Such a perfect day

Aujourd’hui il a fait un temps de chiotte d’automne… Ça nous a fait drôle parce que dimanche on se baignait dans les vagues…

WP_000404

Enfin j’ai marché dans la vagues d’un côté à l’autre de la plage en culotte maillot de bain (on ne s’imagine jamais en partant de Pô qu’il va faire si chaud à la plage…)

WP_000431

Thib a sauté dans tous les sens et beaucoup dans l’eau pour finir par enlever son jean quand même… Beaucoup d’enfants se baignaient car ils avaient prévu les maillots. Beaucoup d’adulte aussi dont El Marido qui a toujours envie de se rafraichir les idées…

110_6693Ça lui fait du bien les bains de mer.

Donc l’eau était assez chaude pour la saison… Et surtout l’air était très doux, sans vent.

WP_000397

On a mangé nos sandwichs maison tranquilo… J’ai été faire un tour en ville… J’ai été dans un magasin bien connu depuis très longtemps que j’avais découvert avec mes cousines quand j’étais ado.

WP_000424

Et puis on a regarder la journée passer…

WP_000431

On a regardé le ciel, on a bouquiné, fait des photos…

WP_000398

Regarder le soleil se coucher doucement sur Saint-Jean de Luz…

WP_000443

Et puis on a été prendre un pot près du port…

WP_000445

On s’est baladé dans la grande rue qui avait un air de paséo espagnol : tranquille, relax, un air de vacances, une parenthèse estivale avant la tempête…

WP_000447

Il y avait pour mon bonheur presque autant d’espagnols dans les rues que de français…

It was such a perect, I was glad I spend it with my men…

Au retour nous avons appris la mort de Lou Reed. Personne n’est éternel, ça fait 16 ans que je ne le sais que trop bien. Encore un coup de vieux pour ceux qui restent, bientôt on entendra Lou Reed sur Nostalgie… (Mais non je rigole :-p)

Bon à part ça je gribouille, je m’obstine, je m’amuse… Au crayon, à l’encre, à l’aquarelle dans mon joli sketch book…

C’est tout.

« Guiri gamba » ou « franchute »*

dress-french-woman

Quand on habite à l’étranger, c’est la plus part du temps génial pour plein de raisons que je ne vais prendre le temps d’énumérer aujourd’hui, la plus importante peut-être est le sentiment de liberté complète d’être qui on a envie d’être. (Avec la limite vite trouvée : la langue qui empêche souvent d’être à 100% « soi-même, entre autre en ce qui concerne l’humour)

Quand on est étranger cependant on est pas toujours accueilli avec bienveillance… Il y a les gens qui vous adore pour la simple raison que vous êtes étranger et ça c’est super chouette parce que ça ouvre plein de portes que ça ne vous ouvrirait pas dans votre propre pays… Il y a les gens gens qui sont super heureux de vous compter parmi leurs amis parce qu’ils sont ouverts d’esprit et curieux et que d’avoir un pote d’un autre pays ça apporte plein de sujets de conversation nouveaux… Et puis il y a ceux qui se méfient de vous par principe : ceux qui vous reprochent de piquer le boulot des locaux, ceux qui vous soupçonnent de vouloir former un « ménage à trois » et d’avoir des meurs plus que dissolues, ceux qui vous appellent « le français » ou « la française » comme si même après des années votre prénom restait un mystère.

En Espagne, mes amis disaient que les français avaient l’air malades, qu’ils avaient le teint un peu vert… Mauvaise mine… Qu’ils étaient pas très propres… Que les filles étaient faciles, un peu putes… les français sont arrogants…

0290-french_frog

Mes copains anglais s’imaginaient que nous mangions des grenouilles tous les dimanches…

franchute

Ma copine belge de fac nous affublait de tous les défauts : prétentieux, chauvins, moqueurs, stupides, sans humour…

En Irlande le côté « ménage à trois » des français était évident : nous vivions tous à 3 et tous les français entretenaient des « cocottes » (en français dans le texte). Toutes les françaises étaient dépressives comme dans les films d’auteur et les hommes portaient des maillot marin comme le mime Marceau. Je n’ai jamais entendu autant parler de ce type qu’à Dublin ou Madrid! Comme de Maurice Chevalier d’ailleurs!!!

superman goes french

Donc voilà quelque soit notre nationalité quand on est un étranger on est perçu par les locaux de manière différente que par nos compatriotes, c’est bien évident…

Les clichés sur toutes les nationalités m’exaspèrent… Je déteste qu’on prennent tous les espagnols pour des danseurs de flamenco qui rigolent en regardant couler le sang des taureaux… Je déteste qu’on imagine tous les américains comme des incultes, tous les anglais comme des homos refoulés, les italiens comme parlant trop fort et mangeant des pizzas à longueur de journée, etc etc etc… Ca m’é-ner-ve.

spanish

* »Guiri » signifie étranger en argot et gamba : crevette (nous sommes roses comme des crevettes) franchute est une déformation du mot « francés » (français) c’est de l’argot et c’est pas flatteur (un peu comme rital pour italien).

