Samedi 7 en ballade

Samedi nous avons garé la voiture au parking qui est au terminus du tram et en 35 minutes nous étions dans le centre de Bordeaux. Toujours un soleil éclatant malgré un fond de l’air plutôt froid! En se tenant au soleil on était bien. Prêts à buller nez au vent!

On est descendu à la Victoire et on a remonté toute la rue Sainte-Catherine pour passer à THE BIG SUPER magasin de beaux-arts de la région… Où on allait acheter en fin d’aprèm ma planche à dessin inclinable (mon cadal de noël préféré ou a égalité avec ma petite boite indienne).

Comme il était déjà midi on s’est arrêté mangé un morceau dans un endroit sympathique et délicieux qui s’appelle La Pâtisserie Essentielle place St-Pierre… Très peu de tables, une petite zic sympa, une serveuse charmante.

Photo0969

C’était pas cher et « delicioso »! Vraiment raffiné!Photo0970

Photo0972Les desserts aussi étaient à tomber…

Photo0976

J’ai photographié cette façade, rue Sainte-Colombe, parce que je me suis dit qu’une maison fondée en 1622, qui fabrique des filets de pêche… Ben c’était pas sûr que je la revoie encore dans quelques mois… Alors que je prenais cette photo, 3 personnes sont passées en riant et l’une d’entre elle a dit « Ah ben tiens une blogueuse! ». J’ai trouvé ça étrange, car c’est quand même pas écrit sur mon nez, si?Photo0977

On a passé un moment dans une brocante « Au dénicheur » rue de a cour des Aides. C’est une vraie caverne d’alibaba des années 70, 80 et même 60, 50, 40… On y trouve des uniformes de la seconde guerre mondiale ou la bouteille de parfum « Michael Jackson »… Des téléphones datant d’avant la guerre… Des vinyles et plein d’objets rigolos qui nous font revivre des émotions du passé! Un magasin vraiment top où tout les clients n’arrêtent pas de s’exclamer de bonheur devant leurs découvertes… J’y ai acheté deux porte-clés que j’ai immédiatement transformer un BO. L’une ne me convainc pas trop finalement mais la petite serveuse de San Pellegrino est très sympa. (Je vous la montrerai dans le prochain post…)

Photo0980

On a passé un bon moment dans un magasin de BD rue Saite-Cath qui avait un premier étage où je me serait très bien vu vivre… En fait j’aurais bien viré tout le monde et décidé qu’à partir de maintenant c’était chez moi et aménagé ce chouette local en appart… Mais ça a pas pu se faire… Vous remarquerez au passage, que je n’étais pas extrêmement concentrée sur les BD… J’étais charmé par l’escalier années 50 et je voyais très bien aussi comment aménager le rdc du magasin en loft… Il se passait vraiment quelque chose! J’étais complètement dans mes rêverie! On avait vraiment besoin d’une pause!

Photo0981

On a voulu aller prendre le café dans un petit endroit sympa qu’on aime bien, un tout petit café, rue des Trois Conils (3 lapins) mais c’était fermé, la fermeture annuelle… On avait pas envie d’aller dans un truc gavé de monde et impersonnel, alors on s’est rappelé avoir pris un thé dans un magasin de thé la dernière fois que nous étions venu, dans la même rue et nous y sommes retourné…

Photo0986Là El Marido fait semblant d’être un chat.

L’avantage c’est qu’on y choisi le thé dans les grandes boites puisque c’est un magasin de thés… Qu’on le boit dans des tasses très raffinées et qu’on y est bien au chaud quand il fait quand même assez froid dehors…

Comme ça on se repose un peu avant de recommencer à courir partout…  Photo0988 Là El Marido est heureux parce que… Il est content voilà. Et un peu clown aussi.Photo0983Photo0990J’en ai profité pour lire ou relire le programme de l’Utopia… Photo0991J’ai beaucoup aimé ce petit biscuit qu’on nous a servi avec le thé. Faudra que je vois à carrouf si il les fond…Photo0993Par contre pour prendre le thé dehors une fois le soleil couché… Malgré les jolis plaid en polaire rose…. Faut vraiment avoir TRES envie d’en griller une…Photo0994J’ai beaucoup aimé ce magasin rue de Cheverus. Ils vendent plein de trucs japonais sympa. ‘y ai acheté quelques bricoles pour faire des BO et El Marido m’y a pris un chouette t-shirt kaki pour Noël…Avec un dessin d’estampe en noir…

