Quitter sa zone de confort

Quand on habite dans mon bled, courir dans tous les sens ça veut dire conduire 15 kilomètres au sud, puis repartir sur la grande ville au milieu pour aller vers une autre banlieue… Se gourer et repartir vers une autre, prendre 50 ronds point et faire 60 kilomètres comme qui rigole pour faire 3 magasins de laine dont un Truffaut… (« Mais maman c’est un magasin de plantes!!! »)

Photo0053

ça me saoule, ça me saoule, ça me saoule…

Photo0060

L’autre jour je parlais avec ma petite cousine… Elle me dit que dans sa petite ville elle fait tout en vélo! Voilà un truc que je ne peux pas faire ici… Ça manquerait sacrément de poésie d’aller jusqu’à la grande ville en vélo : traverser les zones d’ hypermarchés, longer l’usine de traitement des déchets, la zone « artisanale » (non mais qui a eu l’idée d’appeler une zone industrielle comme ça?)… Passer les ronds points où les voitures et les camions rivalisent… Poua!  Quel horreur!

Photo0071

On parle (re-parle) de quitter le quitter le sud-sud-ouest, évidemment… Il n’y a rien que j’aime ici à part ma petite famille, ma maison et les bozars et les copains qui vont avec… Je n’aime pas cette ville, la montagne me laisse de glace, le climat m’horripile, la côte basque m’en touche une sans faire bouger l’autre (et puis c’est 1h30 de voiture!) … On rêve donc d’une ville à taille humaine où nous irions au cinoche à pied, où on irait faire le marché notre petit panier sous le bras sans besoin de voiture, une ville où El Hijito pourrait aller au collège sans que sa mère le voiture! JE VEUX REDEVENIR UNE PIÉTONNE COMME LES AUTRES! Je veux ranger ma bagnole une bonne fois pour toute et ne la sortir que quand je pars en weekend ou en vacances! Voilà c’est dit. Y’a plus qu’à…

Photo0049

(Pas encore terminé, mais bientôt! Ca fait seulement 4 ans que je l’ai commencé ;-))

En dehors de ça il parait qu’on a un été désolant : moi je le surkiffe cet été!! Il fait BON, le temps est IDEAL : cet aprèm j’ai passé la tondeuse, jardiné, rangé, nettoyé… Je me suis bien occupé! Imaginons qu’il ait fait 35 degrés comme les étés précédents : j’aurais larvé sur mon canapé en sous-vêtements (noir et en dentelles quand même, faut ça) comme une limace déshydratée! J’aurais branché un ventilateur et me serait vaporisé d’Evian en gémissant « Je hais le Béarn! » Z’imaginez le tableau d’apocalypse? Le lendemain j’aurais été aphone et avec un torticolis… Tandis que là : je suis en pleine forme, je suis de bonne humeur, souriante et apaisée, heureuse à l’idée d’accueillir bientôt mon cousin, sa femme et leurs amis… Pas inquiète du tout, comme je le serais si 35° était prévu pour leur arrivée et que je doive les accueillir en pleine attaque d’apoplexie!

Photo0072

Et hop j’en commence une pour El Hijito avec les couleurs qu’il a choisies!

Voilà tout va bien l’été est pourri et je trouve ça génial! Cela explique peut-être pourquoi finalement je n’étais pas (si) malheureuse à Dublin 😉

Voilà mes petits amis, sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une bonne soirée! Ici El Hijito se tortille de rire devant Les Gendarmes et les Extraterrestres, je m’en vais le rejoindre!

Adishatz, poutous et galettes charentaises!