Chez Paul (PĂŽle… Pas la boulangerie pas bonne)*

1312452-Bernardin_de_Saint-Pierre_Paul_et_Virginie

Quand j’avais aux alentours de 13 ans j’avais dĂ©cidĂ© que si j’avais un fils un jour,  il s’appellerait Paul. Quand je suis tombĂ©e enceinte ma mĂšre a tout suite imaginĂ© « le petit Paul » dans sa tĂȘte.  Le fait est que le choix d’un prĂ©nom se fait Ă  deux et que finalement on a choisi un autre prĂ©nom.

Cette aprĂšs midi le soleil donnait fort et j’ai roulĂ© fenĂȘtres ouvertes, les cuisses un peu cramĂ©es par le soleil, le pare-soleil mis sur le cĂŽtĂ© pour ne pas avoir un coup de soleil sur la joue… J’ai roulĂ© vers Paul Ă  4h. Y’a pas de Paul dans mon bled, faut rouler. J’ai dit Ă  l’accueil avec qui j’avais rdv. La nana a ricanĂ© bĂȘtement, je lui ai demandĂ© si je prononçais mal son nom, elle m’a rĂ©pondu  « C’est mieux que tout Ă  l’heure » J’ai trouvĂ© ça un poil grossier.

Je me suis assise et j’ai attendu 7 minutes. J’Ă©tais un peu aux piĂšces, parce qu’il fallait que je sois Ă  l’Ă©cole du fiston avant 5h. Mon nouveau Paul est arrivĂ©. Il s’est prĂ©sentĂ© et nous nous sommes serrĂ©s la main. Il a dit son nom, je l’avais bien prononcĂ©. J’avais juste oubliĂ© la premiĂšre partie. Il est un peu comme un Omar Sharif de 30 ans qui serait super mal dans ses pompes et over timide. Comme si il se sentait pas Ă  sa place. Pourtant il ne dĂ©bute pas vraiment je l’ai dĂ©jĂ  vu en novembre… enfin bref.

Notre rencontre a Ă©tĂ© assez morne… Morne : empreinte d’une monotone tristesse… terne et sans Ă©clat… Hum… Moui… Bon bref c’Ă©tait pas top rigolo, mon nouveau Paul n’est pas un type souriant qui te met la pĂȘche quoi qu’il arrive comme le premier Paul d’avant que je passe mon permis vers 2007…. Celui-lĂ  avait un tapis de souris en tartine de Nutella et se dĂ©brouillait toujours pour qu’on reparte avec la sensation qu’Ă  partir de maintenant rien (ni aucun employeur) n’allait nous rĂ©sister… C’Ă©tait sympa, mais ça n’a pas donnĂ© grand chose pour autant…

Omar… C’est un peu tout le contraire. Il a l’air de s’excuser un peu de ne rien pouvoir faire pour toi, d’ĂȘtre lĂ … Il ne te regarde pas dans les yeux, n’a pas l’air trĂšs heureux… Ni malheureux… Faut avouer qu’il peut pas faire de miracle au stade oĂč en est l’emploi en Europe… Du coup on a dĂ©cidĂ© que j’allais suivre un truc qui s’appelle « cap projet professionnel« !  J’aimerais bien que pour une fois ça soit pas un truc trop pipeau… La derniĂšre fois ça avait fini en jus de boudin quand je me suis lancĂ© lĂ -dedans…  Mais bon soyons positive!  Vous dire Ă  quel point le type est motivant : il m’a dit « Si c’est pas mieux aprĂšs, ça pourra pas ĂȘtre pire!! » Toujours avec son air triste… Hum… C’est pour vous expliquer pourquoi je suis pas suis pas reboustĂ©e Ă  mort…

Bon allez, inch allah, hein… Le 7 avril je commence son truc et en attendant j’essaye de faire un peu de rangement dans ma tĂȘte…

Adishatz les poussins et portez-vous bien!

* HĂ© oui j’aime pas.