On a encore tournicoté pas mal : on a été voir le nouveau quartier en construction là où il y avait les locaux de Sud-Ouest avant. Il parait que ça va être hors de prix les apparts là 😦 Dommage je m’y serais bien vu… Il y aura aussi des magasins et ça va être un nouveau pôle d’attraction dans la ville. j’ai hâte de voir ça. En attendant on a été faire un tour aux Galeries, j’ai visité leurs toilettes aussi car quand on se balade comme ça toutes la journée faut savoir où se trouve les toilettes propres et sympa d’une ville… (A saint-Cristoly c’est très bien aussi pour info).

Le soir venu on en avait plein les pattes et on espérait que le tram ne nous jouerait pas de tour au retour. En attendant il nous fallait diner avant de rentrer. On est retourné à Fufu 2O minutes avant l’ouverture pour être sûrs de ne pas être refouler au portillon (c’est très vire plein…).

Photo0995 Fufu est un bar à nouilles japonais où les cuisiniers cuisinent devant vous et où ils s »interpellent en japonais, c’est très exotique et si vous avez envie d’apprendre du vocabulaire relatif au nouilles cela peut être très utile…Photo1007 Ça se sont des guiosas, c’est comme des raviolis frits et c’est très bon.Photo1008

Photo1009Moi j’aime beaucoup les nouilles sautées au crevettes. Même si j’ai eu un peu mal au bide après… El Marido soutient que c’était le baguel de midi, moi je dis que c’est les nouilles.

On est rentré en tram à vitesse grand V cette fois-ci. En passant dans le campus, cette fois-ci de nuit, je n’arrivais toujours pas à comprendre tous les changement que j’avais vu le matin. C’était déconcertant. Le tram ne suit pas le même parcours que le bus autrefois et le campus s’est considérablement construit…

Sur ce chers amis, je vous avais dit que j’allais vous saoulé avec Bordeaux : et bien ce n’est pas fini! Demain ça continue! cela dit : je n’oblige personne à lire!

Bonne nuit, adishatz et prenez soin de vous!

Vendredi 6, soirée épique

Photo0964Serge le lama, sur des t-shirts à l’office du tourisme, ils ont osé…

Vendredi soir bien sûr nous n’avons pas résisté à la tentation de manger à l’Entrecôte, en face des allées de Tourny. Sur les allées de Tourny il y a le marché de Noël, il est plus grand qu’à Pô mais finalement guère plus intéressant même si il y a plus de monde, plus d’ambiance, plus de jolies lumières etc… Ce n’est que le genre de marché de Noël qu’on trouve dans toutes les villes de France maintenant. Mais sur le coup c’était quand même très chouette.

Ensuite comme il était encore tôt on a marché vers la fontaine de la colonne des Girondins. Mais y’avait pas d’eau dedans…

Photo1019En face il y avait les vendeurs de gaufres, de berlingots et de pommes d’amour … Et la foire à la brocante!!! Je suis Complètement 200% pour cent fan de la foire à brocante! Je suis capable de caler mes dates de venues à Bx rien que pour y aller et là paf! Alors que je n’y pensais plus (j’yavais pensé quelques jours avant de venir…) Paf! La foire! J’étais trop contente! Un vrai cadeau de pouvoir flâner entre les baraques rigolotes des brocanteurs où on trouve tout et n’importe quoi et les baraques ultra chiquissimes des antiquaires où on trouve des merveilles.

Photo0965Là c’est du grand n’importe quoi…

   Photo1023 Les fauteuils c’est n’importe quoi, en revanche les bouteilles sur la table : j’en rêve!

