« Guiri gamba » ou « franchute »*

dress-french-woman

Quand on habite Ă  l’Ă©tranger, c’est la plus part du temps gĂ©nial pour plein de raisons que je ne vais prendre le temps d’Ă©numĂ©rer aujourd’hui, la plus importante peut-ĂȘtre est le sentiment de libertĂ© complĂšte d’ĂȘtre qui on a envie d’ĂȘtre. (Avec la limite vite trouvĂ©e : la langue qui empĂȘche souvent d’ĂȘtre Ă  100% « soi-mĂȘme, entre autre en ce qui concerne l’humour)

Quand on est Ă©tranger cependant on est pas toujours accueilli avec bienveillance… Il y a les gens qui vous adore pour la simple raison que vous ĂȘtes Ă©tranger et ça c’est super chouette parce que ça ouvre plein de portes que ça ne vous ouvrirait pas dans votre propre pays… Il y a les gens gens qui sont super heureux de vous compter parmi leurs amis parce qu’ils sont ouverts d’esprit et curieux et que d’avoir un pote d’un autre pays ça apporte plein de sujets de conversation nouveaux… Et puis il y a ceux qui se mĂ©fient de vous par principe : ceux qui vous reprochent de piquer le boulot des locaux, ceux qui vous soupçonnent de vouloir former un « mĂ©nage Ă  trois » et d’avoir des meurs plus que dissolues, ceux qui vous appellent « le français » ou « la française » comme si mĂȘme aprĂšs des annĂ©es votre prĂ©nom restait un mystĂšre.

En Espagne, mes amis disaient que les français avaient l’air malades, qu’ils avaient le teint un peu vert… Mauvaise mine… Qu’ils Ă©taient pas trĂšs propres… Que les filles Ă©taient faciles, un peu putes… les français sont arrogants…

0290-french_frog

Mes copains anglais s’imaginaient que nous mangions des grenouilles tous les dimanches…

franchute

Ma copine belge de fac nous affublait de tous les dĂ©fauts : prĂ©tentieux, chauvins, moqueurs, stupides, sans humour…

En Irlande le cĂŽtĂ© « mĂ©nage Ă  trois » des français Ă©tait Ă©vident : nous vivions tous Ă  3 et tous les français entretenaient des « cocottes » (en français dans le texte). Toutes les françaises Ă©taient dĂ©pressives comme dans les films d’auteur et les hommes portaient des maillot marin comme le mime Marceau. Je n’ai jamais entendu autant parler de ce type qu’Ă  Dublin ou Madrid! Comme de Maurice Chevalier d’ailleurs!!!

superman goes french

Donc voilĂ  quelque soit notre nationalitĂ© quand on est un Ă©tranger on est perçu par les locaux de maniĂšre diffĂ©rente que par nos compatriotes, c’est bien Ă©vident…

Les clichĂ©s sur toutes les nationalitĂ©s m’exaspĂšrent… Je dĂ©teste qu’on prennent tous les espagnols pour des danseurs de flamenco qui rigolent en regardant couler le sang des taureaux… Je dĂ©teste qu’on imagine tous les amĂ©ricains comme des incultes, tous les anglais comme des homos refoulĂ©s, les italiens comme parlant trop fort et mangeant des pizzas Ă  longueur de journĂ©e, etc etc etc… Ca m’Ă©-ner-ve.

spanish

* »Guiri » signifie Ă©tranger en argot et gamba : crevette (nous sommes roses comme des crevettes) franchute est une dĂ©formation du mot « francĂ©s » (français) c’est de l’argot et c’est pas flatteur (un peu comme rital pour italien).

Pourquoi je parlais de ça? A cause d’un article que j’ai lu lĂ .

Allez adishatz et portez vous bien.