les espagnols (« nada del otro mundo » en rĂ©fĂ©rence aux AmĂ©riques je suppose)… Une simple amende.

Mon sentiment de sidĂ©ration est accru par le fait, bien sĂ»r, que c’est la première que je me prends de toute ma vie… Je ne suis pas très hors la loi pour ce genre de choses… Je le suis pour d’autres.

VoilĂ , vous savez tout, bonne et douce nuit Ă  vous, portez vous bien et adishatz…

maison

« Maison de village ancienne (façade classĂ©e) dans un environnement authentique Ă  200 m des commerces, plage Ă  5 minutes en vĂ©lo. Rez de ChaussĂ©e: entrĂ©e, vestiaire, cuisine amĂ©ricaine, vaste sĂ©jour, bureau, salle d’eau avec lavabo, douche, WC, terrasse, Chaufferie garage Ă  vĂ©lo. Etage : Grand pallier, avec placard penderie, desservant 4 Chambres dont 2 avec mezzanine et une grande salle de bains avec WC. Petit jardin PrĂ©au abritant la cuisine d’Ă©tĂ©. Pui Ă©quipĂ© d’une pompe immergĂ©e »… 555 000 euros…

Cookie time

110_6596Les cookies d’aujourd’hui.

Quand je veux faire de la pâtisserie il y a plusieurs options, soit je regarde dans le petit carnet Clairefontaine rouge qui m’accompagne depuis des siècles, soit je regarde dans mon mes bouquins et si je trouve que c’est vraiment trop gras et sucrĂ© je regarde sur mon blog les trucs dont j’ai dĂ©jĂ  Ă©tĂ© satisfaite…

Aujourd’hui El Hijito a un copain Ă  la maison, ce qui est toujours l’occasion de faire des muffins aux smarties, des cookies au chocolat, tartes aux myrtilles ou autres expĂ©riences…

Aujourd’hui j’ai choisi les cookies. Ça fait 3 mois que je ne mange aucun gâteau, aucune glace, pas de sucre dans le cafĂ©, pas de jus de fruit, pas la moindre « sucrerie », en dehors d’un verre de vin ou de bière de temps en temps…

Je viens de sortir du four les cookies et je crois que je vais craquer pour un, petit, tout petit (de taille tout Ă  fait honorable…) cookie. Parce que merde crotte Ă  la fin.

J’en ai retrouvĂ© la recette sur mon vieux blog : petit retour vers le passĂ©!!!! cliques lĂ . Depuis Thib a doublĂ© son âge, mais il aime toujours bien manger des cookies maisons…

Autrement j’aime beaucoup ce livre, surtout pour les photos… J’allège toujours les recettes en sucre et en beurre… Parce que franchement ces amĂ©ricains ils y vont franco avec les calories…

photo0008

(Clique sur l’image pour voyager dans le temps…)

Ma recette :

  • 100 g de sucre
  • 140 g de farine
  • 90 g de beurre demi-sel
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère Ă  cafĂ© de vanille liquide (inutile si vous avez comme moi une gousse de vanille dans le bocal Ă  sucre)
  • 1/2 sachet de levure
  • 60 gr de chocolat au lait

Allumer le four à 180° (chaleur tournante)
Couper le beurre en tout petits morceaux et le laisser mollir près d’un radiateur, ne pas le faire fondre au micro-ondes, ça fait rater les recettes… Ou alors faites le fondre au micro mais alors TRES doucement.

MĂ©langer vigoureusement le sucre avec l’oeuf, puis la farine et la levure. Rajouter y le beurre et bien mĂ©langer…  Rajouter le chocolat au lait coupĂ© en petits morceaux très petits.

Sur une plaque mettez du papier-cuisson et installez-y avec une cuillère à café des petites boules de pâtes (comme une balle de ping-pong) espacées de 5cm. Faire cuire de 10 à 15 minutes selon si vous les préférez moelleux ou croustillant!

VoilĂ . Je n’oublie pas qu’on a pris une prune aux Portes puisque j’ai envoyĂ© le règlement hier… Je n’oublie pas… Je vous souhaite une belle journĂ©e de fin d’Ă©tĂ©. La fin de l’Ă©tĂ© n’est-elle pas la meilleure pĂ©riode? 30° le jour mais 15° la nuit : on passe de bonne nuit et on ne suffoque pas des 10h du mat… J’aime bien cette saison mĂŞme si la nuit commence Ă  tomber un peu trop tĂ´t et qu’il faut mettre des manches longues si on veut rester dehors après 22h…

Adishatz les amis et prenez soin de vous 🙂