Après le restau nous étions tout content  l’idée de rentrer vers Pessac d’un coup de tram et d’être couché à 9h pour bouquiner tranquillement… Mais une drôle d’annonce fit lever les sourcils de plus d’un passager dans le dit tram… « Attention mesdames et messieurs, la circulation du tram est interrompu entre Saint-Nicolas et Peixotto… » Hum… Cela ne vous dit probablement rien si vous n’êtes ou n’avez été bordelais mais… Comment dire? St-Nicolas c’est presque la Victoire, c’est à dire dans le centre de Bordeaux et Peixotto comment dire c’est comme qui dirait sur un autre commune… C’est à Talence, juste après la fac de Sciences… Et cela fait donc pil poil entre 3 et 4 kilomètres… 3km5 en fait. Oh oui ça va… C’est pas très loin nous disions nous en marchant d’un bon pas le long du cours de l’Argonne… C’est pas si loin que ça nous disions nous en passant la barrière Saint-Genès et en traversant le boulevard périphérique… Je me disais que quand même j’avais un peu mal au pieds en arrivant à la Mairie de Talence… Mais zut crotte, on était d’excellente humeur : on avait pas froid du tout, l’air était tiède, il ne pleuvait pas et y’avait plein d’étudiants qui marchaient dans les deux sens : les uns pour aller guincher à la Victoire dans un sens, les autres pour rentrer vers les cités U dans l’autre…

BordeauxLa Victoire la nuit (photo du net)

Autrefois quand y’avait grève de bus je faisais du stop avec les copines. J’avais jamais autant marché pour aller vers les facs! Finalement après plusieurs arrêts pour reposer nos pieds, on est arrivé à Peixotto ou on a pu prendre un tram qui nous a emmener jusqu’au terminus où El Marido avait laissé sa voiture dans un brouillard épais et inquiétant. Nous restait encore à arriver à l’hôtel grand luxe perdu dans une zone industrielle moche où se trouve aussi le siège régional de sa boite de geeks… On  a eu un petit problème parce qu’il y avait des travaux et que le GPS (cette andouille) était paumé… Donc on est finalement arrivé très tard à l’hôtel (pas autant à cause du GPS que de notre promenade digestive!).

Mais cependant RIEN, mais alors RIEN n’aurait pu entamer notre bonne humeur!

La  suite demain. Dormez bien, prenez soin de vous et sortez couvert, il fait un froid. N’oubliez pas de mettre un bonnet et de vous laver les mains plus que de coutumes : une gastro est si vite arrivée à cette période de l’année! Adishatz.

Vendredi 6, entre la gare et le Grand-Théâtre

Quand le train est entré en gare, j’étais toute contente de m’être positionnée devant la bonne porte… Comme une habituée… Excitée comme une puce. La gare de Bordeaux a un peu changé au fil des années, mais ça reste tout de même la même et je suis revenue plusieurs fois déjà par ici…Photo0944Je connais plus que bien cette gare… D’abord parce que je l’ai souvent emprunté pour me rendre à LR, Paris ou Madrid et ensuite parce que j’ai habité plusieurs année de l’autre côté de la rue un appart très sympa et qu’avant que j’y habite j’y allais déjà chez mon frangin… Il fut une époque ou presque tous les jours j’achetais à la gare mes clopes à n’importe qu’elle heure ou des romans du Masque… Je n’avais pas la tv quand j’étais étudiante et lisais beaucoup.

Bref me voilà donc bientôt devant la gare, entre chien et loup : l’air est tiède, le parvis animé, les trams ralentissent et s’arrêtent, les bus démarrent, les touristes hésitent, les gens font la queue pour acheter des tickets de transport aux bornes… Un gamin d’une dizaine d’années, pas très clean et très à l’aise, explique à tout le monde comment ça marche en attendant que quelqu’un lui offre un ticket. La femme devant moi craque et lui en donne un : il bondit dans un tram et disparait… J’aurais cru qu’il frauderait. Il parait qu’énormément de gens fraudent, pas seulement les gamins un peu paumés…

Derrière moi il y a des espagnols. J’achète mon ticket 10 voyages. Un jeune sdf vient vers moi et me demande 50 centimes. Il n’a pas des prétentions très élevées, mais je n’ai même pas 10 centimes dans mon porte monnaie. Je suis désolée et le lui dit.