Pourquoi je parlais de ça? A cause d’un article que j’ai lu.

Allez adishatz et portez vous bien.

Ne mentez pas Marie-Thérèse, ne mentez pas!!

Comme d’hab j’ai envie de voir une quantité de films…

J’ai envie de voir un film avec le gars qui s’étalait du… « hum » sur les cheveux dans Mary à tout prix… J’ai trouvé qu’il avait pris un sacré coup de vieux… Quoi? Ca fait plus de 15 ans Mary à tout prix? Merde alors… Moi aussi j’ai du prendre un coup de vieux depuis… Ah oui Ben Stiller…

Quoi qu’il en soit pour moi qui parlais de rêves qu’il ne faut pas négliger l’autre jour, ce film tombe à point nommé :

Je sais pas si c’est un bon film mais juste l’idée comme ça m’a donné envie de mettre un bonnet péruvien et de prendre mon vieux sac à dos mauve que j’ai jeté il y a quelques années parce qu’il partait en lambeaux, en fait. Je prendrais pas l’avion pour aller polluer encore plus ma planète, fuck l’avion! Je prendrais le train… On oublie un peu trop les aventures qu’ont peu vivre juste en allant à la pointe du Portugal, dans un coin d’Italie ou de Grèce, sans parler des châteaux en Espagne ou pour les plus fougueux : la traversé de l’Europe en train jusqu’à la Sibérie, pourquoi pas…?

C’est rigolo cette histoire de temps qui passe quand même…

Et aussi j’ai envie de voir le film de Valéria Bruni Tedeschi parce que j’adore cette fille, et que j’aime la voir dans des films. En plus j’ai jamais vu de film avec Louis Garel ça me fera une occasion…

Dans le film (la bande annonce) elle dit : « J’ai 43 ans, bientôt 44″… Ca m’a fait tilté, je me suis dit « Ben non, cette nana, elle a vraiment pas l’air plus jeune que moi! » Le film sort cette année, disons qu’il a été tournée il y a un an, donc elle avait 47 ans, bientôt 48, puisqu’elle va avoir 49 ans avant la fin de l’année et je me dis quand même c’est drôle, hein, le temps qui passe, tout ça… Oui oui je sais « elle fait » plus jeune que son âge, bla bla bla… (My arse)  Mais quand même, c’est si dur que ça d’admettre qu’on a 48 ans plutôt que 44? Face à un garçon de 30 ans comme Louis Garel, je comprends que ça chiffonne et qu’on ait envie de dire « Oh j’ai juste 13 ou 14 ans de plus que lui… Je NE pourrais PAS être sa mère!!!! » Mais en fait si, tu pourrais être sa mère et c’est pour ça que tu t’enlèves juste ce qu’il y a en trop… Soupir. Je sais… je comprends… C’est pas glop de pouvoir être la mère d’un gars de 30 ans…

Avec le temps va, tout s’en va… Hé hé! Allez, haut les cœurs!

Adishatz et si vous en avez l’occasion (trouvez votre larron!) faites un truc de ouf le weekend prochain : le temps perdu ne se rattrape pas!

La tarte au prunes

RadarsAjustements

Je ne cherche jamais à faire d’excès de vitesse,
Je suis disciplinée et docile,
Mais là, oh là, alors là…
Il y a eu un feu qui est passé à l’orange,
Le feu n’aimait pas le genre de ma bagnole,
Sa couleur, sa forme,
Mon rétro et mes gentes en alu.
Alors j’ai hésité, trop hésité,
J’ai appuyé sur le champignon,
Je me suis dit que ça allait passer,
J’ai dit :  » vas-y poulette! »

Je n’ai de dent contre aucun gendarme,
Je n’aime pas les contraventions…
Mais de temps en temps une petite prune,
C’est comme fumer une  gentille clope.
Je ne cherche jamais les amendes,
Je suis douce et soumise,
De temps en temps une petite prune,
C’est comme fumer une bonne gentille clope.

Je ne suis pas quelqu’une d’irrévérencieuse
Mais si le feu passe à l’orange quand je suis pressée,
Oh là, oui là, alors là…
Je ne suis pas une vilaine fille
Mais si l’on me menace d’une contravention,
Je me mets à voir rouge ou rose,
Je dis :  » vas-y poulette, t’as le temps !  »

Je n’ai de dent contre aucun gendarme,
J’aime pas les contraventions.
Mais de temps en temps une petite prune,
C’est comme fumer un p’tit pétard.

