Est-ce que tout le monde change?

Image

C’est pas chez moi mais quand même c’est tout à fait assez chic pour mon genre, non?

J’étais là, assise sur la chaise d’enfant del Hijito, mon mug de thé à la main, devant la cheminée où brulait le bois qu’à coupé El Marido au printemps, dégustant mon earl gray supérieur d’une des meilleurs bruleries du centre de « ma » ville quand je me suis demandé tout d’un coup si je pourrais déguster agréablement cette tasse de thé, ici même, avec des copains et des copines d’école. Je veux dire de mes écoles… D’autrefois… Je veux dire, je me suis demandé tout d’un coup : est-ce qu’on reste toujours les mêmes quoi qu’il arrive? Ou bien, est-ce que tout le monde change?

Le-petit-Nicolas

J’ai l’impression que malgré les années je suis toujours la même… Les mêmes qualités, les mêmes défauts et sur certains points je me suis certainement bonifiée, en tous cas à mes yeux.

Je n’ai réussi à conserver aucun amis d’école. A la fin du primaire je suis passé du public au privé et je n’ai pas gardé contact avec mes anciennes amies. En rentrant à la fac, la plus part de mes amis de collège et lycée sont allés à Poitiers, une autre au USA, une autre à Londres etc… Cahin cahan j’ai gardé contact avec quelques uns à Bordeaux, puis je me suis volatilisée vers l’Espagne. C’était l’époque des cabines téléphoniques, du papier et des timbres, des carnets d’adresses, des adresses griffonnées sur un bout de papier… Il était très facile, trop facile de perdre contact.

Je parle souvent avec des nouvelles relations ici qui se connaissent depuis le primaire. A Paris quand j’habitais dans le XVième j’avais aussi croisé des filles des femmes qui se fréquentaient depuis la maternelle. J’en avais ressenti une petite jalousie. Je me disais qu’est-ce que ça doit être chouette de pouvoir échanger avec des amis qu’on connait depuis toujours!

Mais est-ce que tout le monde change sans s’en apercevoir? Est-ce que poco a poco on glisse vers autre chose? Serait-on capable d’être encore amie avec son groupe de potesses du lycée? J’aime croire que oui, mais… Comment savoir? Comment en être sûre? est-ce que les vieux copains et copines, comme les K7 ne tiennent pas la route?

Quand je vais à LR je marche souvent les yeux écarquillés dans l’espérance de croiser quelqu’un que je connais… Et je ne croise personne, où en tous cas c’est ce que je crois… Bon je crois l’ancienne copine de plage de mère, une vieille dame à qui je n’ai rien à dire… Je croise une nana qui était avec moi en terminale et qui était un peu givrée et je la reconnais dans la rue parce qu’elle a toujours l’air givrée… Je croise une dame que je reconnais comme une vendeuse des Galeries…  Autant dire : personne! Et puis l’autre jours un site de copains d’école m’envoie un message pour que je me connecte : j’y vois la photo d’une fille qui était avec moi de la 6ième à la terminale (pas une véritable amie) mais une nana à qui je faisais 4 bises tous les matins, à la rochelaise… Ben je vais vous dire si je l’ai croisé dans la rue ou sur le port : pas moyen que je la reconnaisse! C’est pas chouette à dire, mais à la rigueur j’aurais cru voir sa mère 😦 Snif et c’est sûrement valable pour moi, sauf que pour me confondre avec ma mère faudrait se lever très tôt : elle était blonde et frisée comme un mouton (naturellement)

jeunesse-eternelleBon physiquement faut pas courir après la jeunesse éternelle et les liftings à la gomme : on change tous, c’est comme ça et vaut mieux l’accepter : on va pas survivre plus de 100 ans avec un visage frais et guilleret… Mais à l’intérieur? Est-ce qu’on change à l’intérieur? Est-ce que l’enfant ou l’ado est toujours à l’intérieur? Même si on est adulte, responsables etc etc… est-ce qu’au fond de nous on est toujours la même personne? Hum..

Je me ressers une tasse de thé et je repars contempler les flammes dans la cheminée. Il fait froid et il pleut.

Prenez soin de vous et de vos rhumatismes, adishatz et bisous.