-C’est pas grave. Dit-il. Vous êtes très jolie.

-Oh, merci!

-Bonne soirée!

-Bonne soirée!

Est-ce que j’aurais pu être accueillie à Bordeaux d’une plus belle façon? Ce welcome to Bordeaux me remplie le cœur d’allégresse : en route! Je monte à mon tour dans le tram, direction les quais!

Photo0945J’envoie un sms Al Marido pour lui dire que suis dans la place (Yo yo!)… Il est encore à Pessac, je décide de stopper à Saint-Michel : pèlerinage!

Photo0946Saint-Michel fût après la guerre le quartier espagnol, j’y suis allée les premières fois avec mon big frangin mangé dans des « cantines espagnoles » on y mangeait super bien pour le prix d’un ticket de restau U ou à peine un peu plus. C’était à la fois très froid et très convivial. Y mangeait surtout des hommes seuls, des ouvriers et des étudiants… Peu à peu les espagnols se sont intégrés et fondus dans « la masse ». Dans les années 80 dans les bus, les rues, sur les bancs, on entendaient beaucoup de vieux espagnols parler en mélangeant le français et l’espagnol. Maintenant il ne reste plus que les noms de famille, leurs descendant sont français . Comme El Marido. Brefs, les espagnols ont été remplacés par la nouvelle vague d’immigration d’Afrique du Nord et c’est à St-Mich qu’il faut aller pour boire un thé à la menthe véritable ou pour habiter si on cherche un loyer pas cher dans le vieux Bordeaux… Dans un quartier chaleureux mais où certains n’aiment pas s’aventurer. J’ai habité juste de l’autre côté du cours Victor Hugo, rue de la Rousselle (quartier St-paul) un quartier qui fait le lien avec St-Pierre plus étudiants, plus arty…

Bon bref, je suis descendu à l’arrêt, St-Mich et je suis rentrée dans ce vieux cher quartier par la rue des Allamandiers… Et là quelle ne fut pas ma surprise de constater que toute la place n’était qu’un énorme chantiers! Et qu’il fallait en faire tout le tour pour repartir par la rue de la Fusterie. Je marchais d’un pas ferme et rapide (mon sourire béat plus ou moins caché… Faut pas non plus avoir l’air d’une touriste benête!).

Photo0951  Photo0948 Saint-Michel n’est pas une église ou une cathédrale, c’est une basilique. Pour moi ça ne fait pas une grande différence, car je ne sais pas quelle différence cela fait justement. Normalement quand il n’y a pas de travaux il y a le samedi matin un des plus chouettes marchés de Bordeaux sur cette place. La flèche, que j’ai trouvé assez ravagée par le temps est un comme un phare pour les voyageurs. On la voie d’extrêmement loin. Quand on passe « par Bordeaux » sans s’arrêter (comprendre qu’on passe par la rocade), je fais une fixette sentimentale sur la flèche…

Bordeaux_-_basilique_Saint-Michel(photo Wiki) Basilique Saint-Michel de Bordeaux vue de la rive opposée.

La basilique partage avec la cathédrale Saint-André (de Bordeaux) la particularité d’être dotée d’un clocher indépendant du sanctuaire ou campanile. S’élevant à une hauteur de 114 mètres, il est considéré comme le plus haut du Midi de la France et comme l’un des plus hauts de l’hexagone. (Wiki)

J’aime ce quartier, que d’aucun trouve un peu louche. Il ne m’a jamais fait « peur ». Je m’y suis toujours sentie plus en sécurité que dans les quartiers bourgeois complètement désert la nuit ou seuls les rats traversent les rues. A Saint-Mich’ aussi il y a beaucoup de rats mais il y aussi beaucoup de gens.