Soudain le courrier est arrivé,
La république me somme de payer.
je lis ses doux mots qui disent :
« Ça fera 90 euros et 4 points,
fais pas cette tête,
Tu le savais bien! »

Il y a eu un silence de mort,
J’ai remisé mes carrés au crochet,
 » Nous reprendrons cela demain,
Ce soir renseignons-nous sur comment payer. »

Je n’ai de dent contre aucun radar,
J’aime les amandes et les contraventions.
De temps en temps une petite prune,
C’est comme fumer du chocolat.
Je ne cherche jamais les emmerdes,
Je suis douce et disciplinée,
De temps en temps une petite prune,
C’est comme fumer un p’tit pétard…

(Sur l’air de la boxe à l’anglo-saxone de Fersen)

La messe est dite… Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez, amen.

Ne cachez pas ce sein…

Si j’avais un conseil à donner à quelqu’un dans la vie ça serait de ne pas hésiter à faire ce qu’il a vraiment envie de faire… De ne pas penser à ce que les autres vont penser, de ne pas penser qu’il fera forcément moins bien que tel ou telle… D’aller au bout de ces rêves comme disait un chanteur…

110_6676

Je suis tellement heureuse d’assister au cours des bozars que je me demande pourquoi je ne m’y suis pas inscrite quand j’avais 20 ans! Mais quand j’avais 20 ans j’avais beaucoup d’autres choses à faire et je n’avais pas non plus une minute à moi… Et puis je n’avais pas envie de mettre en avant mon côté artistique devant mes parents… C’était en quelque sorte leur domaine réservé…

110_6673

Pourtant à Madrid je fréquentais aussi des peintres (attirée comme une abeille par un pot de confiture…) mais de là à avouer ou m’avouer à moi-même que moi aussi j’avais des « prétentions » artistiques, que nenni!!

Bref, je suis vraiment tellement heureuse de rejoindre depuis cette année mes petits camarades du vendredi matin également en soiré pour les cours de « modèles vivants » comme on dit pudiquement… C’est avec une autre prof, plus classique et j’apprends beaucoup. J’aimerais apprendre même plus vite, mais bon je progresse déjà j’en suis sûre…

110_6672

Hier nous avions deux modèles, la jeune femme de moins de 30 ans que j’ai déjà dessiné et dont le ventre s’arrondit a grande vitesse (c’est pour bientôt!) et un homme d’une quarantaine d’années plutôt athlétique. La prochaine fois il faut vraiment que j’arrive en avance pour être bien placé… La salle est vraiment petite et malheureusement toute en longueur, du coup si on arrive en retard on doit se mettre assez près du modèle et on a aucun recul ce qui n’est pas très glop…

Je suis un peu désolée pour eux de ne pas mieux les représenter, ils sont tous les deux mieux dans la réalité! 🙂 Je ne vous montre que 3 croquis les 3 autres sont affreux ou presque.

La séance dure 2 heures et  ils prennent 5 ou 6 poses en tout (2 ou 3 poses chacun à leur tour)… C’est bien qu’ils puissent se détendre entre deux poses car notre pauvre modèle féminine avait une bonne crampe au mollet hier, qui a mis quelque temps à passer…

Autrement rassuré-vous : ils n’ont pas froid et nous non plus… En milieu de séance la prof a même allumé la clim et les modèles on fait un tour dans la cours (pas nus) histoire de se rafraichir un peu…

Voilà comment ça se passe…

Allez, adishatz et prenez soin de vos rêves 😉

Un chouette film à voir sur le sujet :

Ardilla, squirrel, écureuil…

Tant que les chats ne me rapportent pas d’écureuils morts sur le paillasson tout va bien. Je croyais qu’il n’y en avait plus dans la rue et l’autre jour on en a vu passer un dans le jardin d’en face.  Juste là ou Minette-longues-dents aime bien passer ses après-midi…

ecureuil2

C’est mignon les écureuils mais je crois pas que ça s’apprivoise…  Remarque je dis ça mais je me rappelle très bien qu’au parc du Rétiro à Madrid à côté du Prado) les écureuils n’étaient pas du tout timides et venaient vous grimper dessus pour vous piquer des pipas (graines e tournesol)… Mais bon il n’était pas question de les attraper non plus… très rapides ces bestioles. Ce qui est plutôt réconfortant pour eux.

écureuil main

écureuilPhoto du net d’un écureuil qui grimpe sur une jambe au parc du Rétiro, j’aurais pu prendre la même quand j’y avais mes habitudes…

Allez, vive l’automne, les noisettes et les cachettes d’écureuil. A bientôt. Portez vous bien etc. Adishatz.