Poubelles Ă  vendre!

 100 eurospoubelle

Clique sur l’image pour accĂ©der Ă  son site de malade

– Non mais sans dĂ©conner, y’a un mec, Ă  New York City, qui se balade dans les rues, qui choisit les petits dĂ©tritus qui lui paraissent les plus mignons, qui les mets dans des petites boites en plastoque et qui les revend la peau du cul sur Internet et dans les boutiques chics! Tu le crois ça?

-Nan.

– Ben pourtant c’est vrai! Mon pauvre ami, Ben pourtant c’est vrai. » J’en allume une clope de rage tiens. (Mais non je ne me suis pas remise Ă  fumer, c’est pour que vous visualisiez la scène de la fille dĂ©goutĂ©e.)

Le type s’appelle Justin Gignac il se dĂ©finit comme artiste et entrepreneur (faudrait choisir) et se fait du blĂ© comme ça… Pourquoi la partie entrepreneur ne se rĂ©veille-t-elle jamais en moi? Moi aussi je veux devenir riche en vendant les poubelles de PĂ´!!!

-Non mais c’est pas possible ça!

-Ben si Ă  NYC c’est possible et le gars il fait des sĂ©ries limitĂ©es, des sĂ©ries collectors… Il s’Ă©clate quoi…

-…

– Si

-…

-Si

– Ouin ouin ouin

– Pleure pas va, un jour nous aussi on aura une idĂ©e de gĂ©nie pour gagner des sous…

Nan mais franchement jamais de la vie j’achèterais une connerie pareil. Des merdes j’en entasse suffisamment gratuitement chez moi… Des vieux tickets de mĂ©tro, des cannettes de soda trop rigolotes ou le mĂ©go de cigarette fumĂ©e par Brad Pitt, j’ai dĂ©jĂ  tout ça chez moi sans payer, non mais… Je vais pas payer pour une capote usagĂ©e quand mĂŞme!!!

 

Alala mes pauv’ zamis, on a pas le cul sorti des ronces!

Bisous et galettes, prenez soin de vous!