La place devrait être terminée en 2015! En attendant les archéologues s’en donnent à cœur joie : plein de squelettes! Et les commerçants sont malheureux

J’accélère le pas et traverse le cours Victor Hugo : mon cœur se gonfle d’amour pour ces vieilles pierres, ces passants, la vieille pharmacie du chinois, toujours aussi miteuse, les petits commerces de proximité. Rue de la Rousselle, El Marido est dans le tram de Pessac direction le Grand-Théâtre et le tram peut aller plus vite que moi même si il est beaucoup beaucoup plus loin pour l’instant! Mon pas est assuré. Je passe devant l’immeuble ou j’ai vécu entre septembre 93 et Juillet 98… Pas de lumière la haut… Un pot de peinture sur la fenêtre. Je me presse. Dans ce quartier rien ne change. Comment des immeubles 18ièeme et des pavés pourraient changer? Je me sens comme dans un cocon rassurant, complètement chez moi.

Je passe la rue Ausone, Alsace-Lorraine, La porte Cailhau… Je vole presque vers Saint-Pierre. La rue du Parlement Saint-Pierre, le petit café du coin ne fait plus tabac, mais y’a toujours des jeunes dedans… La nuit est tombée. Je bois tout des yeux. J’arrive place du Parlement Saint-Cath : la plus belle que belle! Je croise des espagnols.

Place-du-Parlement-a-BordeauxMe voilà rue Saint-Rémi, je cours presque. Nouvel sms : Non j’ai le temps. Et je déboule, extatique rue Sainte-Cath : Bordeaux me voilà!!!! Photo0953Rue Sainte-Cath

Allez hop, puisque j’ai le temps un petit tour pas les Galerie L. Tout est trop beau dedans, tellement chic! Rien à voir avec les petites Galeries de LR ou de Pau… Là c’est « grand luxe! ». Je croise des espagnols.

Photo0952En vitrine des GL.

Me revoilà dehors, sur la place de la Comédie.

Photo0955A ma gauche le cours de l’Intendance ou Mi Hermano El Vaquero a eu son premier appart sous les toits avec ses copains chevelus à la fin des années 70 ou au début des 80. L’intendance est sublimement beau avec les lumières de Noël! Devenue piétonne à partir du tram, c’est l’avenue super chic de Bordeaux. On y trouve les beaux magasins… Je n’ai jamais rien à y acheter (et pour cause!) mais c’est quand même super beau et autrefois j’allais y manger un hamburger avant d’aller au cinoche… Je crois qu’il n’y a plus de Quick ou autres sur le cours.Photo0956A ma droite cette magnifique sculpture-statue que je trouve époustouflante. je vous dirais bientôt de qui elle est (quand je le saurai ;-)) Des espagnols à côté de moi prennent la même photo.Photo0958 Derrière la statue : Le cours du Chapeau Rouge…Photo0960De l’autre côté de la rue : Le Grand-Hotel de Bordeaux. Un truc de gros plein de soupe mais qui fait quand même son effet. Il n’existait pas quand j’étais bordelaise.

Photo0961Et le super tram. Je suis devant le Grand-Théâtre (un peu comme la place Saint-Michel à Paris) et j’attends mon homme.

Le 6 décembre, dans le train

Il fut un temps où je prenais le train tellement souvent que cela n’avait pour moi presque aucun attrait particulier. J’ai bien dit « presque », j’ai toujours adoré le train.

Je suis dans le TGV. Je ne l’ai pas pris depuis 2008 je crois. Je suis comme une gamine, tellement heureuse d’être dans un… train!

Il y a tellement longtemps que je ne l’ai pas pris que les sièges ont changé de couleur et de forme. Ils sont oranges et violets. C’est beau. je roule à l’envers dommage. Je suis côté couloir. Un homme, jeune, à côté de moi dort. Il n’y a que dans les trains que des inconnus dorment comme ça paisiblement et sans crainte à côté les uns des autres… Nous sommes entre deux fenêtres. Nous ne voyons pas grand chose. J’aime tellement regarder le paysage qui défile, même si je n’en vois qu’un petit bout, rien ne peut gâcher ma bonne humeur. Le ciel est turquoise, pas l’ombre d’une ondée. Ces quelques jours à la capitale du sud-ouest se présentent sous les meilleures augures.

Photo0942Ce matin, c’était dessin : beau temps, pied ferme… Je ne me suis pas cassé la figure contre le mur devant l’école. Je suis en progrès. J’avais mis mes bottes des 7 lieues, celles qui accrochent au macadam. Le café chaud et amère était revigorant, les rires avec les « collègues » aussi, revigorants, pas amères.

Le train s’incline doucement à droite… A gauche… Et mon écriture vacille… Autrement les rideaux oranges plissés bougeait aussi. Un autre train passe sur la voie en un vrombissement familier.

Je capte une conversation, des mots perdus, deux places devant nous « Elle a bien fait tu sais », « la semaine prochaine » « examens » « Solvègue » « moi assi  » « Je sais ». Un parfum, je reconnais Paris de YSL, flotte dans l’air… C’était le parfum d’une de mes collocs. Le contrôleur passe en tanguant. L’air est doux et tiède, le train comme un cocon douillet. Dehors le soleil (encore lui!) inonde une campagne industrialisée. On penche doucement à droite, puis à gauche… On est bercé comme des enfants… De l’autre côté du couloir je ne vois rien non plus : il y a les bagages. C’est nouveau les bagages rangés au milieu du wagon. Je m’enfonce avec délice dans mon fauteuil, dans le silence ouaté ou les murmures des conversations penchent à droite… La porte automatique  en face de moi s’ouvre dans un soupir, on penche à gauche… Elle se referme.

Le train est une parenthèse, quelques heures de repos et de quiétude obligatoires, hors du temps, des gens, du stress. Il n’y a qu’attendre gentiment assise, somnoler ou regarder mollement le paysage. On rêvasse, on bouquine, on ferme les yeux… Pas question de faire tout ça au volant d’une voiture!

Je m’endors. Total lâché prise.

Quand la contrôleuse passe 4 d’jeuns arrivent à mon niveau. C’est marrant (songe-je) : on dirait des bidasses… Mais les bidasses ça n’existe plus! La contrôleuse flashe leurs téléphones (Oh non on est en plein dans Retour vers le futur avec les skates volants là!!!) Je me sens toute bête d’avoir imprimé mon billet… En même temps je n’ai pas de « smartphone »… Elle dit : « Carte militaire s’il vous plait! » Oh ben mince alors : des engagés! Ça alors, c’est bien la première fois depuis des siècles que je vois des d’jeuns de 18 piges engagés dans l’armée… Puisque dans les années 10 où nous sommes on y envoie plus les beaux gars de force à l’armée… Comme… Vous m’avez compris. Ne m’obligez pas à écrire… « autrefois ». Donc ce sont forcément des engagés… J’ai plus de tolérance pour eux, mon grand âge me rend bienveillante. Quand j’avais leur âge je ne les aimais pas du tout.

Je retourne à mes lectures. Et pour info la dame contrôleuse elle a aussi flaschouillé la feuille que j’ai imprimée à la maison. Parce que moi aussi je suis moderne, voilà! Si mon téléphone était plus intelligent elle pourrait le flasher la prochaine fois…

Je suis super excitée, dans une heure je verrai le soleil se coucher sur le port de la lune. Bordeaux me voilà! Je vais respirer ton bon air citadin à plein poumon!! Et retrouver El Marido devant le Grand-Théâtre! Rah!

 

Le 6 décembre, avant le départ.

Photo0925Ce vendredi 6 décembre j’ai été à mon cours de dessin aux bozars comme d’hab’ le matin et puis je suis rentré déjeuner chez moi. Ensuite j’ai conduis jusqu’à Pô et j’ai garé ma voiture place de Verdun. Pô à ceci de particulier que la gare se trouve en bas de la ville et que beaucoup de gens empruntent le funiculaire pour s’y rendre.

J’ai garé ma voiture, relativement loin de la gare donc et d’un pas fébrile et guilleret j’ai emprunté le large pont qui va vers le château et dont je ne connais pas le nom. Le temps était magnifique, le ciel limpide, l’air vif. Je marchais le nez en l’air. Je vois bien sur la photo que je me suis arrêté pour faire (ok ma syntaxe est étrange, anglaise ou espagnole?) qu’il y a quelques nuages mais je ne les voyais : je partais pour presque une semaine à Bordeaux! Et c’était très excitant, très.

Photo0926En bas la gare  Photo0929On peut descendre à pied ou avec le funiculaire qui a fêté ses cent ans il y a un ou deux ans… Photo0932 Photo0931 Photo0935Le funiculaire est gratuit et monte et descend toutes les 5 minutes c’est très pratique et les enfants en sont dingues. Les voyageurs l’utilisent parce que c’est ce qu’il y a de plus pratique.

En bas devant la gare il faut passer sur un petit ruisseau, peut-être le même qui a inondé Lourdes au printemps… Photo0938En se retournant on voit la ville sur ses hauteurs…

Photo0937

Et la gare toute petite pour une grande ville…Photo0936

A l’intérieur de la gare je m’arrête devant cette affiche, fait quelque pas pour rien dans la boutique… Je regarde les journaux, les chocolats que je n’achète plus. Je ne pense même pas aux clopes… Et je pars attendre mon TGV, un sourire béat aux lèvres.Photo0941

C’est le week-end

110_6817Voilà enfin le week-end : El Hijito est heureux de retrouver ses parents pour lui, il est joyeux comme d’hab, pourtant la météo n’est pas au top pour lui et la pollution elle est au taquet : ce qui veut dire crises d’asthmes au moindre éclat de rire… et passer du traitement de fond au traitement de niveau supérieur…

J’aime pas la pollution. Surtout depuis que je sais les dégâts que ça fait.Je me permet de rappler donc que quand il fait très beau comme en ce moment il faut éviter les feux de cheminées, que les feux de feuilles et branchages sont interdits dans les jardins (par tout temps je crois) qu’il faut privilégier les transports en commun, le co-voiturage et le vélo et la marche à pieds…

Le soleil brille donc et c’est très très agréable il faut bien l’avouer! Même si…

110_6819Ma dernière « encres » faites hier matin, copiée ou « fortement inspirée » d’Agnès-Cécile

silvia pelissero aka agnes cecile 1[4]El Marido est au repos pour la journée. Il ne fait pas d’asthme mais il n’a pas dormi de la nuit et tousse comme un tubard*… Je lui ai prescrit thé au miel et sac de couchage.

Ce matin je dois m’occuper de l’assoc’ dans laquelle je trempe pendant une bonne heure avant de faire une belle soupe pour le malade.

110_6816Il est à noter également que le prince des chats, j’ai nommé Youyou 1er, ne nous ayant pas vu pendant 5 jours (et n’ayant pas vu autant que souhaité la personne qui le nourrit en notre absence) se gave tellement de croquettes depuis notre retour qu’ils nous a gratifié d’un énorme (vraiment énorme) vomito en forme de chapelet de saucisses sur le fauteuil de ma mamie de Versailles, le beau fauteuil en velours jaune qui a au moins cent cinquante ans… Mamie en aurait été verte et maman bleue. Moi j’ai pris un sopalin et remercier Dieu que le vomit soit assez « sec » et tout frais! (Bon appétit). Pas de taches, pas de vilaines odeurs….

Pendant que le subversif Bleck ( il faudra le prendre comme un compliment) était à Pô, j’étais à Bordô ou j’ai fait beaucoup de photos et pris beaucoup de notes. Dans les jours prochains vous allez être saoulés de Bx, je vous préviens!

110_6820Hé oui, je sais encore noircir un carnet pendant des heures dans les cafés… (Ne manque que la clope!)

Sur ce, chers amis, prenez soin de vous, évitez de rouler en diésel, marchez, faites du vélo, co-voiturez ou prenez les transports en commun etc… poutounades et abrassades.

*Personne atteinte de tuberculose.